Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 10:56

Il y a cela un peu plus d'un an, alors apprenti, je vous présentais un travail pour passer au grade de compagnon. Une année de silence, à l'écoute de mes frères, pour découvrir le travail en Loge et les grands principes qui fondent notre Ordre.

Une année d'échanges, où j'ai appris beau­coup en acceptant les règles multi-centenaires que nos anciens ont forgées tout au long de leurs rencontres.

Il est toujours agréable de revenir sur ces moments passés dans les ateliers sur la colonne du Nord, où la chaleur humaine le dispute à la franche amitié !

Ayant obtenu le grade de compagnon, j'ai tout d'abord changé de place dans le Temple. Je me suis retrouvé sur la colonne du Midi, sous le regard attentif du Premier Surveillant, place que je m'honore d'occuper à chaque tenue.

Ainsi, au fil des mois, de réunions en agapes fraternelles, de conversations chaleureuses en travaux importants je n'ai cessé de tailler la Pierre Brute, afin d'améliorer mes connaissances pour mieux comprendre le monde et faire triompher mes idéaux.

Apprenti, Compagnon, le Temple est pour moi, l'endroit essentiel où se construit la Franc -Maçonnerie. C'est dans ce lieu que tout se façonne, c'est de ce lieu que tout se développe. En son sein tout est symbole et rappelle les étapes que nous devons fran­chir pour mieux connaître le monde et ses mystères. C'est au cours des séances que nous avons ensemble, que se découvre pro­gressivement tout ce qui le constitue.

Aujourd'hui, je vous propose d'étudier un des éléments qui forme le tableau de l'apprenti et que l'on retrouve bien sûr dans celui de compagnon, c'est-à-dire : Les deux colonnes du Temple.

Edmond GLOTON, dans la Chaîne d'Union rappelle avec concision la place qu'elles doivent occuper dans nos ateliers : "Beaucoup de nos frères pensent à tort qu'il faut pour abriter les travaux de leur atelier un local spécialement aménagé. N'importe quelle salle peut convenir, du moment que le tracé de la loge figure entre les colonnes".

Cet élément essentiel au Temple, que nous avons en perma­nence sous les yeux, provoque de nombreuses réflexions, voire des interrogations. Aussi, je me propose d'envisager tout ce qui peut, de près ou de loin, nous permettre de mieux comprendre l'intérêt que nous avons, de considérer ce sujet sous tous ces aspects.

Bien entendu, sur le plan architectural, les colonnes ne sont pas nées dans l'esprit de l'homme par hasard. En effet, il y a plu­sieurs centaines de milliers d'années, nos ancêtres vivaient dans des grottes ou des abris pour se protéger, se reposer. Dans les forêts, ils ont découvert naturellement ce que pouvait représenter un tronc d'arbre qui s'élève vers le ciel. Dans les grottes ils ont rencontré des concrétions calcaires : stalagtites et stalagmites qui ne pouvaient que les inspirer.

De là bien sûr, est née toute une symbolique, où l'imaginaire humain se développant, a conduit les hommes à modifier lente­ment leur mode de vie.

En coupant les arbres, ils ont exploité un matériau différent de ceux qu'ils avaient l'habitude d'utiliser : l'os, la pierre.

Je ne m'étendrai pas sur toutes les religions primitives qui ont vénéré l'arbre et sa forme en trois parties : les racines : la vie ; le tronc : la force ; le feuillage : l'espoir, symbolique constamment employée par les hommes jusqu'à nos jours et ce sont ces formes étranges qui décorent de nombreuses grottes, qui ont servi nos pre­miers artistes pour leur représentation du monde et de sa magie.

Déjà, nous pouvons sentir l'approche informelle qu'ont eue ces premiers hommes, du monde extérieur et du monde intérieur, à travers ces formes identiques, apparentes ou cachées, données aux profanes ou révélées aux initiés, que nous avons intellectuali­sées, stylisées, sous forme de colonnes.

Au fil des millénaires, nos ancêtres ont saisi tout l'intérêt qu'il y avait à utiliser cette forme pour construire leur habitation. Des maisons sur pilotis aux cabanes sommaires, le tronc de l'arbre a permis la sédentarisation des tribus vagabondes à la recherche de nourriture, donnant donc naissance à l'agriculture, mais aussi aux premiers villages, lieux essentiels où allaient se développer les civilisations. On retrouve à travers les fouilles archéologiques les différents procédés employés pour la construc­tion, où devaient se marier avec une grande précision deux dimensions essentielles : l'horizontale et la verticale.

Le passage à la pierre se fait tout naturellement lorsque l'homme veut donner à la construction une importance magique ou religieuse, c'est-à-dire, intégrer la dernière dimension qui nous échappe ou qui nous fuit, je veux dire : le temps.

Ainsi, les premiers édifices qui accueillent, ou permettent un culte, sont des temples, où les colonnes sont les éléments indis­pensables à sa solidité.

Lente progression de l'esprit de l'homme qui affirme sa place sur la terre, en prenant possession du sol pour organiser sa vie sociale et chercher à comprendre le monde qui l'entoure en éle­vant des temples à la gloire de forces qu'il craint ou qu'il vénère.

Ainsi, techniquement, toute construction quelle qu'elle soit, des premiers âges jusqu'à nos jours, ne peut se passer de cet ins­trument indispensable, capital qu'est la colonne !

Je ne me prive pas du plaisir de vous rappeler quelques vers de Victor Hugo, dans un de ses plus célèbres- poèmes : " endormi", tiré de la Légende des Siècles :

"Et ce songe était tel, que Booz vit un chêne qui, sorti de son ventre, allait jusqu'au ciel bleu. Une race y montait comme une longue chaîne. Un roi chantait en bas, en haut mourait un dieu !"

A travers toutes les formes de l'art, les hommes ont mêlé à leurs oeuvres les colonnes, ou comme pièce principale, ou comme décor.

Des temples grecs ou romains aux tableaux de Piero Della Francesca, de Buren aux monuments à la gloire des ancêtres; nombreux sont les artistes qui ont rappelé ou utilisé cet élément indispensable à la construction de l'humanité. Car, bien souvent le commun des mortels a oublié la place essentielle que jouent les colonnes, pour la construction du monde, une marche vers un avenir meilleur !

Tout savoir, toute connaissance, toute découverte, se construit et ne peut se développer qu'à partir de basés solides, et c'est la colonne qui en forme le squelette, entre la base qui prend appui sur la terre ferme et le chapiteau qui en est l'extrémité. Tout nous montre que, sans elle, plus rien de concret ou de positif ne peut exister. Elle devient le symbole de la solidité que Samson, prison­nier des Philistins remit en question en écartant les colonnes de leur temple, qui, en s'effondrant offrit à son peuple la victoire.

Plus les colonnes du temple seront solides et assurées, plus difficile sera la tâche de ceux qui veulent l'ébranler: Au-delà de leur place symbolique, à l'entrée de notre demeure, face à nous, elles nous rappellent en permanence, que pour. assurer la conti­nuité de notre labeur, nous devons constamment œuvrer sans relâche à la construction d'une vie meilleure en respectant les grands principes qui sont les nôtres, socle de notre action.

Symbole de solidité bien sûr, mais symbole de vie aussi, comme l'arbre où la base en est la racine qui va puiser dans la terre des ressources nécessaires, indispensables à tout développe­ment. Le lien est très fort entre les différentes parties qui la constitue, comme l'arbre formant un tout. Ainsi, les hommes ont souvent dressé des colonnes un peu partout sur la terre, pour sym­boliser la vie et tenter de laisser l'empreinte indélébile de leur passage.

Car, au-delà de la vie qu'elle représente à travers le monde végétal, elle est aussi représentation humaine. Représentation sensuelle, la colonne est un phallus dressé comme signe de fécon­dité et de reproduction. L'homme marque en l'érigeant sa puis­sance dominatrice sur le monde dangereux qui l'entoure. Elle est là, pour signer sa présence, et que d'autres après lui, qui seront nés de sa semence, pourront contempler. C'est debout que l'homme avance dans le temps, déchirant le voile de l'obscurité qui l'entoure, il veut montrer qu'il est lui-même par sa position verticale, celui qui construit, celui sur qui tout repose.

Je reviendrai sur ce symbole très fort de l'homme dressé devant l'univers qui l'écrase.

Les deux colonnes qui signent l'entrée de notre temple sous la voûte constellée d'étoiles nous rappellent sans cesse ce que nous sommes, et ce vers quoi nous nous dirigeons.

