Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 17:48

..La franc-maçonnerie qui s'implante en France vers 1725, dans le sillage d'exilés politico-religieux britanniques, est issue de la Grande Loge de Londres, d'inspiration Moderne. 

Le rite des futurs Modernes est traduit en français. Il est pratiqué par la quasi-totalité des loges qui se créent dans le royaume et ne semble pas avoir de nom. A partir de ce rite, à Lyon et en Alsace, va s'élaborer avec d'importants apports juifs, christiques, et chevaleresco-templiers, le Régime Rectifié. 

L'apparition d'autres systèmes maçonniques, dits presque toujours"écossais", la volonté du Grand Orient de France d'organiser et de contrôler la franc-maçonnerie française, et le désir de nombreuses loges d'avoir une version universelle des rituels, provoquent la fixation d'un rite" Moderne" qualifié en 1785-1786 de "Français". Au sein du Grand Orient, pour les grades bleus, dans la 4ème chambre dite Chambre des Grades, créée en 1782, et au sein du Grand Chapitre Général de France, quelques frères, notamment Alexandre-Louis Roëttiers de Montaleau, ont mené à bien ce travail. 


En 1785, le modèle français est à peu près fixé. Aux trois grades symboliques d'esprit Moderne, s'ajoutent quatre ordres supérieurs : Élu Secret, Grand Élu Écossais, Chevalier d'Orient et Souverain Prince Rose-Croix. En 1786 le Grand Orient propose un texte de référence pour les trois grades bleus, diffusé sous la forme de copies manuscrites. L'ensemble est désigné sous le nom de Rite Français. Pourtant. si certains des quatre grades supérieurs sont peut-être français, les trois premiers sont d'origine anglaise Moderne. L'objectif est en fait de se distinguer des divers systèmes dits écossais, souvent élaborés ou synthétisés en France, mais qui viennent rarement en droite ligne d'Écosse.

 La Révolution passée, en 1801, 1e Grand Orient le fixe en le faisant imprimer dans le Régulateur.  On notera qu'au début du siècle, ledit Régulateur du maçon (1801) inspiré du Rite des Modernes, et le Guide des maçons écossais (1803), en partie inspiré du Rite des Anciens, texte de référence du Rite Écossais Ancien et Ac­cepté, divergent plus sur la forme que sur l'esprit. Pourtant la concurrence de ces deux rites conduit à un effet de nomination. 


Au XIX' siècle, Rite Moderne devient équivalent de Rite Français. C'est ainsi que Vuillaume emploie les deux termes. Ils s'appliquent aussi bien aux trois premiers grades qu'aux quatre ordres supérieurs, mais l'un ou l'autre terme est historiquement contestable quand il désigne l'ensemble.

Le terme de Rite Français va ensuite s'imposer tandis que celui de Rite Moderne va tomber en désuétude dans le dernier tiers du XIX" siècle. Notons cependant qu'en Belgique, où les pesanteurs nationalo-linguistiques n'ont pas imposé l'adjectif "Français", le qualificatif "Moderne" est toujours utilisé. Quoi qu'il en soit, durant tout le XIX" siècle, la différenciation entre Régime Français et écossisme va aller croissant. Si le Rite Français est très majoritaire au Grand Orient de France, quelques-unes de ses loges travaillent au Rite Écossais Ancien et Accepté.        

En 1858, une nouvelle rédaction du Rite Français dit Murat, du nom du Grand Maître, est publiée "idéologiquement", le texte n'est guère différent de celui du Régulateur. Le nouveau modèle continue de définir la maçonnerie de manière "classique", dans la tradition andersonienne. On reste dans l'héritage de la philosophie des Lumières, et dans un spiritualisme assez fade et assez flou pour ne pas trop gêner les consciences. Notons cependant que ce premier toilettage se fait dans une obédience qui, depuis l'amendement Charles Duez adopté le 13 avril 1849, précise que la franc-maçonnerie "a pour base l'existence de Dieu et l'immortalité de l'âme".  
 

L'après-Convent de 1877 conduit à des retouches plus hardies. En 1879, le Grand Collège des Rites, chargé par le Conseil de l'Ordre du Grand Orient, fait disparaître des rituels les formules trop ouvertement religieuses, comme la référence au Grand Architecte de l'Univers, les devoirs envers Dieu au 1°, l'explication métaphysique de la lettre G au 2° et l'invocation à Dieu du signe d'horreur au grade de maître. En 1886, une commission de 12 membres, présidée par l'avocat Louis Amiable (1837-1897), procède à une nouvelle révision adoptée en Conseil de l'Ordre les 15-16 avril. Le nouveau rituel français, qui prendra le nom de son principal rédacteur, est accompagné d'un "rapport sur les nouveaux rituels pour les loges" rédigé par Amiable lui-même. Ce codicille explique que le nouveau texte, en partie inspiré des rituels du Grand Orient de Belgique, se réfère grandement au positivisme. Sa philosophie générale est la "neutralité entre les diverses croyances" et le fait que"les données certaines fournies par l'état actuel de la science devaient être par nous mises à profit". Daniel LIGOU a présenté les violentes critiques adressées au rituel Amiable par Oswald WIRTH. Un rapport d'Amiable, adopté par le Grand Collège des Rites et transmis par le Conseil de l'Ordre du Grand Orient à toutes les loges en mars 1896, clôt provisoirement le débat.  

Durant ce demi-siècle, les quatre ordres supérieurs tombent en désuétude. Le rituel Amiable, quelque peu modifié en 1907 sous l'autorité du Grand Commandeur Jean-Baptiste Blatin,  restera en l'état jusqu'en 1938, date où, sur l'initiative d'Arthur Groussier, alors Grand Maître du Grand Orient pour la 9" fois, un nouveau modèle du Rite Français est adopté. La nouvelle version est une tentative de retour aux sources symboliques du système français, et non une nouvelle mouture encore plus ultra positiviste. 


En 1955, la version définitive du rituel Groussier, légèrement aménagée dans la forme sous l'autorité de Paul Chevalier est imprimée et diffusée. Malgré quelques apports et quelques ajouts opérés par un certain nombre de loges, le rituel Groussier est toujours en vigueur. 

Dans le long travail de reconstruction des obédiences dans l'après-guerre, des maçons érudits et/ou versés dans les recherches initiatiques ou symboliques souhaitent retrouver ou revivifier les potentialités de la tradition maçonnique française du XVlIIème siècle, héritière des Modernes.

Ainsi, au sein du Grand Orient de France, des maçons regrettent que les frères attirés par le symbolisme et le respect des pratiques rituelles quittent le Rite Français pour l'écossisme. Ce petit groupe pense que l'on peut concilier option symbolique et rigueur rituelle au sein du Régime Français. Avec l'accord de Francis Viaud, alors Grand Maître du Grand Orient de France, il est décidé de "réveiller" le Rite Français dans sa version originale. A cet effet est créée la loge du Devoir et de la Raison (1955). Ses membres auraient pu utiliser le modèle imprimé du Régulateur (1801). Ils préfèrent essayer de reconstituer à partir de ce dernier, mais en y incluant des ajouts tirés de divers documents du XVl!l" siècle, un rituel proche de celui qui est pratiqué dans la franc-maçonnerie française adolescente. Ainsi naît le Rite Moderne Français Rétabli "Moderne", puisqu'il s'inscrit dans la tradition de la Grande Loge Anglaise des Modernes "Français" car il est fidèle à la version implantée en France et traduite en français "Rétabli" pour affirmer que le texte est le résultat d'un travail de reconstruction, de recomposition et de restitutions historiques, symboliques et philologiques. 


Aujourd'hui, le Rite Français Groussier est largement dominant au Grand Orient de France où il est exclusivement pratiqué par 750 loges (80% de l'effectif) et à la Grande Loge Mixte Universelle (38 loges sur 100). Il est légèrement majoritaire au sein de la Grande Loge Mixte de France (41 loges sur 75).  Depuis 1972 il est également pratiqué au sein de la Grande Loge Féminine de France, le Grand Orient ayant accordé une patente "française" à l'obédience féminine. 

Le Rite Moderne Français Rétabli est utilisé par 7 loges du Grand Orient tandis que 4 autres ateliers de cette obédience maçonnent au Rite Français Ancien, version voisine du Rétabli. Quelques frères de la rue Cadet, fondateurs ou affiliés à la Grande Loge Nationale Française Opéra devenue Grande Loge Traditionnelle et Symbolique Opéra apportent en 1958, le Rétabli à la nouvelle obédience où un dixième des ateliers l'utilisent encore. En 1968 les frères qui fondent la Loge Nationale Française apportent le Rite Moderne Français Rétabli qui donnera, après un long et minutieux travail "d'archéologie symbolique" pour retrouver des documents encore plus originaux, le Rite Français Traditionnel. 

Lors de la remise de la patente du Rite Français par le Grand Orient à la Grande Loge Féminine de France, quelques loges féminines adoptent également le Rite Français Moderne Rétabli. 

La Grande Loge Indépendante et Symbolique des Rites Unis-Humanilas issue d'une scission de la Loge Nationale Française, compte également quelques loges travaillant au Rétabli. 