Ce mariage magique, entre des hommes amis, des colonnes dressées, l'univers infini, doit nous inciter à la plus grande et pro­fonde méditation sur notre devenir, la place que nous occupons dans la création.

Je terminerai la dimension symbolique des colonnes en rap­pelant brièvement ce que tout à l'heure j'évoquais au niveau de la verticalité : sa base forme une équerre parfaite qui lui permet d'ailleurs de rester en place sans aucun appui extérieur.

Liant l'horizontale et la verticale, la colonne symbolise l'espace.

L'équerre qu'elle forme avec le sol, rectifie, ordonne la matière, symbolisant la droiture, le respect des lois, des règle­ments. Symbole permanent que l'on retrouve sur le tableau de l'Apprenti et du Compagnon.

Enfin, elles sont doubles, c'est-à-dire qu'elles nous incitent à réfléchir sur la dualité, donc sur le nombre deux.

A l'entrée du Temple, deux colonnes qui encadrent la porte, nous ouvrent le passage avant d'aller prendre place pour com­mencer les travaux.

A la question : "Comment avez-vous été reçu compagnon ?", notre réponse a été : en passant de la colonne du Nord à celle du Midi. La colonne J, dont la couleur est rouge, correspond au soleil et signifie la raison, dont la clarté dissipe les ombres de l'erreur. La colonne B, dont la couleur est blanche, correspond à la lune. Cela veut dire que la raison elle-même a besoin, pour

donner toute sa mesure, de sensibilité, de sentiment, d'imagina­tion. Ainsi, grâce à la discipline de la raison dont il ne doit jamais se distraire, le Compagnon peut, doit s'élever à la conception imaginative, réglée elle, de ce qui pourrait et devrait être.

Ainsi, en passant entre les deux colonnes, à l'entrée du Temple, nous franchissons une étape qui nous conduit en un lieu sacré, chargé d'histoire, de symboles. `

En effet, il faut retourner dans le passé pour saisir toute l'importance de ces colonnes qui indiquaient l'entrée du Temple de Salomon. La Bible nous le décrit. Pour y pénétrer, il fallait passer entre deux colonnes que le roi Salomon avait fait exécuter par HIRAM de Tyr, de la tribu de Nephtalli, homme sage, intelli­gent, ayant une grande connaissance d'un noble matériau qui est l'airain.

La Bible nous explique leurs mesures : dix-huit coudées de hauteur, douze de circonférence, douze à leur base ; leurs chapi­teaux cinq ! La somme de ces nombres correspond au, nombre des constellations et des signes du zodiaque. Reliées entre elles par un portique, elles donnent accès à un lieu sacré. Leur solidité grâce à l'airain devait leur permettre de résister au temps, et au déluge.

La colonne de droite fut nommée Jachin et celle, de gauche Boaz.

Le mot Jachin s'écrit en hébreu avec les lettres Iod, Caph, lod, Nun. Le mot Boaz s'écrit avec les lettres Beth, Aïn, et Zaïn. Nous retrouvons, grâce à ces lettres une autre écriture. Jakin avec un K et Booz avec deux 0. Bien sûr, ces appellations ne relèvent pas du hasard ou de l'improvisation. De nombreuses études ont été faites à leur sujet. Il n'y eut jamais de contestation sur le sens symbolique de ces deux colonnes. La première étant suffisam­ment caractérisée comme masculine par le Iod initial qui la désigne communément. Ce caractère hébraïque correspond en effet à la masculinité par excellence. Beth, la deuxième lettre de l'alphabet hébreu, est considérée, d'autre part, comme essentielle­ment féminine, car son nom signifie maison, d'où l'idée de récep­tacle, de caverne, d'utérus.

La colonne J, qui correspond au soleil est donc masculine, active. La symbolique des couleurs- exige qu'elle soit rouge. La colonne B qui correspond à la Lune est féminine, passive, donc blanche ou noire.

Ces deux symboles nous montrent bien l'antagonisme des forces qui règlent la marche de l'univers, l'antagonisme qui forme l'humanité, porte le monde dans lequel nous vivons.

Au-delà de cet affrontement, il y a une profonde et très secrète complémentarité, car, l'une et l'autre se nourrissent mutuellement, forment un tout que nous découvrons au sein du Temple, sous la voûte étoilée, en direction de l'Orient où siège le Vénérable. De ce triangle parfait reliant les trois forces essen­tielles qui portent notre action, nous siégeons de part et d'autre pour ne point rompre le lien magique qui façonne notre Ordre.

Pour faire respecter celui-ci, est placé, devant chaque colonne, un surveillant, qui, comme son nom l'indique, veille au bon déroulement des travaux des Frères placés de part et d'autre de l'entrée se faisant face en deux colonnes, correspondant à la lettre J et la lettre B.

Les deux colonnes formées par les Frères sont les bornes du monde créé et de même que les surveillants ont sous leur dépen­dance les Apprentis et les Compagnons, de même les deux colonnes correspondent aux surveillants. Derrière le premier sur­veillant se dresse la colonne B. Il doit surveiller les travaux des compagnons placés devant. C'est la colonne du Midi. Derrière le deuxième surveillant se dresse la colonne J, dont la mission est l'instruction des Apprentis. C'est la colonne du Nord.

Ces colonnes, autrefois, étaient dressées extérieurement de chaque côté de la partie principale du Temple. Elles correspon­daient aux obélisques des sanctuaires égyptiens. Elles étaient cou­vertes de hiéroglyphes ou de dessins mystérieux, que les initiés, seuls, devaient apprendre à saisir le sens.

Le salaire reçu auprès de celles-ci, n'a rien de matériel, c'est l'instruction initiatique sur laquelle veille les surveillants.

A l'image du matériau utilisé : l'airain, alliage noble de diffé­rents métaux : étain; argent, cuivre, elles représentaient l'incor­ruptibilité, l'immortalité, l'inflexible justice. Elles sont générale­ment surmontées de trois grenades ouvertes, les graines noyées dans la pulpe transparente symbolisant les Maçons unis entre eux par un idéal commun.

Les lys qui les décorent évoquent la flamme pure, fécondante qui doit briller dans chacun de nos coeurs, et nous aider tous ensemble, à faire triompher notre idéal.

Sept rangs de chaînes les entourent, placés entre les grenades et les lys. Elles ont une double valeur symbolique. Tout d'abord, elles suggèrent les liens qui emprisonnent les profanes, les main­tiennent dans l'ignorance, chaînes dont nous avons su nous libérer, qui, maintenant, deuxième symbole nous unissent définitivement.

Ainsi, elles réunissent ce que nous faisons régulièrement en nous donnant la main, pour mieux travailler ensemble : les sym­boles de fécondité, d'union.

C'est pour toutes ces raisons que les Frères qui ont fait circu­ler le tronc de la veuve et le sac aux propositions, viennent se placer, côte à côte entre les colonnes, face au Vénérable et attendent le signal pour les remettre à sa disposition.

De même, lorsque s'installe le Collège des Officiers, c'est entre celles-ci qu'ils sont acclamés par tous les Frères réunis.

Seul, le Pavé Mosaïque déplace la ligne droite qui relie l'axe médian entre les deux colonnes, et le Vénérable. Aucun Frère ne lui tourne le dos. Nous sommes là pour garantir, assurer le lien puissant, secret qui doit en permanence affirmer l'unité, la fécon­dité, et l'éternité de nos travaux. Chacun à sa place, séparé du monde profane par la porte du Temple et ses deux colonnes.

Je rappellerai brièvement que suivant le rite auquel l'on tra­vaille, la place des surveillants est inversée comme le sont les lettres J et B accrochées aux colonnes. Au-delà de ces diffé­rences, il y a le symbole attaché à la complémentarité de ces deux espaces, qui, en se faisant face forment une partie unie, labo­rieuse, disciplinée pour aider tous les Frères à travailler ensemble en s'inspirant des idées que portent en elles les deux colonnes fermant l'entrée de notre demeure et que vient achever le Vénérable Maître assis à l'Orient.

Tableau parfait de l'harmonie qui enveloppe la Loge, quand les travaux commencent. Harmonie que nous retrouvons sur le tapis de la Loge posé en son milieu sur le Pavé Mosaïque.

Symbole du tableau mystique du grade de Compagnon ou les deux colonnes reposant sur le Pavé Mosaïque sont entourées de tous les attributs qui constituent notre travail, notre but.