39 loges du Grand Orient et quelques ateliers de la Grande Loge Féminine de France ont adopté le Rite Français Moderne d'après le Régulateur de 1801. 


En 1978, des frères de la Loge Nationale Française rejoignent la Grande Loge Nationale Française en y apportant le Rite Français Traditionnel. Londres, consultée le juge un peu trop"chrétien". Aussi l'obédience du boulevard Bineau a-t-elle préféré adopter le Rite Français d'après le canon du Régulateur de 1801. Aujourd'hui, une centaine d'ateliers de la Grande Loge Nationale Française le pratiquent. 


Ce panorama complexe montre combien les équations (Rite Français = Grand Orient de France et Rite Français = version Groussier) méritent d'être nuancées. De plus, ce tableau ne tient pas compte de diverses retouches ou réécritures apportées par des maçons ou des loges à l'une des trois grandes versions du Rite Français, ni des querelles picrocholines et des discours matamoresques des uns et des autres pour prouver l'authenticité, l'historicité et la véracité des diverses rédactions peu"orthodoxes". Quoi qu'il en soit, le Rite Français utilisé dans l'une des trois versions "historiques", proches dans la forme mais parfois différentes dans l'esprit, n'est plus majoritaire au sein de la franc-maçonnerie française, où il est rejoint  -voire dépassé - par le Rite Écossais Ancien et Accepté.

Source : le blog de Montaleau

Repost 0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 11:46

Le langage direct est incapable d’exprimer pleinement et complètement les pensées. S’il répond aux besoins immédiats de l’Homme, il est néanmoins insuffisant pour présenter en un grand ensemble une idée avec ses développements, ses corollaires et ses analogies. De même que les sentiments et les passions sont mieux décrits par les langages immatériels qui s’adressent directement au coeur, comme la musique et la peinture, de même les conceptions métaphysiques sont mieux développées et plus complètement exprimées par les allégories et les figures matérielles appelées symboles.
Un drame, lu dans un cabinet de travail, ne peut produire l’effet terriflant Si grandes que soient l’imagination du lecteur et son expérience en matière dramatique —de son interprétation par des acteurs complètement pénétrés de leurs rôles ; car, à la lecture, l’esprit, le principe vital du drame, ne peut pas empiéter sur la lettre, ni même se manifester par le moyen de la lettre.
Dans chaque idée, qu’elle soit exprimée par la parole ou par l’écriture, il est nécessaire de considérer la forme et le motif premier, la lettre et l’esprit, l’enveloppe matérielle et l’essence spirituelle, ou, suivant le langage des Mystères, l’exotérisme et l’esotérisme.
Le Langage direct et précis ne peut rendre une pensée que dans sa forme extérieure et incomplète. la nature grossière et indocile de nos langues occidentales, combinée avec la rigidité de notre système alphabétique représentant non des idées, mais seulement des sons, empêche entièrement l’essence de la pensée de s’ouvrir un chemin à travers la pure succession de mots constituant ce qu’on appelle une phrase grammaticalement construite.
Les anciens philosophes orientaux comprenaient parfaitement cela et donnaient par consequent à leurs discours une portée plus grande : car, non seulement leurs paroles avaient un sens strict et littéral, mais encore et surtout elles avaient un sens figuré. Ils imageaient richement leur langage, et parlaient en apologues, fables et paraboles, dirigeant ainsi les méditations de leurs auditeurs vers une source inépuisable d’applications religieuses et scientifiques.
De plus, leur écriture était également imagée, et les Egyptiens, nos anciens Maîtres, donnaient trois principales interpretations à chacun de leur caractères graphiques. Outre leur valeur phonétique, ces caractères avaient un sens symbolique ou hièroglyphique et un sens sacré ou hièratique.
Le langage sacré des Kabbalistes, sur la philosophie desquels reposent les enseignements de la Franc-Maçonnerie en général et du Martinisme en particulier, était l’Hébreu. Une lettre, en Hébreu, avait : 1° une valeur phonétique ; 2° une valeur numérique ; 3° elle représentait une idée positive, quand elle était seule ; 4° une idée relative, lorsqu’elle était accompagnée d’autres lettres ; enfin, 5° elle avait un pouvoir effectif et talismanique, combinant tout de suite la pensée, la parole et l’action.
Un simple mot de la langue sacrée renferme en lui-même un sujet inépuisable de méditations qui ne sauraient trouver place dans des volumes écrits au moyen de nos caractères graphiques, directs et mathématiques, signes dépourvus de sens, étranglés au milieu d’une orthographe barbare et dune syntaxe tyrannique.
Pour comprendre les Mystères de l’Antiquité et perpétuer l’ancienne Sagesse, le recours à leur Symbolisme est nécessaire ; ce fut le premier langage de l’homme, ce sera aussi le dernier, car, comme dans le cercle formé par un serpent se  mordant la queue, la fin des choses se confond avec leur origine et ainsi l’Humanité ne meurt jamais que pour se survivre à elle-même.
Ceci est le premier et sera le dernier Symbole du Martinisme, institution qui représente aujourd’hui les anciennes écoles de philosophie. Cet Ordre communique ses enseignements par le moyen de la méthode éminemment intellectuelle de l’analogie, qui est la seule voie conduisant à la comprehension de la nature abstraite de Dieu, de l’Homme et de l’Univers.
Suivant les Traditions de nos anciens maîtres, les Egyptiens, les Chaldéens, les Platoniciens et plus spécialement les Kabbalistes, nous croyons que toutes les lois de la création sont identiques et peuvent être réunies dans un grand et unique Principe, appelé l’Absolu, qui gouverne avec une égale régularité les phénomènes de la nature, les pensées et les actions de l’Homme, et la puissance créatrice de Dieu.
Cest pour la recherche de l’Absolu, autre dénomination de ce que nos Frères Hermétiques appelaient la Pierre philosophale, qu’on engage les Martinistes à méditer avec patience sur les beaux symboles qui vont vous être expliqués.
 
 
Les Luminaires
 
Voyez ces Luminaires, disposés en triangle et qui reposent sur des couches de différente couleur, rouge et noire. Ils symbolisent l’Unité émanant de la Diversité.
De même qu’une seule et unique Lumière émane de trois Luminaires différents, de même une seule et unique Vérité émane de sources différentes et en apparence opposées.
Dans ce Symbole, l’Initié sait reconnaître la Religion, toujours la même sous les cultes multiples qui la traduisent aux profanes.
Il n'y a qu’une Religion, comme il n’y a qu’une Vérité, et aucun Culte, qu’il se nomme Brahmanisme, Bouddhisme, Catholicisme, Judaisme ou Islamisme, ne peut s’attribuer le monopole à l’exclusion des autres Cultes. C’était là le fond des initiations antiques, mystères de Memphis, d’Eleusis, de Mithra, etc.
Tout prêtre d’un ancien Culte était un Initié : c’est-à-dire qu’il comprenait parfaitement qu’une seule Religion existait et que les différentes formes de Culte ne servaient qu’il traduire cette Religion aux différents peuples, selon leurs temperaments particuliers. Comme résultat important de ce fait, le prêtre d’un Dieu pouvait être honorablement reçu dans les Temples de tous les autres dieux, et autorisé à leur sacrifier. Il ne faut pas penser, cependant, que cela fût dû à la doctrine ou à l’idée du Polythéisme : le Grand-Prêtre des Israélites reçut dans le Temple un Initié, Alexandre le Grand, et le conduisit dans le Saint des Saints pour offrir un sacrifice (Papus, Le Tarot).
Nos querelles religieuses pour la suprématie d’un Culte sur un autre auraient beaucoup amusé un ancien Initié et l’auraient rempli de mépris pour notre ignorance et notre mauvaise foi. Le but de la plupart des Sociétés secrètes est, par le moyen des hommes d’intelligence, de rétablir cette union, cette tolérance, parmi les membres de la famille humaine.
Songez à l’immense progrès que ferait accomplir à la marche des peuples vers la Perfection cette Communion Universelle des prêtres de tous les Cultes, et vous comprendrez alors la grandeur de l’idée que nous poursuivons.
De même que la Foi, la Science doit voir l’Unité sortir de la Diversité par la synthèse scientifique, concilliant enfin, d’une manière rationnelle, le Matérialisme et l’Idéalisme.
L’Orateur qui s’adresse à un Néophyte bien au courant de la science petit ici disserter sur les vérités et les erreurs des écoles modernes de philosophie.
 
 
Hiérarchie
 
Les Luminaires reposent sur des couches de différente couleur comme un emblème du vrai principe de Hiérarchie, qu’on retrouve à l’origine de toute organisation. la Hiérarchie est ici figurée par les luminaires eux-mêmes, et la lumière, représentée par les couleurs rouge et noire, s’atténue à mesure que l’on descend.
 


HIÉRARCHIE


SOCIALE*


SCIENTIFIQUE*


RELIGIEUSE*


Luminaires
Rouge
Noir


Exécutive
Législative
Judiciaire


Maître
Disciples
Éléves


Dieu
Prêtres
Croyants


*Chacun de ces sujets pourra servir de théme à de longs développements, suivant les préférences reconnues du Candidat.
 