Au-dessus de la colonne B : le Niveau ; de la colonne J : la Perpendiculaire, reliés entre eux au milieu de celles-ci par le compas, pointes en haut, ouvert sur la lettre G aux cinq sens.

Ainsi, nombreuses sont les étapes à franchir, lorsque l'on se dirige vers l'Orient. Nombreux sont les signes qui nous guident vers plus de générosité, de perfection. Lé travail que nous avons commencé n'est jamais achevé. Mais avant qu'il soit entrepris, il faut d'abord franchir la porte sur laquelle on peut lire bien sou­vent : LIBERTÉ - ÉGALITÉ - FRATERNITÉ, et passer entre les colonnes.

Comme je le rappelais au début, Edmond GLOTON résumait que, pour abriter un atelier, il suffisait que le tracé de la Loge figure entre les colonnes. Au nombre de deux, bien sûr. Deux seu­lement car elles forment ensemble deux parties d'un même tout. Elles sont face à face, en opposition, chacune représentant un symbole différent, au contenu conflictuel, donc de réflexion, somme d'équilibres réalisés ou de menaces latentes.

Ce dualisme qu'elles incarnent, sur lequel repose toute dia­lectique, tout effort, tout combat, tout mouvement, est source de progrès, de vie. Ce principe de division porte en lui le principe de multiplication, donc générateur de fécondité. Nous le retrouvons dans les différentes civilisations qui nous ont précédées, où la mort et la vie, le mal et le bien ont pris différentes formes maté­rielles, spirituelles ou intellectuelles.

Nous avons découvert le principe actif de ce dualisme dès la naissance, où notre corps est formé de deux parties, du visage jusqu'aux membres. La beauté ou la laideur, la force ou la fai­blesse, l'intelligence ou la bêtise sont les aspects différents que peut prendre l'individu, donc son équilibre.

Ainsi, lorsque les colonnes évoquent les principes de mas­culinité ou de féminité, elles rappellent en permanence notre profonde, éternelle dualité, homme et femme, ou éternelle ambi­guïté : homme ou femme, ou éternelle complémentarité : homme/femme.

De même la science, instrument de connaissance, outil salvateur contre l'ignorance, l'absurdité séparant le vrai du faux, qui s'est développée sur ces contradictions, a fait germer les plus grandes théories, sur le principe magistral de la thèse et de l'antithèse, ouvrant ainsi la porte à des solutions qui nous conduisent à mieux comprendre le monde, mieux agir pour l'avenir de l'humanité.

Les vertus conjuguées des deux éléments essentiels qui constituent la base du devenir de l'univers, forment une puissance infinie où l'espace et le temps se confondent. L'absurdité de notre vie n'a d'égal que le sens de notre mort. Ainsi, tout simplement, au sein de ce temple, fraternellement rassemblés devant les colonnes, sous le regard de notre Vénérable Maître, nous essayons de construire, dans la contradiction, le dualisme, ce monde, plus juste, plus solidaire, auquel nous aspirons tous, que nous voulons, loin de tout égoïsme, malsain, faire partager demain, à ceux qui, au-delà des colonnes, dans le monde profane, veulent frapper à la porte du Temple.

Source : www.ledifice.net

Partager cet article

Published by C\ T\ - dans Planches
commenter cet article
13 avril 2014 7 13 /04 /avril /2014 10:03

10250281_10152087482133004_4006924286057471932_n.jpg

Partager cet article

Published by X - dans Facebook
commenter cet article
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 09:35

1422342_851307911549682_4083400759520833179_n.jpg

Partager cet article

Published by X - dans Facebook
commenter cet article
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 09:23

1291733_730258653661987_1025001148_o-copie-1.jpg

Partager cet article

Published by X - dans Facebook
commenter cet article
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 07:40

Le pentagramme, qu'on appelle dans les écoles gnostiques l'étoile flamboyante, est le signe de la toute-puissance et de l'autocratie intellectuelles.

C'est l'étoile des mages ; c'est le signe du Verbe fait chair ; et, suivant la direction de ses rayons, ce symbole absolu en magie représente le bien ou le mal, l'ordre ou le désordre, l'agneau béni d'Ormuz et de Saint Jean ou le bouc maudit de Mendès.

C'est l'initiation ou la profanation ; c'est Lucifer ou Vesper, l'étoile du matin ou du soir.

C'est Marie ou Lilith ; c'est la victoire ou la mort ; c'est la lumière ou la nuit.

Le pentagramme élevant en l'air deux de ses pointes représente Satan ou le bouc du sabbat, et il représente le Sauveur lorsqu'il élève en l'air un seul de ses rayons.

Le pentagramme est la figure du corps humain avec quatre membres et une pointe unique qui doit représenter la tête.
Une figure humaine la tête en bas représente naturellement un démon, c'est-à-dire la subversion intellectuelle, le désordre ou la folie.

Or, si la magie est une réalité, si cette science occulte est la loi véritable des trois mondes, ce signe absolu, ce signe ancien comme l'histoire et plus que l'histoire, doit exercer et exerce en effet une influence incalculable sur les esprits dégagés de leur enveloppe matérielle.

Le signe du pentagramme s'appelle aussi le signe du microcosme, et il représente ce que les kabbalistes du livre de Zohar appellent le microprosope.

L'intelligence complète du pentagramme est la clef des deux mondes. C'est la philosophie et la science naturelle absolues.

Le signe du pentagramme doit se composer des sept métaux, ou du moins être tracé en or pur sur du marbre blanc.

On peut aussi le dessiner avec du vermillon sur une peau d'agneau sans défauts et sans taches, symbole d'intégrité et de lumière.

Le marbre doit être vierge, c'est-à-dire n'avoir jamais servi à d'autres usages ; la peau d'agneau doit être préparée sous les auspices du soleil.
L'agneau doit avoir été égorgé au temps de Pâques avec un couteau neuf, et la peau doit avoir été salée avec le sel consacré par les opérations magiques.

La négligence d'une seule de ces cérémonies difficiles et arbitraires en apparence fait avorter tout le succès des grandes œuvres de la science.
On consacre le pentagramme avec les quatre éléments ; on souffle cinq fois sur la figure magique ; on l'asperge avec l'eau consacrée ; on la sèche à la fumée des cinq parfums, qui sont l'encens, la myrrhe, l'aloès, le soufre et le camphre, auxquels on peut joindre un peu de résine blanche et d'ambre gris ; on souffle cinq fois, en prononçant les noms des cinq génies, qui sont Gabriel, Raphaël, Anaël, Samaël et Orifiel ; puis on pose alternativement le pentacle sur la terre au nord, au midi, à l'orient, à l'occident et au centre de la croix astronomique, et l'on prononce l'une après l'autre les lettres du tétragramme sacré ; puis on dit tout bas les noms bénis de l'Aleph et du Thau mystérieux réunis dans le nom kabbalistique d'Azoth.

Le pentagramme doit être placé sur l'autel des parfums, et sous le trépied des évocations. L'opérateur doit aussi en porter sur lui la figure avec celle du macrocosme, c'est-à-dire de l'étoile à six rayons, composée de deux triangles croisés et superposés.

Lorsqu'on évoque un esprit de lumière, il faut tourner la tête de l'étoile, c'est-à-dire une de ses pointes, vers le trépied de l'évocation et les deux pointes inférieures du côté de l'autel des parfums. C'est le contraire s'il s'agit d'un esprit des ténèbres ; mais il faut alors que l'opérateur ait soin de tenir le bout de la baguette ou la pointe de l'épée sur la tête du pentagramme.

Nous avons déjà dit que les signes sont le Verbe actif de la volonté. Or la volonté doit donner son Verbe complet pour le transformer en action ; et une seule négligence, représentant une parole oiseuse ou un doute, frappe toute l'opération de mensonge et d'impuissance, et retourne contre l'opérateur toutes les forces dépensées en vain.

Il faut donc s'abstenir absolument des cérémonies magiques, ou les accomplir scrupuleusement et exactement toutes.

Le pentagramme tracé en lignes sinueuses sur du verre au moyen de la machine électrique exerce aussi une grande influence sur les esprits et terrifie les fantômes.

Les anciens magiciens traçaient le signe du pentagramme sur le seuil de leur porte pour empêcher les mauvais esprits d'entrer et empêcher les bons de sortir. Cette contrainte résultait de la direction des rayons de l'étoile. Deux pointes en dehors repoussaient les mauvais esprits, deux pointes en dedans les retenaient prisonniers ; une seule pointe en dedans captivait les bons esprits.