Telle doit être la base de toute organisation véritable et sûre, qu’elle soit sociale, scientifique ou religieuse.
Nous adorons la Divinité dans ses manifestations hiérarchiques dans la Nature dans l’Homme et dans ce Divin « Monde des Esprits qui n’est pas ferme ».
Au sujet de l’Homme, nous retrouvons la même Hiérarchie dans les trois parties qui constituent le tronc : le Ventre, la Poitrine, la Tête, qui donnent respectivement naissance : le Ventre, au Corps qu’il renouvelle ; la Poitrine, à la Vie, qu’elle entretient ; la Tête, à la Pensée qu’elle manifeste.
La Tête et la Pensée, figurées par les Luminaires, sont le degré de la Lumière ; la Poitrine et la Vie, figurées par le drap rouge, sont le degré de la Pénombre ; et le Ventre et le Corps, figures par le drap noir, sont le degré de l’Ombre.
Dans la Nature aussi bien que dans l’Homme, on retrouve encore cette Hièrarchie mystérieuse de trois degrés, dans ce qu’on nomine les trois règnes : le Minéral, le Végétal et l’Animal le règne minéral correspondant au Corps de l’Hommeou au Drap noir, le règne végétal à la Vie de l’Homme ou au Drap rouge, et le règne animal à la Pensée de l’Homme ou aux Luminaires.
Dieu, l’Homme et la Nature forment les trois grandes divisions hièrarchiques de l’Univers, et chaque terme semble être animé d’un pouvoir qui lui est particulier.
La Nature agit par une force fatale guidée par le hasard, dirions-nous, si le hasard existait. Cette force fatale et aveugle est la Destinée, le Dieu des Matérialistes, symbolisé par le Drap noir.
L’Homme agit par la force, demi-fatale et demi-intelligente, de son cerveau ; par sa Volonté, aussi puissante que la Destinée, et qui est symbolisée par le Drap rouge. La Volonté humaine est le Dieu du Panthéisme.
Dieu agit par le force superintelligente et supersconciente nominée Providence, Laquelle peut s’unir à la Volonté humaine, mais seulement par le consentement libre et absolu de cette Volonté ce qui est un grand mystère que nous devons abandonner a votre méditation. La Providence est le Dieu du plus pur Théisme de l’impressionnante initiation des Anciens ; elle est symbolisée ici par les Luminaires.
Mais, de même que ces trois Luminaires ne donnent qu’une seule lumière, de même ces trois grandes puissances, Destinée, Volonté humaine et Providence, ne sont qu’une seule et unique Force Universelle occupant le Centre de tout ce qui existe.
A cette grande force, l’Ancienne Sagesse a donna le nom de Lumière, et c’est bien cette lumière qui, crée par Dieu « dans le commencement », quand la Terre était informe et vide, précéda la lumière purement physique du soleil.
C’est sur la parfaite considération des analogies, même de l’identité de ces trois grandes forces, que doit être basée la réconciliation des trois grandes Écoles de la Philosophie moderne l’Athéisme, le Panthéisme et le Théisme en une grande et forte association pour le triomphe de la Vérité scientifique et religieuse : la proclamation d’une seule Loi, d’une seule Force, d’une seule Lumière, d’un seul Dieu.
Enfin, les trois Luminaires, véritables flambeaux de la Science Universelle, symbolisent aussi les trois grandes Colonnes de la Kabbale, sur lesquelles repose l’Univers intellectuel et physique la Beauté, la Force et la Sagesse.
Dans les Écoles gnostiques, auxquelles le Martinisme se rattache étroitement, la Beauté, dont l’initiale en hébreu est G (רםנ, Gomer), est la force morale, la force de la volonté, dispensatrice de la Vie et de la Mort, du Bien et du Mal, ou, en d’autres termes, le Pouvoir social ; la Force, dont l’initiale en hébreu est O (צר, oz), est la force matérielle, dynamique ou numérique ; la Sagesse, dont l’initiale en hébreu est D (רפד Dabar), est la force spirituelle manifestée par la Science philosophique et religieuse.
Ces initiales, G. O. D., vous rappellent que c'est dans l’association de la Sagesse, ou Religion et Science psychique, de la Force ou Philosophie naturelle, et de la Beauté ou Morale et Politique, que les Martinistes arrivent à la compréhension du Grand Principe unique, l’Absolu, qui est représenté par la pointe d’un instrument effilé et dont le nom, dans nos Mystères, est composé kabbalistiquement des initiales de Gomer, Oz et Dabar, c’est-à-dire Beauté, Force et Sagesse, G-O-D.
Les applications des quelques principes qui vous ont été exposés sont infinis. Mais vous seul devez les développer à vous-même, dès que vous avez découvert la route à suivre. Méditez de tout votre coeur sur le Symbole des trois Luminaires et sur leur mystèrieuse disposition, et la Providence vous sanctifiera.
Nous représentons ce Symbole des trois Luminaires par des hiéroglyphes et des nombres.
Enseignant la grande Loi de l’Unité dans la Trinité, les Luminaires sont représentés par la lettre hébraïque Aleph (א), qui, en Kabbale, est le symbole de Dieu et de l’Homme. Cette lettre est composée de deux iods (י) placés de chaque côté d’un vau incliné (ו). Ces trois lettres, cependant, par leur disposition, ne font qu’un seul caractère.
Celui-ci représente trois nombres : un, vingt-six et huit. Un, parce qu’il est la première lettre de l’alphabet hébreu ; —vingt-six, parce-qu'il est compose de deux iods et d’un vau, dont les valeurs respectives sont 10, 10 et 6 ; huit, parce qu’il est la somme de la réduction théosophique de 26, c’est-à-dire 2 + 6 = 8.
La figure 1 est le nombre de Dieu ; le nombre 26 est celui du Nom incommunicable de la Divinité הןהי (Iod-Hé-Vau-Hé) dont les lettres totalisées forment le nombre 26, c’est-à-dire ה5 + ן6 + ה5 + י10 = 26
Enfin, le nombre 8 symbolise la divine Unité des Cercles Universels, les Cieux et la Terre, la Pensée de Dieu.
 
 
Le Masque
 
Le Masque est posé sur le visage du Néophyte par le 1er Maître des Cérémonies.
Par ce masque, ta personnalité mondaine disparaît. Tu deviens un Inconnu, au milieu d’autres Inconnus ; tu n’as plus à redouter les susceptibilités mesquines auxquelles est astreinte ta vie quotidienne au milieu de gens qui te guettent sans cesse ; tu es bien protégé contre les pièges que l’ignorance, jointe à l’opinion prétentieuse, tendra chaque jour devant toi. Comme nos Anciens Frères, applique—toi à l’art de rester Inconnu, à te retirer en toi—même, tout en observant les autres. Que le masque de la circonspection te protège toujours contre les regards inquisiteurs de ceux dont le caractère. Et la conduite ne prouveraient pas qu’ils sont dignes de venir et de paraître dans le Sanctuaire sacré où la Vérité délivre ses oracles.
Te trouvant seul en face de gens que tu ne connais pas, tu n’as rien à leur demander. C'est de toi-même, dans tout ton isolement, que tu dois tirer les principes de ton avancement. N’attends rien des autres qu’en cas de suprême besoin ; en d’autres termes, apprends à toujours être toi-même.
Inconnu, tu n’as d’ordre à recevoir de personne. Seul tu es responsable de tes actes devant toi-même, et ta Conscience est le maître redouté de qui tu dois toujours prendre conseil, le juge sévère et inflexible à qui tu dois rendre un juste compte de tes actes.
Ce masque, qui t’isole du reste de tes semblables pendant la période de travail, te montre le prix que tu dois attacher à ta Liberté, toute-puissante par ta Volonté devant le Destin et devant la Providence, « cette Liberté que l’on peut appeler la Divinité de l’Homme, le plus beau, le plus superbe, le plus irrévocable de tous les dons de Dieu de l’Homme ; cette Liberté que le Créateur suprême lui-même ne saurait violer sans nier sa propre nature ; cette liberté que l’on doit obtenir par la force quand on ne la possède pas comme une suprême autocratic » (Ehiphas Lévi).
Et, ô mon Frère, tu le possèdes pas cette liberté, qui est la liberté de l’âme et de l’esprit, et non pas seulement celle du corps ; c’est en combattant contre tes passions, tes désirs terrestres, que tu peux espérer conquérir cette indépendance si glorifiée, si vraiment divine.
Personne au monde n’a le droit de te priver de cette liberté intellectuelle et morale ; seul tu en es le Maître absolu, seul tu répondras devant ta conscience des erreurs et des fautes qu’elle t’aura fait commettre.
Que le masque t’enseigne à demeurer Inconnu de ceux que tu auras tirés du malheur ou de l’ignorance ; sache sacrifier ta personnalité toutes les fois qu’il le faut pour le Bien de la Collectivité.
B.-B. Nagarkar disait en 1893, devant le Grand Parlement des Religions tenu à Chicago :
« Bouddha, le grand instituteur de la Morale, nous enseigne, dans le style le plus sublime, la doctrine de Nirvâna, de l’abnégation de soi-même, de l’effacement personnel. Cette doctrine n’est pas autre chose que celle de la subjugation et de la conquête de notre sensualité. Car vous savez que l’Homme est un être composé. En lui, il y a l’ange et l’animal ; et l’entraînement spirituel de notre vie ne signifie pas autre chose que la subjugation de l’animal et la misé en liberté de h’ange... »
Tels sont, ô mon Frère, les enseignements du Symbole si profond du masque ; d’autres sens te seront révélés, si ton coeur sait les désirer.
Ce Symbole est la pierre fondamentale du Martinisme, et nous le représentons hièroglyphiquement par la lettre י (iod), parce que cette lettre est le principe, la cellule, dont toutes les lettres de l’alphabet hébraïque sont formées. L’Associé masqué est aussi le principe, la cellule qui forme le grand corps de l’Humanité temporelle et spirituelle régénérée.
Le Masque est aussi représenté par la figure 10, qui est le nombre de la lettre י (iod) et le nombre de la Pensée, et la fois Humaine et Divine.

Source : rituel martiniste

Repost 0
Published by Thomas Dalet - dans Symbolisme
commenter cet article
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 09:49

Général

·    Jésus serait tombé sur le chemin de la croix sept fois, selon les visions d'Anne‑Cathérine Emmerick. [3]

·    Les sept blessures infligées à Jésus-Christ après son arrestation, sur le chemin menant au calvaire et sur la croix: la flagellation, la couronne d'épine sur la tête, un coup de lance dans son flanc, les blessures provoquées par les clous (aux 2 mains et aux 2 pieds).

·    Les sept vertus. Trois théologales: foi, espérance, amour ‑ ou charité. Quatre cardinales: force, justice, prudence et tempérance.

·    Les sept sacrements de l'Église catholique romaine: Baptême, Confirmation, Eucharistie, Pénitence, Onction des malades, Ordre, Mariage.

·    Le nombre sept est caractéristique de la Vierge Marie: les sept mystères du chapelet commémorant les douleurs de la Vierge Marie [59]; on représente la Vierge avec une couronne au coeur de sept roses et aussi sept poignards piqués sur son coeur ‑ d'où l'appellation Notre‑Dame des Sept Douleurs ‑ dont 3 d'un côté et 4 de l'autre; les sept fêtes de la Vierge Marie célébrées dans l'Eglise catholique ‑ la purification, l'annonciation, la visitation, l'assomption, la nativité, la présentation de la Vierge et l'immaculée conception; les chrétiens des premiers siècles faisaient naître la Vierge Marie après sept mois de gestation.

·    Les sept Archanges qui se tiennent continuellement devant Dieu: Gabriel, Michel ou Michaël, Uriel, Raphaël, Chamuel ou Samael ou Sealtiel, Japhiel ou Orifiel ou Jéhudiel, Zadkiel ou Zachariel ou Barachiel. Dans les messages donnés par la Vierge Marie à "Buisson d'épines", le 28 mai 1995, la Vierge spécifiait que chacun était soumis à la garde d'un des sept sacrements de l'Eglise: L'Eucharistie est assignée à Saint Michel, le Baptême à Saint Gabriel, la Confirmation à Saint Uriel, la Pénitence à Saint Jéhudiel, l'Extrême-Onction à Saint Raphaël, l'Ordre à Saint Sealtiel et le Mariage à Saint Barachiel.

·    Les sept péchés capitaux, correspondant aux sept désirs matériels: l'orgueil, l'avarice, l'impureté, l'envie, la gourmandise, la colère et la paresse.

·   Les sept mondes dans le purgatoire, appelés aussi le bas astral, ou séjour des morts, ou l'Hadès, ou Champs d'Elisé.

·   A propos du miracle de la multiplication des pains relaté dans la Bible en Jean chapitre 6 verset 1 à 15, Jésus dira dans les révélations à Françoise ("Jésus commente aux petits l'Evangile de saint Jean", Editions du Parvis, 1999, page 39) sur les cinq pains d'orge et deux petits poissons qui servirent pour la multiplication: «Mais Dieu a compté: cinq + deux =  sept; ce chiffre sacré se multiplira toujours, lorsque c'est pour le bien de l'humanité...»

·    Dans les récits de Maria Valtorta, Jésus enseigne quelles sont les sept questions que le prêtre doit bien avoir à l'esprit lorsqu'un pécheur vient le voir pour se confesser. Ceci parce qu'une même faute peut avoir des nuances et des dégrés infinis selon toutes les circonstances qui l'ont créée et les individus qui l'ont accomplie. Ces sept questions sont les suivantes:

 

                Qui: Qui a péché?

                Quoi: Quelle est la matière du péché?

                Où: En quel lieu?

                Comment: En quelles circonstances?

                Avec quoi ou avec qui: L'instrument ou la créature qui a été la matière du péché?

                Pourquoi: Quelles sont les impulsions qui ont créé l'ambiance favorable au péché?

                Quand: Dans quelles conditions ou avec quelles réactions, et si c'est accidentellement

                                                                              ou par suite d'habitude malsaines?

 

·    Selon l'évangile de Barnabé, chapitre 26, Abraham avait sept ans quand il commença à chercher Dieu.

·    Dans la langue hébraïque, le mot qui signifie sept signifie en même temps "faire serment".

·    Les Bambaras, le bouddhique et le Talmud comptent sept niveaux, ou degrés de la perfection, du ciel. [9, 13, 81, 365]

·    La Sainte Famille séjourna sept ans en Égypte, à Héliopolis, selon les visions de Marie d'Agréda. [3, 50]

·    Dans l'une des sept visions que reçues Esdras, qui sont décrites dans son deuxième livre des écrits de la bibliothèque de Qumrân, il parle des sept jours où le monde restera dans le silence primordial tel qu'il en avait été à la première origine avant que le monde nouveau se réveille. [400]

·    Dans le Livre d'Hénoch, livre apocryphe, on parle des sept veilleurs, des sept grandes montagnes, des sept grands fleuves, des sept grandes îles, etc.

·    Adam gémit sept fois plus qu'il ne se réjouit quand il voit les âmes à leur sortie du corps se diriger à la perdition plutôt qu'à la vie, selon le testament d'Abraham des écrits de la bibliothèque de Qumrân.

·    Les sept chemins au paradis, chacun devant être parcouru par le corps, le coeur et l'esprit en une communion unique.

·    Les sept "Dormants d'Ephèse". Selon une légende d'origine syrienne, dans la mythologie chrétienne et islamique - Coran 18 -, ce sont sept jeunes gens qui, retirés dans une caverne, furent miraculeusement sauvés des persécutions des chrétiens à l'époque de Dèce - 250 après le Christ - par un sommeil prolongé. Ce sommeil dura près de deux siècles, et c'est vers 447, sous l'empereur bien chrétien Théodore, que les sept jeunes gens se réveillèrent.

·    Dans la religion islamique: le Coran comporte sept sens ésotériques, selon les mystiques musulmans ‑ il est parfois question de soixante‑dix sens; il y a sept consonnes, appelés sawakit, qui ne se trouvent pas dans la première sourate du Coran; il y a sept tours composant les circumambulations de La Mecque; lors du pèlerinage à la Mecque, on doit effectuer sept tours de la Ka'ba et sept parcours entre les monts Cafâ et Marmia; l'âme des morts demeure sept jours auprès de la tombe et le nouveau‑né reçoit son nom le 7e jour; les chats et les chiens ont sept vies; la Fatiha compte sept versets ‑ sourates ouvrant le Coran; les sept portes que possèdent l'Enfer qui sont en relation avec les différents supplices qu'il renferme, et il y aurait aussi sept enfers: Géhennan, Ladha, Hatorna, Saïr, Sakar, Jahim et Hawiyat; le Coran dit qu'Allah a créé sept cieux et autant de terres. (Coran 65,12 et 41,8‑11)

·    L'homme serait composé de sept âmes selon Platon et aussi selon les hindous. [1, 3, 10]

·    Les sept emblèmes du Bouddha.

·    Certains s'accordent pour dire que la grosseur des lobes d'oreille détermine le degré d'affinité spirituelle d'un individu. Lao-tseu, le fondateur du taoïsme, avait dit-on des oreilles de sept pouces, ce qui lui valu le surnom de "longues-oreilles". Aussi, dans l'iconographie orientale, Bouddha est-il toujours représenté avec des lobes excessivement longs.

·    Le Soufisme nomme sept plans cosmiques: Zat, le non‑manifesté; Ahadiat, la conscience; Vahdat, le soi intérieur; Vahdamiat, la lumière intérieure; Arwah, le plan spirituel; Ajsam, le plan astral; Insaam, le plan physique. Il reconnaît également sept aspects de la manifestation: les étoiles, la lune, le soleil, le règne minéral, végétal, animal et humain.

·    L'homme comparativement à un arbre est pourvu de sept racines ‑ nombre de forces terrestres qui l'alimentent ‑ et de sept branches ‑ dans l'éther.