Toutes ces théories magiques, basées sur le dogme unique d'Hermès et sur les instructions analogiques de la science, ont toujours été confirmées par les visions des extatiques et par les convulsions des cataleptiques se disant possédés des esprits.

Le G que les francs-maçons placent au milieu de l'étoile flamboyante signifie Gnose et Génération, les deux mots sacrés de l'ancienne Kabbale. Il veut dire aussi Grand Architecte, car le pentagramme, de quelque côté qu'on le regarde, représente un A.
En le disposant de manière que deux de ses pointes soient en haut et une seule pointe en bas, on peut y voir les cornes, les oreilles et la barbe du bouc hiératique de Mendès, et il devient le signe des évocations infernales.

Comme on le voit, tous les mystères de la magie, tous les symboles de la gnose, toutes les figures de l'occultisme, toutes les clefs kabbalistiques de la prophétie, se résument dans le signe du pentagramme, que Paracelse proclame le plus grand et le plus puissant de tous les signes.

Faut-il s'étonner après cela de la confiance des magistes et de l'influence réelle exercée par ce signe sur les esprits de toutes les hiérarchies ? Ceux qui méconnaissent le signe de la croix tremblent à l'aspect de l'étoile du microcosme. Le mage, au contraire, lorsqu'il sent sa volonté faiblir, porte les yeux vers le symbole, le prend dans la main droite, et se sent armé de la toute-puissance intellectuelle, pourvu qu'il soit vraiment un roi digne d'être conduit par l'étoile au berceau de la réalisation divine ; pourvu qu'il sache, qu'il ose, qu'il veuille et qu'il se taise ; pourvu qu'il connaisse les usages du pentacle, de la coupe, de la baguette et de l'épée ; pourvu enfin que les regards intrépides de son âme correspondent à ces deux yeux que la pointe supérieure de notre pentagramme lui présente toujours ouverts.

Source : www.ledifice.net

Partager cet article

Published by X - dans Planches
commenter cet article
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 07:08

Mes T\C\F\ A\ et C\,

Par votre ascèse et votre travail de méditation sur les symboles, grâce au zèle et au dévouement dont vous nous avez honorés durant votre apprentissage, vous avez étés jugés dignes d’être reçus dans la chambre de COMP\ .

Pour passer de la colonne du septentrion à celle du midi, il vous a fallu subir des épreuves réglementaires conformes au rituel d’élévation. Au cours de cette cérémonie, nous vous avons confié de nouveaux outils comme le compas, l’équerre ou le levier, et nous vous avons enseigné de nouveaux usages pour ceux que vous possédiez déjà, à l’instar du maillet, du ciseau ou de la règle.

La multiplicité de ces outils et la variété de leur usage vous font comprendre que le travail de dégrossissage de votre pierre doit être poursuivi , et que vous devez, en outre , vous atteler à une nouvelle tâche ; réaliser votre pierre cubique de la façon la plus parfaite qui soit ,non par orgueil ou fierté, mais parce que la quête de l’absolu à laquelle vous vous consacrez est le seul moyen qui vous permettra de redécouvrir votre noyau original ; de parvenir à la flamme qui brûle au fond de votre être et qui aspire à son retour à l’origine, au point d’émanation du principe.

La contemplation de l’étoile flamboyante dont la lumière resplendit de mille feux dans les ténèbres qui l’entourent vous sera utile à bien des égards, tant elle symbolise par sa forme et son éclat la perfection à laquelle nous cherchons tous à accéder. En outre, L’étoile flamboyante sera pour vous un guide précieux , elle dirigera votre marche, elle vous orientera inlassablement dans l’univers et le temple et vous ramènera invariablement vers vos Frères. Ceci, parce qu’aujourd’hui, si vous vous devez de poursuivre votre travail d’introspection, il vous est dorénavant intimé d’aller courir le monde pour découvrir d’autres univers et d’autres espaces maçonniques.

A cet égard, observez attentivement le niveau qui vous a été confié ce soir. Non seulement par le fil à plomb qu’il contient, il garde en son sein la perpendiculaire , donc l’axe vertical, mais il indique une nouvelle dimension dans laquelle vous devez inscrire votre travail : celle de l’horizontalité. Cet axe symbolise non seulement votre aspiration à vous instruire d’avantage en voyageant dans les différentes Loges et Orients, mais il traduit aussi votre souci communautaire, votre amour fraternel sincère pour vos FF\ ; il vous rappelle en permanence à vos devoirs envers les autres et vous mêmes.

A l’instar du pas du compagnon , dès lors que vous ferez un pas de côté, il vous faudra revenir dans l’axe ! N’oubliez jamais que les nouveaux pouvoirs qui vous ont été octroyés ce soir ne vous confèrent que de nouveaux devoirs. Seule la stricte verticalité du fil à plomb qui forme l’angle droit avec l’axe horizontal garantit la parfaite stabilité de la construction. Il vous faut donc être prudents, éloignez vous avec précaution du centre quand vous voyagerez sur l’axe horizontal ; n’hésitez pas à revenir sur vos pas dès que vous n’êtes pas surs d’être sur le bon chemin ; N’espérez pas de choses « inespérables » avec vos nouveaux outils ou la parole dont vous jouissez dorénavant, et plus rien ne vous sera caché ! Prenez votre temps, car« Tout vient à point à qui sait attendre ».

Efforcez vous de méditer sur le sens de vos nouveaux symboles et sur la nouvelle signification de ceux que vous connaissiez auparavant ; sachez néanmoins que si votre intelligence peut particulariser le choix de leur utilisation dans un contexte précis, c’est votre cœur qui en déterminera l’efficacité initiatique.

Mes T\C\F\ COMP\, tous les FF\ ici présents ce soir se réjouissent de vous voir travailler dorénavant dans la chambre de COMP\, nous vous souhaitons une bonne continuation sur votre voie initiatique ; nous comptons sur vous pour rester de solides anneaux de pur métal de notre chaîne d’union. Nous éperons que vous vous épanouirez encore d’avantage parmi nous et vous assurons de tout notre amour fraternel.

J’ai dit, V\M\

Source : www.ledifice.net

Partager cet article

Published by D\ L\ - dans Planches
commenter cet article
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 08:50

1797460_10151919682302109_396954854_n-copie-1.jpg

Partager cet article

Published by X - dans Facebook
commenter cet article
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 10:42

Je vais vous rendre compte, dans ma planche, de mes modestes recherches sur les 2 Colonnes ornant le Tapis de Loge au grade d'AA\ en particulier et décorant l’entrée du Temple Maçonnique en général.
Tout d'abord pourquoi avoir choisi ces Colonnes plutôt qu'un autre élément du Tapis de Loge?
1 - parce qu’elles sont le premier symbole que nous rencontrons en pénétrant dans le
Temple ;
2 - parce qu'elles représentent la dualité régissant l’homme et le monde ;
3 - parce qu'elles nous préparent à la découverte du nombre 3.
Je vous propose le cheminement suivant:
1 - rappel et commentaires de la description biblique
2 - les Colonnes et la bi-polarité
3 - les Colonnes et la Mer de bronze
4 - Colonnes et hindouisme
5 - les Colonnes et le parcours de l’AA\