·    Chacune des quatre périodes lunaires dure sept jours. [4, 28]

·    Les sept chakras ‑ appelés roues, Lotus ou centres subtils ‑ selon les hindouistes: [4, 8, 72000, 144000]

 

                                    coccygien interne:                             Muladhara

                                    sacré:                                                 Swadhistana

                                    solaire:                                               Manipura

                                    cardiaque:                                          Anahata

                                    laryngé:                                             Vishuddha

                                    frontal:                                                          Ajna

                                    coronal:                                             Sahasrara

 

·    A l'image de l'homme, la Terre serait composée de sept chakras et elle se situerait dans le septième super‑univers. (G6‑79, I3‑76, N3‑73) [12, 22]

·    L'homme est composé de sept corps: physique, éthérique ou vital, émotionnel ou astral, causal, mental, corps de vitalité divine ou bouddhique, et le corps d'esprit divin ou atmique.

·    Le corps éthérique de l'homme n'est totalement développé et installé que vers l'âge de sept ans. [14]

·    Les sept couleurs symboliques du Tarot.

·    Les sept piliers de la Sagesse.

·    Un des douze travaux d'Hercule consista à couper d'un seul coup les sept têtes de l'hydre de Lerne.

·    Les sept cordes de la lyre d'Hermès et les sept cordes que possède le vînâ, un instrument de l'Inde.

·    Les sept tuyaux de la flûte de Pan.

·    Les sept sages de la Grèce antique: Thalès de Milet, Solon d'Athène, Chilo de Lacédémone, Pittacos de Mitylène, Bias de Priène, Cléobule de Lindos et Périandre de Corinthe. S'il faut tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler, c'est possiblement parce que 7 était le chiffre de ces sages.

·    Les sept ampchaspands ou grands génies selon les Perces.

·    Sinbad raconte à Hinbad ses sept voyages.

·    Les sept tours "résonnantes" à Byzance.

·    En Égypte, sur les inscriptions des temples de Edfou et de Dendara, le chiffre sept en écriture hiéroglyphe est représenté sous la forme d'une tête humaine, sans doute pour le nombre de ses orifices: deux oreilles, deux yeux, deux narines et une bouche.

·    Les sept voyelles grecques utilisées par les gnostiques: alpha, epsilon, êta, iota, omicron, upsilon, omega.

·    Un manuscrit tibétain comporte comme titre "Les sept livres de la Sagesse du Grand Sentier".

·    La terre de Mû possédait sept grandes villes, d'après l'archéologue anglais James Churchward.

·    Les sept étoiles visibles à l'oeil nu de la Grande Ourse et de la Petite Ourse. [22, 87]

·    Les alchimistes distinguaient sept métaux dérivés d'un principe unique, formés sous l'influence des planètes, auxquels sont attribuées une divinité et une couleur fondamentale: or, argent, mercure, étain, fer, cuivre et plomb.

·    Les sept notes fondamentales, ou modulations, de la gamme musicale.

·    Les sept couleurs de l'arc‑en‑ciel ‑ spectre du visible seulement. [12]

·    Un homme ne peut posséder plus de sept lignes transversales sur son front.

·    Les sept monuments historiques ou merveilles du monde:

 

                                    1. Les Pyramides d'Égypte

                                    2. Le phare d'Alexandrie

                                    3. Les Jardins suspendus de Babylone

                                    4. La Statue de Jupiter Olympien

                                    5. Le Temple de Diane à Ephèse

                                    6. Le Colosse de Rhodes

                                    7. Le Tombeau de Mausole

 

·    Les sept configurations cristallines possibles: triclinique, monoclinique, orthorhombique, rhomboédrique, quadratique, hexagonale, cubique.

·    La chute d'une pierre dans l'eau provoque sept ondes importantes, après quoi elles deviennent plates, et ce, quelque soit la masse de l'objet et la nature du fluide. Cet exemple pris parmi tant d'autres laisse dire à Roger de Lafforest et Jacques Langlois qu'une grande partie de la dynamique des choses semble se rapporter à un modèle standard d'évolution en phases successives d'ordre 7, conçue d'après une loi de vibrations évolutives.

·    Les sept types de caractères de l'astrologie traditionnelle.

·    Les sept branches de l'arbre cosmique et sacrificiel du chamanisme.

·    Les cérémonies apolliniennes ‑ du culte d'Apollon ‑ se célébraient le septième jour du mois.

·    En Chine, les fêtes populaires avaient lieu un septième jour.

·    La lampe rouge des sociétés secrètes chinoises a sept branches.

·    Le Bouddha aurait pris la mesure de l'univers en faisant sept pas dans chacune des quatre directions.

·    Une tradition hindoue attribue au soleil sept rayons.

·    En Iran, au moment de l'accouchement, on place sur une nappe une lampe allumée et on garni la nappe de sept sortes de fruits et de sept espèces de graines aromatiques. L'enfant recevait généralement son nom le septième jour.

·    Le 7 se retrouve souvent dans les superstitions. Au Portugal, la femme qui porte sept jupons superposés est assurée du bonheur. Le septième fils d'une famille sera toujours un protégé des dieux. Pour les Écossais, le septième fils d'un septième fils aura le don de la double vue. Dans la patrie du docteur Faust, on sait que le pacte signé avec le diable a une durée de sept ans. Celui qui casse un miroir sera soumis aux mauvaises influences pendant sept années. Au Maroc, les femmes stériles enroulent leur ceinture sept fois autour du tronc de certains arbres, puis l'attachent à l'une des sept cordes qui y sont fixées. En Syrie, une jeune fille sans prétendant exorcise les mauvaises influences qui l'empêchent de trouver un mari en se baignant dans la mer et en laissant sept vagues passer au‑dessus de sa tête. Quand sept jeunes filles assistent à une réunion de famille, l'une d'entre elles se mariera au cours de l'année.

·    Chez les Maya‑Quiéhé, le grand Dieu du Ciel se fait aussi Dieu‑Sept, ou septième, entouré de six soleils: il constitue ainsi le groupe des dieux agraires.

·    Chez les Mayas, le septième jour, placé au milieu de la semaine de treize jours, est un jour faste.

·    La déesse Sept, appelée sept serpents ou sept épis, placée au milieu de la série 1 à 13, symbolise le coeur de l'homme et du maïs.

·    Dans le temple de Coricancha à Cuzco, où était résumé tout le panthéon des Incas, un mur portait près de l'arbre cosmique, un dessin représentant sept yeux nommés 'les yeux de toutes choses'.

·    Le dieu souverain Faro, dieu d'Eau et de Verbe, habite le septième ciel avec l'eau féconde qu'il dispense sous forme de pluie.

·    En Perse, c'était un nombre sacré avec ses sept grades initiatiques du culte de Mithra: corbeau, griffon, soldat, lion, perse, héliodrome ‑ courrier du soleil -, père. L'échelle cérémonielle avait sept échelons, chaque échelon étant fait d'un métal différent. En gravissant cette échelle cérémonielle, l'initié parcourait les sept cieux, s'élevant ainsi jusqu'à l'Empyrée.

·    Sept est le nombre de l'initiation féminine, dans la légende du Graal, qui présente 7 pucelles défendues par 7 chevaliers affrontant le héros Galaad.

·    Les sept cieux de Zoroastre.

·    Les sept boeufs tirant le char du soleil dans les légendes nordiques.

·    Les sept rites Sioux: la garde de l'âme, le rite de purification, l'imploration d'une vision, la danse face au soleil, les rites de puberté, l'apparentement et les jeux de la balle.

·    Rome ne cessa de s'agrandir jusqu'à ce qu'elle eut renfermé dans son sein les sept collines.

·    Le solstice d'été a lieu quand le soleil passe dans le 7e signe zodiacal, le solstice d'hiver quand il a parcouru sept signes à partir de ce dernier. Il y a sept signes d'un équinoxe à l'autre. Ce qui recouvre la totalité du cycle solaire.

·    Il y a sept mois de l'année dont le nom a plus de sept lettres: janvier, février, juillet, septembre, octobre, novembre et décembre.

·    Le septénaire règle la vie de l'homme: après 7 mois de gestation le foetus est viable. Sept marque les périodes de la vie: première enfance jusqu'à 7 ans qui est l'âge de raison; à 7 x 2 ans, fin de l'enfance; à 7 x 3 ans, majorité, fin de l'adolescence; à 7 x 4 ans, jeunesse; à 7 x 5 ans, âge adulte; à 7 x 6 ans, maturité suivie par le déclin des forces. Il est aussi la durée même du cycle humain: tous les sept ans, l'homme se régénère entièrement.

·    Le sept, régit le rythme de développement de la femme: à 7 mois, apparition des dents de lait qui seront perdues à 7 ans; à 7 x 2 ans, apparition de la menstruation et à 7 x 7 ans c'est la ménopause.

·    Parmi tous les nombres premiers, sept est le premier nombre à ne pas s'inscrire dans le cercle euclidien - l'heptagone ne peut être construit dans un cercle de 360 degrés comme le triangle ou le pentagone.

·    Le nombre 7 possède certaines particularités curieuses. Par exemple 1 divisé par 7 donne une fraction périodique simple de six chiffres:

 

0.142857142857142857...

 

     et cette période multipliée successivement par 2, 3, 4, 5, 6, donne des produits où l'on trouve les mêmes chiffres dans le même ordre:

 

142857 x 2 = 285714

142857 x 3 = 428571

142857 x 4 = 571428

142857 x 5 = 714285

142857 x 6 = 857142

 

·    Les sept os composant le tarse du squelette humain et les sept orifices de la tête de l'homme.