1 – Rappel et commentaires de la description biblique

Les Colonnes J\ & B\ sont mentionnées dans la Bible au 1er livre des Rois, chapitre 7, versets 13 à 22:
« Verset 13 : Le roi Salomon avait fait venir de Tyr Hiram, ouvrier en airain, fils d’une veuve de la tribu de Nephtali et d’un père tyrien »
Hiram est phénicien et est en contact avec la triade divine phénicienne Melqart, Astarté et Baal. Hiram connaît donc les magnifiques temples que son homonyme, le roi Hiram, a fait ériger en l’honneur de Melqart, Astarté et Baal. Melqart est la puissance tutélaire de la cité de Tyr et deux piliers ornent l’entrée du temple qui lui est consacré.
« Verset 14 : Il était rempli de sagesse, d’intelligence et d’habileté pour faire toute espèce d’ouvrages en airain. Il se rendit donc auprès du roi Salomom et il exécuta tout le travail.»
Hiram est un expert dans son domaine, c’est un « architecte ».
« Verset 15 : Il fabriqua 2 colonnes d’airain ; la première avait 18 coudées de hauteur, et un cordon de 12 coudées mesurait la circonférence de la seconde. »
Qu’est-ce qu’une colonne ? Le mot vient du latin columna et du grec columen, c’est ce qui s’élève, un soutien, un pilier. Les colonnes se retrouvent dans le totem des indiens d’Amérique et dans l’arbre de vie égyptien. Elles relient le haut et le bas. Elle sont un pont entre ciel et terre.
L’airain est une appellation ancienne du bronze, un alliage de cuivre et d’étain ou d’argent. Si l’argent est communément associé à la Lune, la mythologie grecque associe l’étain à Jupiter, le roi des dieux et le cuivre à Vénus, déesse de l’amour. L’airain unit donc symboliquement des éléments complémentaires, la chaleur de Jupiter et le froid de la Lune, la vie extérieure et la vie intérieure, les mouvements ascendants et descendants, le principe Bois et le principe Eau de la tradition chinoise. Il est symbole d’incorruptibilité, d’immortalité et d’inflexible justice.
« Verset 16 : Il fondit 2 chapiteaux d’airain pour les placer sur le sommet des colonnes : la hauteur d’un chapiteau était de 5 coudées, et la hauteur de l’autre était également de 5 coudées. »
Une hauteur totale de 23 coudées pour chaque colonne et son chapiteau. 2 plus trois font 5, le chiffre de l’homme. 23 multipliés par 2 font 46. La valeur des lettres hébraïques composant le nom d’Adam donne aussi 46. L’inverse de 46, c’est 64 comme le nombre de cases du pavé mosaïque, comme la valeur des lettres hébraïques du mot Eden.
« Verset 17 : Des treillis en forme de réseaux, des festons en forme de chaînettes décoraient les chapiteaux placés au sommet des colonnes ; il y avait 7 festons pour chacun des 2 chapiteaux. »
7 est le nombre parfait et symbole de l'abondance divine, il est aussi selon la Bible le nombre du châtiment, de la purification et de la pénitence. Il est aussi attribué à Satan qui s'efforce de copier Dieu, se faisant le singe de Dieu. Ainsi la bête infernale de l'Apocalypse (chapitre 13, verset 1) a sept têtes. 7 est également le symbole de vie éternelle chez les Égyptiens: il représente un cycle complet, une perfection dynamique. Pour nous, 7 MM :. rendent la Loge juste et parfaite…
« Verset 18 : Hiram fit passer autour de ces treillis deux rangées de grenades pour orner chacun des chapiteaux qui surmontaient les colonnes. »
Pour Oswald Wirth, les grenades sont les signes de l’amitié parce que le rangement symétrique des graines fait songer à la famille maçonnique dont tous les membres sont harmonieusement reliés par l’esprit d’ordre et de fraternité. Dans la mythologie grecque, Perséphone mange le pépin de grenade comme Eve croque la pomme, c’est donc aussi le fruit défendu.
« Verset 19 : Les chapiteaux qui surmontaient les colonnes, dans le portique, figuraient des lis de 4 coudées de hauteur. »
Le lis est synonyme de blancheur, de pureté, d’innocence mais aurait aussi des vertus aphrodisiaques. Pour Angelo de Gubernatis, l’odeur du lis est un mélange de miel et de poivre. Dualité quand tu nous tiens… La forme toutefois rappelle le nombre 3.
« Verset 20 : Les chapiteaux placés sur les 2 colonnes s’élevaient immédiatement au-dessus d’un renflement qui précédait les treillis ; 200 grenades disposées sur 2 rangs entouraient les 2 chapiteaux. »
200 correspond à la lettre hébraïque "resch", elle-même associée au 20ème arcane du Tarot: le Jugement, c'est-à-dire le bouleversement et l'antagonisme.
« Verset 21 : Hiram dressa les colonnes dans le portique du temple. Il dressa la colonne de droite et la nomma Jakin ; puis il dressa la colonne de gauche et la nomma Boaz. »
On peut se poser la question de savoir par rapport à quel axe la Bible situe la droite et la gauche. D’est en ouest ou d’ouest en est ? La question ne semble pas avoir de réponse clairement tranchée, cela se traduit aujourd’hui par des emplacements des colonnes différents selon les rites. Ce qui semble sûr, par-contre, c’est que les colonnes soient placées à l’extérieur du temple de Salomon.
Les dimensions du Temple mentionnées dans la chronique d’Ezéchiel – chapitre 41 combinées à deux rectangles solsticiaux et à un peu de trigonométrie permettent de calculer que les deux colonnes se trouvent à 1.4 coudée du mur frontal.
Jakin vient de Jah Iachin, Jéhovah et signifie qu’il établisse, qu’il affermisse. La Colonne J :. symbolise le soufre, l’énergie expansive ; elle est masculine, rouge.
Boaz signifie avec force, dans la force, en lui la force. La Colonne B :., c’est le mercure, la réceptivité, l’assimilation et la gestation ; elle est féminine, blanche ou noire.
« Verset 22. Au sommet des colonnes était un ouvrage en forme de lis. Ainsi fut achevé le travail des colonnes »

2- les Colonnes et la bi-polarité

La Colonne J\ s’identifie avec le soufre des alchimistes, elle symbolise le foyer générateur, l’énergie expansive qui, de l’intérieur, exerce son influence sur l’extéreur. Elle est donc masculine, elle éveille l’idée de lutte, d’action stabilisatrice. Le nom qu’elle porte signifie stabilité – fermeté ou encore « il établit, il fonde ».
Mais, de même que le mercure s’oppose au soufre et le calme à l’impétuosité, la Colonne J\ se complète par la Colonne B\. Celle-ci signifie initiatiquement « en lui la force » ; force n’est pas ici synonyme de violence, elle évoque au contraire l’irrésistible puissance du travail persévérant que nul obstacle ne rebute, le travail sage et pondéré, qui est le seul que puissent apprécier et pousuivre avec fruit les maçons.
La correspondance alchimique de B :. est le mercure qui marque l’influence de l’extérieur sur l’intérieur. B\ est le symbole de la réceptivité passive, de l’assimilation, de la rectification et de la gestation, phénomènes qui précèdent la naissance de la Lumière et qui sont caractéristiques de la féminité. Celle-ci conserve et perpétue ce que la masculinité sème, établit ou fonde.
J\ et B\ sont le complément l’une de l’autre et sont indissociablement liées ; elles font du terme « deux », du binaire, le principe fondamental, essentiel de l’existence du monde sensible et de la vie du genre humain. Elles correspondent aux antithèses suivantes : sujet-objet, agent-patient, actif-passif, positif-négatif, mâle-femelle, père-mère, donner-recevoir, agir-sentir, esprit-matière, soleil-lune, abstrait-concret.
Les colonnes symboliques rappellent les obélisques couverts d’hiéroglyphes qui se dressaient devant les temples égyptiens. On les retrouve dans les deux tours du portail des cathédrales gothiques. Ce sont les colonnes d’Hercule qui marquent les limites entre lesquelles se déplacent l’esprit de l’homme. Le domaine de ce qui nous est connu a pour image le voile d’Isis, tendu entre les deux colonnes. Ce rideau nous dérobe la vue de la Réalité vraie, qui se renferme dans le mystère de l’Unité. Nous sommes là le jouet de Maya, la déesse de l’Illusion ; la Vérité soulève le voile de Maya dans la carte de tarot intitulée « le monde ».
Pour se défaire de son influence, l’homme aspirant à la liberté ne doit accorder qu’une valeur relative aux entités antagonistes que nous imaginons. Le Vrai et le Faux, le Bien et le Mal, le Beau et le Laid se rapportent à des extrêmes qui n’existent que dans notre esprit. Ce sont les bornes factices du monde qui nous est connu, nous sommes séduits par les reflets chatoyants du voile d’Isis. Ce voile suspendu entre les colonnes du Temple en masque l’entrée et doit être soulevé par le penseur qui veut y pénétrer. L’Initié, après avoir subi les épreuves et reçu la lumière, laisse ce voile derrière lui. Il se tient alors entre les deux colonnes, debout sur le pavé mosaïque, une autre représentation du binaire.
Deux est le nombre de l’esprit, du discernement, qui procéde par analyse en établissant des distinctions incessantes, sur lesquelles rien ne saurait se baser. L’esprit qui s’obstine à poursuivre dans cette direction se condamne à la stérilité du doute systématique, à l’opposition impuissante, à la contestation perpétuelle. Ce Binaire est celui de Méphistophélès, le contradicteur qui toujours nie. Le maçon sait conjurer le démon après l’avoir évoqué car l’Unité radicale ne se dédouble à ses yeux que pour se reconstituer trinitairement. Deux révèle Trois et le Ternaire n’est qu’un aspect plus intelligible de l’Unité.

3 – les Colonnes et la Mer de bronze

On considère souvent que J\ et B\ se suffisent à elle-mêmes, qu’elles sont seules. En fait, elles sont complétées par un troisième élément à l’extérieur du temple.
Hiram réalise également la Mer de bronze, vasque contenant 40.000 litres d’eau pour les ablutions des prêtres. Il est intéressant de voir que cette vasque est soutenue par 12 bœufs, répartis en 4 groupes de 3, orientés vers les 4 points cardinaux.
12 est le nombre de ce qui est achevé, qui forme un tout, un ensemble harmonieux et parfait. Dans les civilisations judaïques et orientales antiques, il correspond à la plénitude, à l'achèvement et à l'intégralité d'une chose. Pour le psychanalyste René Allendy, il exprime l'idée que l'Univers forme un tout associé à l'idée de différenciation – c’est 10 + 2.
12 représente la manifestation de la Trinité aux quatre coins de l'horizon - 3 x 4, comme les 3 groupes de 4 boeufs.
Mais est-ce que les bœufs de la Mer de bronze sont bien des bœufs ? Est-ce qu’il ne s’agit pas plutôt d’une résurgence du culte du Taureau, proscrit par Yahvé ? Salomon bâtit un temple à la gloire de l’Eternel, celui-là même qui a défendu à Moïse d’adorer des dieux de métal fondu (Exode 34, verset 17) et il fait reposer l’instrument de purification des prêtres sur le dieu Taureau !
Si la mer de bronze sert à purifier, à laver le corps, les Colonnes J\ et B\ ne servent-elles pas à purifier l’âme ? Ou bien ont-elles pour fonction de dissiper les pertubations cosmiques ? Quel est l’effet de leur bi-polarité sur notre esprit, sur notre âme ?
Voilà quelques pistes que je me propose de suivre lors d’un prochain travail de dégrossissage de ma pierre brute.

4 – Colonnes et hindouisme

Le Temple de Salomon est divisé en 3 lieux essentiels en relation aussi bien avec le macrocosme ou monde cosmique qu’avec le microcosme ou monde individuel :
- Le Vestibule (Oulam), relié à la Terre et au corps humain, est inondé par la lumière du jour.
- Le Saint Lieu (Hikal), associé à l’Atmosphère et l’âme humaine, reçoit la lumière du jour réfléchie.
- Le Saint des Saints (Debir), représentant le Ciel ou l’Esprit, est plongé dans l’obscurité.
Sur les 2 côtés du Vestibule se tiennent les Colonnes J\ et B\, disposées le long d’un axe « vertical » qui a son équivalent tant dans le macrocosme que dans le microcosme.
L’axe du microcosme : il symbolise la voie spirituelle suivie par celui qui entend s’élever et atteindre la pleine réalisation. Cette direction, appelée sushumnâ, s’étend depuis la base de la colonne vertébrale à la couronne de la tête et se prolonge au-delà. Le long de sushumnâ se trouvent les chakras, centres subtils de l’individu. Leur éveil successif correspond aux différentes étapes vers la pleine réalisation. Le passage d’un état à un autre consiste toujours en une mort au cycle précédent et une naissance au cycle suivant. Ce processus d’initiation a symboliquement lieu dans la caverne cosmique. Les principales étapes sont :
- la naissance physique
- la deuxième naissance au domaine des possibilités subtiles de l’individualité humaine. C’est une ré-génération psychique produisant un être humain centré. Elle correspond à l’initiation aux petits mystères, accessibles par la porte des hommes.
- la troisième naissance est d’ordre spirituel. Elle donne accès au domaine des possibilités supra-individuelles à travers la porte des dieux. C’est l’initiation aux grands mystères.
En franchissant la porte des hommes, l’être humain pourra accèder à l’état d’être primordial, intermédiare entre l’homme ordinaire et l’Etre spirituel. A moins d’avoir atteint la ré-génération psychique complète, il repassera la porte des hommes et se retrouvera dans un nouveau cycle du monde manifesté.
Pour passer du monde individuel au monde spirituel, il empruntera la porte des dieux et quittera définitivement la caverne cosmique, c’est le but ultime de l’initiation.
L’axe du macrocosme : la sphère céleste et l’horizon sont des représentations des mondes céleste et terrestre. Ils sont reliés par un axe vertical dénommé axe du monde. Le point associé au soleil levant se déplace le long de l’horizon en direction du nord terrestre quand le soleil de midi s’élève vers le nord céleste. Inversement, quand le soleil de midi descend vers le sud céleste, le point du soleil levant glisse le long de l’horizon en direction du sud terrestre. La phase ascendante est associée à la voie des dieux (dêva-yâna) et la descendante à la voie des ancêtres (pitri-yâna).
La phase ascendante, allant du solstice d’hiver au solstice d’été en direction du Nord céleste, correspond à la voie de la clarté ; la phase descendante, menant du solstice d’été au solstice d’hiver en direction du sud céleste, s’apparente à la voie obscure. La Bhagavad-Gitâ dit bien : « feu, lumière, jour, lune croissante, semestre ascendant du soleil vers le nord sont les signes lumineux qu mènent à Brahma ; fumée, nuit, lune décroissante, semestre descendant du soleil vers le sud sont les sombres signes de la voie du retour au monde manifesté ».
La porte des hommes est associée au solstice d’été et la porte des dieux au solstice d’hiver. L’angle formé par les deux directions associées au lever du soleil aux solstices d’hiver et d’été dépend de la latitude du lieu de l’observateur. En prenant la valeur de cet angle pour Jérusalem (56°) et en la combinant avec les dimensions du Temple, on peut montrer que les deux colonnes indiquent exactement la position du lever du soleil aux solstices d’hiver et d’été.
La Colonne J\ serait ainsi associée à la porte des dieux et la Colonne B\ à la porte des hommes.

5 - les Colonnes et le parcours de l’AA\.

Lorsque vous m’avez reçu parmi vous, vous m’avez soumis, après le cabinet de réflexion, à 3 épreuves dans le Temple : l’air, l’eau et le feu. Ces voyages débutent et se terminent à l’Occident, et, je me l’imagine, peut-être même entre les Colonnes J :. & B :.. Elles représentent la première porte à franchir sur le chemin de la découverte de soi-même ; elles sont le premier symbole que nous rencontrons lorsque nous nous mettons à l’ordre, lorsque nous nous préparons au travail. Elles marquent symboliquement la transition entre le monde profane et l’univers des initiés, induisant la transformation de celui qui franchit cette limite.
Le symbolisme de la Porte est de tout temps présent dans la tradition des civilisations. Du toril, précédent l’entrée des temples shintoïstes au portique grec, des Portes de pierre égyptiennes, dans les mastabas, improprement appelées “fausses portes” alors qu’elles sont des portes de Vérité, au jubé des cathédrales, chacune de ces représentations est une invite à tenter un passage. Car c’est bien une incitation à changer de nature que propose le symbole. A savoir : oser franchir et passer dans une nature inconnue, oser affronter un monde invisible non exempt de dangers.
En F :. M :., celui que l’on est appelé à découvrir derrière la porte n’est rien d’autre que soi-même, c’est-à-dire l’être vrai, dépouillé de tout artifice social, qui est en chacun de nous. Il arrive aussi, parfois, que l’on ne sache ou ne veuille reconnaître cet être, autrement dit naître effectivement de nouveau avec lui. Pourtant l’une des plus belles significations de la Porte est peut-être l’homme lui-même. Car si l’homme est porteur de sa densité charnelle bien concrète, avec tous les aléas que cela peut comporter, il est également fait d’une abstraction nommée âme qui peut lui permettre de se transcender. En d’autres termes, de franchir en lui-même des Portes successives de réalité et de conscience.
Les Colonnes J\ & B\ me rappelent constamment que le binaire n’est qu’apparence, que le monde, que la vie, que l’homme ne sont pas uniquement blancs ou noirs, pas uniquement vrais ou faux, pas uniquement bons ou mauvais. Les Colonnes me permettent de progresser car elles m’indiquent la voie du ternaire stabilisateur, la voie du delta lumineux. Père et mère deviennent enfant ; force et matière deviennent mouvement ; raison et imagination deviennent intelligence.
Je vous remercie fraternellement mes TT\ CC\ FF\ de m’avoir aidé à franchir les Colonnes J :. & B :. et de m’avoir ainsi donné la possibilité d’ouvrir la porte de la première étape d’un voyage que je ressens à la fois difficile et passionnant. Je vous remercie de m’avoir permis de redécouvrir la joie d’apprendre, la difficulté de l’effort et le plaisir à surmonter l’obstacle. En tant qu’A :. et pour autant que vous me donniez à nouveau la parole, je serai heureux de vous faire part et de vous rendre compte de la poursuite des mes travaux sur la symbolique de la Porte. Ils porteront sur l’emplacement, le sens des Colonnes placées dans notre Temple et sur leur présence dans le monde contemporain : N’a-t-on pas affirmé dans les colonnes de la revue Alpina que les tours du World Trade Center étaient les Colonnes J\ & B\ de l’Amérique ?
Vén\ M\ en Ch\, mes TT\ CC\ FF\, je vous remercie de votre bienveillance. J'espère aujourd'hui avoir fait un premier dégrossissage de ce sujet et je me réjouirais de vos apports et compléments.