·    Il existe sept gaz rares.

·    Anniversaire de mariage: noces de cuivre ou laine.

 

Occurrence

·    Le nombre 7 est employé 507 fois dans la Bible.

·    Les nombres 21 et 18000 sont employés 7 fois dans la Bible.

·    Le nombre 7 revient 32 fois dans le Coran et il est utilisé dans 13 sourates.

·    Parmi les 365 nombres différents retrouvés dans la Bible, 7 seulement ne sont utilisés que dans le NT. Il s'agit des nombres 46, 84, 144, 276, 1260, 144000 et 200000000. [365]

·    Dans l'évangile de Saint Jean, le mot semaine revient 7 fois; il y a les 7 mentions du Christ « Je Suis »1; et par 7 fois il est fait allusion au témoignage de Jean Baptiste. L'évangile de Saint Jean rapporte aussi sept miracles de Jésus. Le huitième, la pêche miraculeuse du chapitre 21, a été rajouté après coup à la rédaction première. Ce même évangile énumère 7 apparitions de Jésus Christ avec ses apôtres et disciples après sa résurrection. Le mot songe est employé 7 fois dans le NT. Le nom de Salomon revient 7 fois dans le Cantique des Cantiques, ainsi que les mots "Filles de Jérusalem", Liban et amour. [13, 53]

·    Il y a sept béatitudes qui sont proclamées dans l'Apocalypse: 1,3; 14,13; 16,15; 19,9; 20,6; 22,7; 22,14;

 

 

 

·    Dans l'évangile de Saint Jean, le récit de la guérison de l'aveugle-né contient sept fois l'expression «ouvrir les yeux», la septième fois avec l'adjectif «tout entier». Le récit du lavement des pieds contient sept fois le verbe laver. Marthe est nommée sept fois par son nom dans le récit de la résurrection de Lazare. Thomas est nommé sept fois.

SOURCE : LES NOMBRES SYMBOLISME ET PROPRIETES(S DESROSIERS) 

Repost 0
Published by Thomas Dalet - dans Symbolisme
commenter cet article
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 09:44

Symbolisme

·    Le nombre 7, selon Ambroise, correspond à l'Ancien Testament mais il le voit aussi comme le nombre représentant la virginité. Thibaut De Langres lui accorde aussi cet attribut parce qu'il est le seul des neuf premiers nombres qui n'engendre pas et le seul qui ne soit pas engendré. Il est considéré comme vierge et représentatif de l'Esprit-Saint auxquels sont attribuées les mêmes propriétés. Macrobe y va dans le même sens disant qu'il symbolise Minerve, née de son père sans passer par une mère.

·    Le sept indique le sens d'un changement après un cycle accompli et d'un renouvellement positif.

·    Nombre parfait et symbole de l'abondance divine, il est aussi selon la Bible le nombre du châtiment, de la purification et de la pénitence. Il est aussi attribué à Satan qui s'efforce de copier Dieu se faisant le singe de Dieu. Ainsi la bête infernale de l'Apocalypse (Ap 13,1) a sept têtes.

·    C'est le nombre de l'homme parfait, complet et parfaitement réalisé en tant que somme du quatre femelle et du trois mâle. [3, 5, 6, 9, 22, 108]

·    Symbole de la totalité de l'Univers créé ‑ 3 le ciel + 4 la terre ‑ il exprime la création au sein de laquelle l'homme évolue.

·    Saint Augustin voit le sept comme la perfection de la Plénitude. Il en faisait aussi le nombre de la créature, considérant non la vie de celle-ci mais son devenir, l'évolution.

·    Symbole de l'infini nombré dans son retour au principe, celui du serpent qui se mord la queue, d'après Abellio. Il serait aussi le chiffre de l'accomplissement dans l'espace‑temps.

·    C'est le nombre de l'initiation, c'est‑à‑dire l'union du manifesté avec l'infini.

·    Symbole de vie éternelle chez les Égyptiens: il symbolise un cycle complet, une perfection dynamique.

·    Chez les Indiens de la prairie et les Indiens Pueblo, le nombre sept représente les coordonnées cosmiques de l'homme.

·    En Afrique et pour les Bambaras du Sénégal, sept est un symbole de la perfection et de l'unité.

·    Les Dogons considèrent le nombre sept comme le symbole de l'union des contraires, de la résolution du dualisme, donc comme symbole d'unicité et de perfection. Il est aussi la marque du maître de la parole.

·    Le sept symbolise la croix avec ses six directions plus le centre ‑ étendues indéfinies se dirigeant vers le haut, le bas, la droite, la gauche, en avant et en arrière.

·    Le dé symbolise le sept: le dé lui‑même, 1, ayant 6 faces....

 

Bible

·    Les sept démons qui sont sortis de Marie de Magdala. (Lc 8,2)

·    Les sept demandes dans la prière du Notre‑Père.

·    Les sept paroles de Jésus prononcées sur la croix:

 

                        Mon Père, mon Père, pourquoi m'avez‑vous abandonné? (Mt 27,46)

                        Tu seras aujourd'hui avec moi dans le paradis ‑ au bon larron.

                         (Lc 23,43)

                        Père, je remets mon âme entre tes mains. (Lc 23,46)

                        Père, pardonnez‑leur, car ils ne savent ce qu'ils font. (Lc 23,34)

                        Mère, voilà ton fils, (à Jean): Voilà ta mère. (Jn 19,26)

                        J'ai soif. (Jn 19,28)

                        Tout est consommé. (Jn 19,30)

 

·    Le démon chassé ramène avec lui sept autres plus fort que lui.

·    Les sept diacres de l'Église primitive: Étienne, Philippe, Prochore, Nicanor, Timon, Parménas et Nicolas. (Act 6,5)

·    Le nombre sept revient souvent dans l'Apocalypse: les sept candélabres d'or (Ap 1,12‑20), le mystère des sept étoiles (Ap 1,16‑20), les sept sceaux (Ap 7 et 8), les sept lettres adressées aux sept églises (Ap 2 et 3), les sept trompettes (Ap 8,6 et 11,15), les sept tonnerres (Ap 10,3‑4), les sept rois (Ap 17,9), les sept têtes de la Bête (Ap 13,1), les sept fléaux des sept coupes (Ap 15,5), etc. "Buisson d'épine", au cours de l'une de ses apparitions, a compris un jour que les sept lampes et les lampadaires dont il est fait mention dans l'Apocalypse, représentaient les sept principales Églises ou Croyances, c'est-à-dire: catholique romaine, orthodoxe, musulmane, anglicane, protestante, etc. mais seulement l'Église catholique romaine est demeurée allumée avec le vrai feu du Saint-Esprit. [53]

·    Les sept dons de l'Esprit de Yahvé: Sagesse, Intelligence ou Discernement, Conseil, Force ou Vaillance, Science ou Connaissance, Piété, Crainte de Dieu. (Is 11,2‑3)

·    La lumière des sept jours. (Is 30,26)

·    L'Ecclésiatique, chapitre 17 verset 5, énumère 7 sens chez l'homme qui sont, en plus des cinq sens connus, ceux de l'intelligence et de la parole (Si 17,5). Ce verset n'apparaît pas dans la Bible de Jérusalem. On le retrouve cependant dans quelques manuscrits grecs.

·    En Mt 25,35-36, Jésus énumère six actions charitables qui seront prises en compte lors du Jugement dernier pour le salut de l'homme: visiter les malades, désaltérer les assoiffés, nourrir les affamés, racheter les captifs ou visiter les prisonniers, vêtir ceux qui sont nus et accueillir les étrangers. Mais au XIIIe siècle, on découvre dans les écrits de Lactance une septième oeuvre de miséricorde: ensevelir les morts. Celle-ci fut ratifiée en 1220 par la collection canonique de Raymond de Penafort.

·    Le cadeau de l'insensé ne te sert à rien car ses yeux sont avides de recevoir le septuple. (Si 20,14)

·    Le festin de noces de Salomon dura sept jours.

·    Dans les psaumes il est écrit: "Sept fois par jour je te loue pour tes justes jugements" (Ps 119,164) et encore "Les paroles du Seigneur sont sincères, argent natif, qui sort de terre sept fois épuré" (Ps 12,7). Le psalmiste parle aussi des sept clameurs de Dieu qui se manifestent dans les phénomènes célestes.

·    Les sept psaumes de pénitence: 6, 31, 37, 50, 101, 129, 142.

·    Le Lévitique prescrit une pénitence de sept ans pour chaque péché.

·    Nombre de fois qu'un lépreux est arrosé du sang d'un passereau.

·    Nombre de jours pendant lesquels quelqu'un était impur s'il touchait un cadavre.

·    Le deuil chez le peuple d'Israël durait sept jours. (Gn 50,10; Jdt 16,24; Si 22,12)

·    L'infidélité reçoit un septuple châtiment.

·    On immole généralement sept animaux de la même espèce.