J’ai dit, Vén\ M\

Source : www.ledifice.net

Partager cet article

Published by P\ P\ - dans Planches
commenter cet article
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 07:32

Nous qui partageons fraternellement ce repas de St jean d’hiver, imaginons quelques instant ce que pouvait être l’émoi ressenti par nos ancêtres réunis aux fonds des grottes autour d’un feu pour ce même partage.

L’obscurité, la profondeur des lieux, le feu, l’eau de ruissellement, la joie des naissances, la peur de la mort…, à y réfléchir, nous ne faisons que poursuivre le cycle en nous assemblant pour partager l’émotion de la vie.

La F:.M:.se réfère à la Tradition, c’est à dire à cet enseignement particulier issu de l’expérience des générations et qui se poursuit inlassablement sans qu’il soit possible d’en trouver la trace exacte ou l’origine.

De l’émotion et du rêve à la magie, de la magie à la religion et à la philosophie.

En cette occasion particulière de la St Jean d’hiver, je vous propose de changer de dimension et de nous transporter dans le temps et dans l’espace.

Je vous invite à porter notre regard au-delà du plafond de cette salle, par delà la grotte de nos ancêtres pour partager l’interrogation du ciel à la recherche des étoiles.

Au solstice d’hiver les jours sont les plus courts et ils vont bientôt grandir.

C’est la victoire du soleil sur la nuit, de la lumière sur les ténèbres.

C’est le renouveau du cycle.

De tout temps, l’homme s’est imaginé et ressenti comme partie intégrante de l’univers et de ses cycles, en relation avec lui par une étrange alchimie.

C’est dans un texte alchimique que je vous invite à la réflexion et au voyage immobile.

Je vous cite le texte de la Table d’Emeraude dont l’origine remonte semble-t-il au VI ème siècle :

« Il est vrai, sans mensonge, certain et très véritable ;

Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ; par ces choses se font les miracles d’une seule chose. Et comme toutes les choses sont et proviennent d’UN, ainsi toutes les choses sont nées de cette chose unique par adaptation.

Le Soleil en est le père et la Lune la mère. Le vent l’a porté dans son ventre. La terre est sa nourrice et son réceptacle.

Le Père de tout, le Thélème du monde universel est ici. 

Sa force ou puissance reste entière, si elle est convertie en terre.

Tu sépareras la terre du feu, le subtil de l’épais, doucement, avec grande industrie. 

Il monte de la terre et descend du ciel et reçoit la force des choses supérieures et des choses inférieures. Tu auras par ce moyen la gloire du monde et toute obscurité s’enfuira de toi.

C’est la force, forte de toute chose, car elle vaincra toute chose subtile et pénétrera toute chose solide. 

Ainsi le monde a été crée. 

De cela sortiront d’admirables adaptations, desquelles le moyen est ici donné.

C’est pourquoi j’ai été nommé Hermès Trismégiste, ayant les trois parties de la philosophie universelle.

Ce que j’ai dit de l’œuvre solaire est complet. » 

Le cycle de la vie, la lumière succédant aux ténèbres, la vie et la mort sont de l’essence même de notre recherche.

Pourquoi avons nous été initiés ?

Pour donner un sens à notre vie !

Pour cela il faut emprunter un chemin.

Et sur le chemin de la vie, nous avons plus de chances de nous perdre que d’arriver à bon port.

Devant l’ignorance de notre destin, il est nécessaire de se souvenir de l’enseignement universel pour dresser des bornes et des repères afin de progresser sans encombre, pour essayer de comprendre s’il existe un plan et à quel endroit il se trouve.

Intégrer la formule « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut… » c’est diriger son pas et son regard vers autre chose que le quotidien et ses apparences :

C’est se situer, se connaître en parcourant cet axe vertical et en prenant conscience d’appartenir à l’univers et à l’humanité. C’est se connaître pour connaître les autres ;

C’est accepter d’être esprit et matière, ange et démon, vin et pain.

C’est ressentir les saisons et leurs cycles.

C’est se plier aux exigences de la nature sans renoncer à l’améliorer.

C’est accepter la fatalité de la mort comme une opportunité de renaissance spirituelle.

C’est partager chaque moment de bonheur par ce qu’on en connaît le prix.

C’est redouter l’immobilité et le désespoir.

C’est franchir le point bas du solstice en se disant qu’il ouvre sur une nouvelle ère.

Nous sommes ici pour célébrer cette victoire du soleil sur les ténèbres.

Pour glorifier cette victoire par le travail accompli et nous féliciter de celui à entreprendre.

Pour partager le pain qui nourrit l’homme mais aussi le vin qui libère l’esprit.

Pour former cette communauté fraternelle et ressentir ce frémissement à l’évocation de nos anciens.

Mes F\, au sein de cette chaîne unissant les hommes depuis l’origine des temps, réjouissons nous d’avoir eu le privilège de percevoir la lumière de l’initiation.

Réchauffons nos cœurs au plus profond de l’hiver ; buvons !

J’ai dit.

Source : www.ledifice.com

Partager cet article

Published by Christian Car\. - dans Planches
commenter cet article
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 06:45

Quel Frère n'a pas assisté à une tenue, alors qu'il était absent des colonnes ?
Lequel d'entre nous, hors du temple, ne connaît pas mieux que les présents les paroles prononcées ce midi-là ?

Je sais bien que nos tenues se situent hors du temps, que le temple est un endroit extra-ordinaire, que les boucles dans l'espace temps sont scientifiquement reconnues, mais tout de même !

Vous l'avez donc tous compris, je vous entretiendrai ce midi de la promesse prise par tous en fin de tenue :
Je le Jure.

Trois mots, trois mots très simples que l'on formule à la fin de chaque tenue, d'une manière presque anodine, après que le V\M\ ait prononcé :
« Retirons-nous en paix en jurant d'observer la loi du silence ! »

Je me servirai de Larousse pour la définition du mot jurer, n'y voyez aucune forme de préférence ou discrimination de ma part envers Robert, quoi que. Il nous déclare que jurer c'est :
« Prononcer solennellement un serment en engageant un être ou une chose que l'on tient pour Sacré »
Jurer c'est donc un serment, et un serment c'est loin de n'être qu'une simple formule, bien plus qu'un voeu, c'est un engagement solennel. En outre, cette obligation est prise « sur une chose que l'on tient pour sacrée. »

En observant de plus près la formulation : « Retirons-nous en paix en jurant d'observer la loi du silence ! » la notion de secret m'est tout de suite apparue ainsi que les questionnements suivants :
Quel secret ?
Envers qui : Le monde profane ou pour les Frères absents ?
Pourquoi ?
Et surtout comment respecter cet engagement ?

Quel est donc ce si grand secret pour que nous devions réitérer inlassablement cet engagement à la fin de chaque tenue ?
Celui de la F\M\ ?
Permettez-moi de vous faire part de mon scepticisme. A mon avis, point de véritables secrets en F\M\, hormis le vécu. En effet, depuis des lustres, tout, ou presque, a été dit, écrit, publié, buriné, enregistré, filmé et maintenant gravé sur le sujet.

Envers un profane ?
Non, car comme nous l'avons vu plus haut, celui qui veut s'instruire peut le faire dans n'importe quelle bibliothèque un peu spécialisée ou, plus facilement encore, sur le Web.