     (Lv 23,18; Nb 23,1 et 28,11; Job 42,8)

·    Les aspersions se répètent sept fois. (Lv 4,6; Nb 19,4)

·    Les sept lampes et les sept becs sur le lampadaire tout en or, de la vision de Zacharie.            (Za 4,2)

·    Zacharie parle des sept yeux de Dieu qui surveillent tous les peuples de la terre. (Za 4,10)

·    Les sept marches de l'escalier du porche méridional du temple d'Ezèchiel. (Ez 40, 26)

·    Le chandelier à sept branches des Hébreux.

·    Balaam dressa sept autels. (Nb 23,4)

·    Il y a sept patriarches: Abraham, Isaac, Jacob, Moïse, Aaron, Joseph et David.

·    Sept nations qui avaient la terre de promission furent exterminées devant Israël. (Dt 7,1)

·    Il y a sept semaines entre Pâques et la Pentecôte. (Lv 23,15)

·    La fête de Pâque des juifs durait sept jours.

·    Il y a sept jours de fête des Tabernacles. (Lv 23,34)

·    La fête de la Dédicace du temple de Salomon succédait immédiatement à celle des Tabernacles et durait sept jours.

·    Les sept prêtres portant sept trompettes, lors de la prise de Jéricho, doivent, le septième jour, faire sept fois le tour de la ville. (Jos 6,11‑16)

·    Les sept maris qu'eut Sarra, fille de Ragouël, avant d'épouser Tobie. Ces époux précédents avaient été tués le premier soir de la nuit de noce par le démon Asmodée. Tobie, grâce à un encens, en réchappa. (Tb 7,10‑11)

·    Le règne de David à Hébron dura sept années. (1 R 2,11)

·    Les amis de Job restèrent près de lui durant sept jours et sept nuits pour le consoler.

·    La construction du Temple bâti par Salomon dura sept ans ‑ de la 4e année à la 11e année de son règne. Il comportait trois parvis et sept enceintes. (1 R 6,38)

·    Par sept fois, Elisée s'étendit sur l'enfant, qu'il ramena à la vie. (2 R 4,35)

·    Le lépreux Naamân plonge sept fois dans le Jourdain et se lève guéri. (2 R 5,14)

·    Le juste tombe sept fois et se relève pardonné. (Pr 24,16)

·    Le Seigneur prescrivit de manger pendant sept jours des pains sans levain. (Ex 12,15)

·    Il faut sept jours pour la consécration d'Aaron et de ses fils, et de l'autel. (Ex 29,35‑37)

·    Si tu achètes un esclave hébreu, il servira six années; mais la septième il sortira libre sans rien payer. Les esclaves étaient libérés la septième année qui correspondait à l'Année du Sabbat appelée aussi Année de Dispense. (Ex 21,2)

·    L'année juive débutait dans l'allégresse à la nouvelle Lune du septième mois, le jour des Trompettes.

·    Pendant six années, tu ensemenceras la terre, et tu en recueilleras le produit. Mais le septième, tu la laisseras reposer en jachère. (Ex 23,10‑11)

·    Les sept vaches grasses et maigres, ainsi que les sept épis pleins et vides, vues en songe par le Pharaon et interprété par Joseph comme étant sept années d'abondance et sept années de disette. (Gn 41,17)

·    Jacob servit sept ans pour Rachel. (Gn 29,20) [14, 21]

·    Caïn serait vengé sept fois si quelqu'un le tuait. (Gn 4,15)

·    Joseph demeura en prison sept ans lorsqu'il fut faussement accusé d'avoir couché avec la femme de son maître.

·    Les sept brebis données en présent à Abimelech par Abraham. (Gn 21,28)

·    Les sept couples de chaque espèce de bétail qui entra dans l'arche de Noé et qui furent sauvés du déluge. (Gn 7,2)

·    Le septième jour, le sabbat, Dieu chôma. (Gn 2,2)

 

Repost 0
Published by Thomas Dalet - dans Symbolisme
commenter cet article
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 09:41

Symbolisme

·    C'est le nombre de l'harmonie et de l'équilibre. C'est aussi le nombre de la grâce divine.

·    Le chiffre 5 est caractéristique de l'homme. D'abord, selon la Kabbale, c'est le chiffre de l'Homme parfait ‑ débarrassé du côté animal. Selon la Bible, il est le symbole de l'Homme‑Dieu de par les cinq plaies du Christ en croix - à ce titre, il est aussi considéré comme le nombre de la grâce. Mais il est aussi associé à l'homme en général ‑ 2 + 3 ‑ possédant un caractère instable de dualité, 2, malgré sa divinité, 3. Le 5 se retrouve également dans le corps humain: les cinq doigts de la main et des pieds, les cinq sens ‑ le toucher, le goût, l'odorat, l'ouïe et la vue ‑, les cinq membres ‑ les deux bras, les deux jambes et la tête, le buste étant le centre ‑, les cinq os formant le métacarpe, le métatarse et la boîte crânienne, etc. [1, 3, 6, 7, 9, 22, 108]

·    Envisagé comme le médiateur entre Dieu et l'univers, le cinq est considéré comme symbole de l'univers.

·    Pour Hildegarde de Bingen, le nombre 5 est le symbole de l'Homme, celui-ci se divisant, dans le sens de la longueur autant que dans celui de la largeur (bras écartés), en cinq parties égales, et de la sorte pouvant s'inscrire dans un carré parfait.

·    Symbole de la volonté divine.

·    Symbole de la perfection chez les Mayas.

·    Symbole de la conscience incarnée ‑ 4, Matière, + 1, Esprit.

·    Symbolise la force et les limites de l'homme dans sa maîtrise sur l'Univers.

·    Selon Thibaut De Langres, le chiffre 5 est attribué au monde pour certaines raisons. D'abord parce que le monde se meut suivant un mouvement circulaire, de même que le 5 quand on le multiplie par lui‑même ou par les autres impairs revient périodiquement. Aussi est‑il appelé en ce sens "périodique". Cinq années font un lustre, de "lustrare" qui signifie "faire le tour". D'autre part, le 5 est attribué au monde du fait qu'il est composé du premier pair et impair, 2 et 3. Le monde en effet, c'est‑à‑dire l'ensemble des choses, s'agrandit par le masculin et le féminin ‑ pair est féminin et impair masculin.

·    En Chine, c'est le nombre du Centre en plus d'être considéré comme un nombre masculin porte‑bonheur.

·    Nombre de la vie et de la nature, selon Aeppli.

·    En tant que somme ou plutôt l'union du premier nombre femelle et du premier nombre mâle, il est le symbole de vie créatrice et d'amour érotique selon Jung. Mais celui-ci interprète également ce nombre comme celui de la révolte.

·    Nombre nuptial chez les Étrusques et les Romains parce qu'il est le premier nombre résultant de l'addition du premier nombre féminin et du premier nombre masculin. Pour la même raison, C. Agrippa l'appelle le nombre du mariage. [6]

·    Dans la Méso-Amérique, le cinq, souvent représenté dans la sculpture par une main ouverte, est sacré.

·    Au Mexique, il est le chiffre du maïs, dont la première feuille sort cinq jours après les semailles, et le dieu du maïs est le patron des enfants qui n'ont pas encore atteint l'âge de cinq ans.

·    Pour H.-P. Blavatsky, "5 est l'esprit de vie et d'amour humain."

 

Bible

·    Les cinq plaies de Jésus sur la croix. [55]

·    Les cinq pièces du vêtement restant de Jésus lors de sa crucifixion après que les soldats eurent fait quatre parts de son habit, plus sa tunique qu'ils ne déchirèrent pas. (Jn 19,23)

·    Saint Paul déclare que par cinq fois il reçut des Juifs les 39 coups de fouet. (2 Co 11,24)

·    Les cinq vierges sages et folles de la parabole de Jésus. (Mt 25,1)

·    Les cinq portiques de la piscine de Bethesda. (Jn 5,2)

·    Les cinq cailloux qui permirent au petit roi David d'abattre le géant Goliath.

·    Les cinq sortes d'animaux que Dieu demanda à Abraham de lui présenter pour conclure avec lui une alliance: une génisse de trois ans, une chèvre de trois ans, un bélier de trois, une tourterelle et une jeune colombe. (Gn 12, 5‑18)

·    Les cinq chapitres de la Torah ‑ la Loi ‑ selon le Judaïsme qui correspond au nombre des premiers livres de la Bible. Le livre des Lamentations de Jérémie comporte également cinq chapitres.

 

Général

·    Les cinq plaies d'Égypte envoyées par Dieu par l'intermédiaire de Moïse, selon le Coran: l'inondation, les sauterelles, les poux, les grenouilles et le sang. [10]

·    Les cinq chemins partant du calvaire et se dirigeant vers le monde entier, selon les visions d'Anne‑Cathérine Emmerick.

·    Dans les visions de Maria Valtorta, Jésus classifie les sortes d'amour en cinq catégories, chacune de puissance différente et qui sont dans l'ordre: l'amour de Dieu, l'amour maternel ou paternel, l'amour conjugal, l'amour du prochain, l'amour de la science et du travail. Les trois premiers sont de puissance supérieure, tandis que les trois derniers sont de puissance inférieure. Mais ces six divisions se réduisent à cinq car l'amour du prochain et l'amour conjugal sont de nature identique même s'ils n'ont pas la même force, l'amour conjugal n'étant en effet qu'un cas particulier de l'amour du prochain.