S'agirait-il par conséquent de ce qui s'est dit, passé, échangé durant la tenue ?
Cette discrétion s'adresserait donc plus particulièrement envers les frères absents ce soir-là, qu'ils soient maillons de l'atelier, visiteurs assidus de la loge ou F\ d'autres obédiences.

Avant d'aller plus loin dans cette direction, penchons-nous plutôt sur le motif.
Pourquoi ne peut-on faire partager à un F\ absent ce que nous avons vécu ? Qu'y a t'il de si important pour que nous ne puissions le retransmettre ? Y aurait-il une personne, et encore, qui puisse délivrer le message ?

Il convient donc d'examiner le déroulement de nos tenues.
Vous en connaissez comme moi le cheminement et la manière dont les propos sont et doivent être tenus.
Nous avons un chef d'orchestre qui dirige les travaux, le VM, secondé par 2 bras droits (parfois un peu gauche pour certain), les Surveillants, plus quelques techniciens en renfort prêts à intervenir.

Des tracés sont lus, discutés, éclairés, mais, en principe, en utilisant les outils spécifiques à la F\M\. Notamment, l'intervenant doit toujours s'adresser au V\M\, jamais au F\ conférencier ou à un précédent orateur. Aucun dialogue ne doit se créer, il s'agit d'apports, de compléments d'informations ou de point de vue et non de rallier à sa cause ou de faire admettre ses propres idées à coups de maillets, de burins ou de marteaux piqueurs. Nous sommes présents sur les colonnes pour apporter une pierre, quelle qu'en soit sa taille :
Bloc parfaitement taillé et calibré pour certains, caillou ou grain de sable pour d'autres.

L'engagement ne semble pas, de ce fait, concerner les différents écrits, les planches. Leurs auteurs ou l'archiviste peuvent toujours les transmettre, mais étant écrites, donc figées et analysables, point d'interprétations possibles.
A ce sujet Socrate considérait que « les écrits n'amorcent pas de véritables dialogues, ils sont des obstacles à l'avancée des idées. » Cela devrait nous permettre de diminuer le risque de polémiques éventuelles.

Nous savons tous que la vérité n'est pas unique. Plaçons-nous sur ce fil imaginaire qu'est le périmètre d'un cercle et observons la vérité placée en son centre. Immanquablement, elle prendra des formes différentes. En premier lieu, nos positions personnelles sur ce cercle nous la montrent sous des angles différents. En second lieu, même en se plaçant sur un même point et une même hauteur, je ne vise aucun duo de compagnons en particulier, de par notre disposition d'esprit, de notre cheminement initiatique, culture différente, nous ne percevons pas les images de la même manière, d'où des interprétations de texte ou d'interventions parfois très différentes de ce qui a été dit ou souhaité être dit.

Ce serait donc au sujet des interventions et surtout de leurs retranscriptions qu'il faut être vigilant car en rapportant des paroles, on s'expose à les travestir. Restitués, ces propos peuvent arriver avec un sens sérieusement différent de la pensée qu'en avaient leurs auteurs.

Pour moi les tenues sont toujours une communion, parfois plus spirituelles que d'autres. A la question du V\M\ « où les ouvriers perçoivent-ils leurs salaires ? » Bien rares furent les soirs où je ne me trouvais pas en tête à la colonne B.:
Comment ne pas faire partager à un de nos frères le moment magique encore une fois vécu ?
Pourquoi ne pas le faire profiter de ce salaire ? Raison de plus si l'absence était due à des motifs familiaux, professionnels ou de santé.

Une de nos tâches, comme F\M\ est de « faire briller à l'extérieur la Lumière qui a éclairé nos travaux pour achever l'oeuvre commencée dans le Temple. »
Mais comment procéder sans distribuer la substantifique moelle tout en respectant la parole donnée ?
Comment ne pas répondre aux questions, ou interrogations d'un F\ sur un sujet qui préoccupe la L\ ?. Doit-on le laisser dans l'ignorance, lui répondre que son premier devoir comme F\M\ est d'être présent aux tenues ? La vie profane ou familiale serait-elle nettement moins importante que nos réunions ?
Par contre, il est bien évident que le devoir de réserve doit s'appliquer lorsqu'il s'agit, par exemple, de votes pour l'acceptation d'éventuels profanes, d'augmentations de salaire. Le nombre de voix, les interventions ou la position des différents frères ; ces paroles rapportées peuvent mettre mal à l'aise ou blesser le parrain, le F\présentateur ou celui concerné. Dans ce cas, seul le résultat de la décision de la L\ est important, bien plus que les éventuels débats ou échanges d'opinions.

Comment prêtons-nous serment ?

Un peu d'histoire sur les modalités des prestations de serments.

Pendant très longtemps, les serments importants se prêtaient par le sang :

Soit en les mélangeant, soit en le buvant, qu'ils s'agissent des indiens d'Amérique, des Chinois, des confréries d'Europe orientale ou des Templiers. On devenait alors des frères de sang d'ou l’expression pacte de sang.
J'ai entendu dire que, dans certains rites F\M\, cette pratique serait encore en vigueur. Quoi de plus symbolique qu'un serment sur l'essence même de la vie !
Par ailleurs, Conchobar, roi de l'Ulster, prête serment par le ciel, la terre et la mer. Trois des 4 éléments. De leur côté, nos ancêtres les Gaulois, pour le traité avec Alexandre le Grand, invoquent leur parole, le ciel, la terre et la mer.
La parole, une valeur bien plus dure que le granit, voici encore moins d'un demi-siècle, et aujourd'hui, AMHA, bien plus poreuse que du calcaire.

Généralement, en F\M\, nos engagements s'exécutent d'une manière assez similaire.
Main droite dégantée, éventuellement sur (et non au-dessus) des 3 grandes lumières, bras droit tendu.
La main droite est dégantée, mise à nu, comme doit l'être notre cœur à ce moment précis.

Ce serment que nous prenons est un engagement, un engagement vis-à-vis de nos frères bien sûr, mais bien plus important encore, c'est une promesse envers soi.
Comme le disait un des F\ de la Loge : « Quels que soient notre maquillage, nos postiches ou déguisements, le miroir nous reflétera tel qu'il nous voit. Nous pourrons éventuellement tromper notre famille, nos amis, nos F\, mais nous ne pourrons jamais nous tromper nous-même. »

Au GAIAC, beaucoup d'entre nous ont pris l'habitude d'entrer en loge avec la main droite bien à plat et immobile sur le coeur : Signe de fidélité.
C'est aussi sur un signe d'amour : « Avoir la main sur le cœur. »
Cette main sur le cœur sert à garder les êtres chers bien au chaud en son sein, mais aussi à l'abri des regards. Elle est également là pour les protéger, pour empêcher les secrets qui nous ont été confiés, aussi bien d'être aperçus que de ressortir. Dans d'autres rites « cela signifie que vous protégez le dépositaire de vos secrets contre toutes tentatives insidieuses. »

Cette même main droite me remémore le premier cadeau fait par la L\ à nos nouveaux FF\ le jour de leur initiation : Notre tablier. Comme lui, elle est donc bien une protection !
Une main sur le coeur !
Une sous la gorge !
Deux positions similaires, à un angle près de 90°, toujours dans un même but : Nous rappeler constamment notre premier serment dont je vous rappelle la teneur :
« Je jure solennellement de ne jamais révéler aucun des secrets de la Franc-Maçonnerie, sous peine, si je devais y manquer, d'avoir la langue arrachée et la gorge coupée, et d'être jugé comme un individu dépourvu de toute valeur morale et indigne d'appartenir à la
Franc-Maçonnerie. »

Mais quelle valeur accordons-nous à notre parole ? source :
www.ledifice.net

Je le jure V\M\

source : www.ledifice.net

Partager cet article

Published by J\ V\ - dans Planches
commenter cet article

Présentation

  • : Loge de Recherche Laurence Dermott
  • Loge de Recherche Laurence Dermott
  • : Blog de la Loge de Recherche indépendante Laurence Dermott. Cette Loge ouvrira ses travaux au Grand Architecte de l'Univers. Erin Go Bragh!
  • Contact

Blason de la RL Laurence Dermott

Loge-Dermott.gif

        727 ARTICLES

                       537 ABONNES 

Recherche

St Patrick blessing

 

 irish-flag-cd51f

May St. Patrick guard you wherever you go,

and guide you in whatever you do,

and may his loving protection

be a blessing to you always.

God save the Ireland

           

Michaël Collins

Danny Boy