·    Dans les révélations reçues par Don Gobbi, du Mouvement Sacerdotal Marial, il est question des cinq montagnes célèbres gravies par Jésus: c'est sur la montagne qu'il promulgua la loi évangélique des Béatitudes; c'est sur le mont Thabor qu'il vécut l'extase de sa transfiguration; c'est à Jérusalem, ville située sur la montagne, qu'il rassembla les siens pour la dernière Cène et qu'il passa les heures douloureuses de son intérieure agonie; c'est sur la montagne du calvaire qu'il consomma son sacrifice, sur le mont des Oliviers qu'advint son détachement définitif des siens par sa glorieuse ascension au ciel. (F4‑485)

·    Un chapelet de la Vierge Marie comprend cinq mystères médités. [15]

·    La pratique des cinq premiers samedis du mois, demandée initialement par la Vierge Marie à Lucie de Fatima le 10 octobre 1925. [9]

·    En Italie, à Lanciano, existe un reliquaire, depuis le VIIIe siècle, où se trouve une hostie consacrée miraculeuse. En célébrant la messe, un prêtre vint à douter de la présence réelle de Jésus-Christ dans l'Eucharistie; et, sous ses yeux, l'hostie consacrée devient une tranche de chair, et le vin, du sang qui se coagula en cinq caillots. Les analyses, effectuées entre le 18 novembre 1970 et le 4 mars 1971, par les professeurs Limoli et Bertelli, de la faculté de médecine de Sienne, en Italie, ont conclu, après examen de l'hostie et du sang conservés depuis le VIIIe siècle, qu'ils n'avaient subie aucune modification! La chair est une tranche de muscle cardiaque humain, issue du myocarde. Le sang correspond à celui d'un sang qui aurait été prélevé sur un humain dans la même journée que celle de l'examen. Et les cinq caillots de sang, de taille inégale, pèsent tous le même poids chacun séparément; et tous ensemble, mis dans le même plateau de la balance, le poids reste identique sans variation.

·    Dans la liste des Papes de l'Eglise Catholique on compte 5 sièges vacants.

·    Le Pape Jean‑Paul II souhaitait promulguer prochainement le 5e et dernier dogme marial: Marie, Corédemptrice, Médiatrice et Avocate (les concepts mêmes représentés dans la Médaille Miraculeuse que reçue Catherine Labouré de la part de la Mère de Dieu, le 27 novembre 1830 à Paris). Les quatre premiers dogmes marials sont les suivants: le dogme de Marie Mère de Dieu (défini au Concile oecuménique d'Éphèse, en 431); le dogme de Marie Vierge Perpétuelle (défini au troisième Concile de Constantinople, en 681); le dogme de l'Immaculée Conception (défini en 1854 et confirmé par la Saint Vierge, à Lourdes, en 1858); et le dogme de l'Assomption de Marie, élevée au Ciel corps et âme (défini en 1950).

·    Les cinq commandements de Bouddha Gautama: Tu ne tueras pas; Tu ne déroberas pas; Tu ne seras pas impudique; Tu ne mentiras pas; Tu ne boiras pas de liqueurs enivrantes. Le Bouddhisme distingue aussi cinq grands maux: l'ignorance, la colère, le désir, la malveillance et l'envie.

·    Dans la mythologie des Dogons on retrouve certains thèmes qui semblent rappeler certaines croyances de d'autres religions. Par exemple, le mauvais ange Ogo se révolte comme Lucifer après avoir tué sa soeur jumelle comme Caïn avait tué son frère Abel. Le bon ange Nomo, frère jumeau de Ogo, est crucifié pour sauver les hommes du péché, mais il ressuscite cinq jours après, période aussi sacrée que la semaine de Pâques pour les chrétiens, et qui devint la semaine de cinq jours qui est encore pratiquée de nos jours par les Dogons.

·    Le Ch'uan‑chen tao se réclame de cinq patriarches. Le Ch'uan‑chen tao est une des deux grandes branches du taoïsme religieux, l'autre étant le Cheng‑i tao.

·    Les cinq couples de Adam et Ève qu'ils y auraient eu simultanément et ce, en cinq endroits différents sur la planète, sur les cinq continents, comme prototypes de cinq races différentes, selon Edgar Cayce. Cependant, selon la mythologie des Dogons, c'est plutôt quatre couples hommes et femmes amphibies que le dieu Ama aurait créés et placés sur Terre. Ces premiers humains étaient immortels, mais leurs descendants devinrent mortels à cause de leurs péchés.

·    Selon les visions d'Anne‑Cathérine Emmerich, les fruits défendus de l'Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal du Jardin d'Éden pendaient par grappes de cinq.

·    Dans l'évangile de Thomas, Jésus mentionne qu'il y a "cinq arbres dans le paradis qui ne bougent ni été ni hiver et leurs feuilles ne tombent pas. Celui qui les connaîtra ne goûtera pas la mort." (log 19.7‑11)

·    Les cinq vertus fondamentales: sagesse, amour, vérité, bonté et justice.

·    Les cinq commandements de l'Église: sanctifier les jours de Fêtes, aller à la messe le dimanche et aux jours de Fêtes, confesser ses péchés au moins une fois l'an, recevoir la communion au moins à Pâques, et payer la dîme à l'Église - au lieu de cette dernière, d'autres versions parlent du respect des jours de jeûne obligatoire. L'Eglise recommande aussi cinq actes aux fidèles avant la Communion: l'acte de foi, d'amour, d'humilité, de désir et d'espérance.

·    Les visions des saints sont classées selon cinq catégories: vision intuitive ou béatifique, vision "abstraite", vision intellectuelle, vision imaginaire et la vision corporelle.

·    Le voyage de Marie et Joseph à Bethléem, pour la naissance du Verbe, dura cinq jours. Ils arrivèrent un samedi, vers quatre heures du soir, selon les visions de Marie d'Agréda. [10000]

·    Les cinq piliers de l'islam: profession de foi, CHAHADA; prière rituelle, SALAT; aumône légale, ZAKAT; jeûne du Ramadan, SAWM; et le pèlerinage à la Mecque, HADJDJ.

·    Dans la tradition juive, le mauvais oeil est considéré comme une importante cause de mortalité. Pour écarter à ce type de sort et s'en préserver, la personne écarte ses cinq doigts de la main droite et prononce la formule «Cinq dans ton oeil» ou «Cinq pour ton oeil». Afin de déjouer le danger qui pourrait découler d'un compliment ou d'un signe d'admiration énoncé publiquement, on s'arrange pour prononcer un nombre contenant un cinq: le quinze ou le cinquante. Le chiffre cinq devient alors un charme en lui-même. Et c'est pourquoi que le jeudi, cinquième jour de la semaine, est sous le signe d'une protection efficace.

·    Les philosophes grecs avaient admis cinq principes dans l'homme: corps, âme animale, psyché, intelligence et esprit divin.

·    Les cinq cycles du calendrier lunaire chinois de douze années lunaires chacun. [12]

·    Les cinq éléments de la théorie chinoise: eau, feu, bois, métal, terre.

·    Chez les Tibétains, les cinq éléments reliés à cinq formes géométriques: le cube à la terre, la sphère à l'eau, le cône au feu, le demi‑cercle à l'air, et la flamme à l'éther.

·    Les cinq takbîrs ou formules de prière, dans la religion islamique. Les musulmans insistent pour que la prière soit faite cinq fois par jour. Mentionnons au passage que Mahomet était âgé de cinq ans lorsque son père Abdallah mourut.

·    Les cinq soleils ou ères chez les Aztèques. [12]

·    En hébreu, le nombre 5 signifie "saisissement, contraction comme par les cinq doigts". C'est, dit Fabre D'Oliver, la matière saisie par le plus matériel des cinq sens.

·    Il y a au Québec 5 archevêchés.

·    La représentation spatiale du nombre 5 est la pyramide ‑ 5 sommets avec 5 faces ‑ et aussi le pentagramme ‑ 5 côtés ‑ dont l'homme y serait compris.

·    Les cinq cartes de Zener utilisées pour certains tests de parapsychologie. Le graphisme de chacune des cartes correspond aux cinq premiers nombres.

·    Les cinq lignes de la portée en musique.

·    Les cinq règnes: élémental, minéral, végétal, animal et humain.

·    Les cinq océans ‑ océan Pacifique, Atlantique, Indien, Arctique et Antarctique ‑ avec les cinq parties du monde géographique: l'Europe, l'Asie, l'Afrique, l'Amérique, l'Océanie.

·    Dans la suite des nombres fondamentaux de 1 à 9, 5 est au centre, de même qu'il est au centre du carré magique utilisant les 9 premiers nombres. [9]

·    Anniversaire de mariage: noces de bois.

 

Guématrie

·    Valeur numérique de la lettre hébreu Hé, h, ‑ Le Non‑Moi ‑ représentant le principe passif par excellence. Cette lettre représente, selon Charrot, "un rayon solaire versant sur la terre sa pluie bienfaisante de vie" et qui symbolise la vie universelle, l'haleine de l'homme, l'air, l'esprit, l'âme, tout ce qui est animateur et vivifiant. Pour le kabbaliste Eléazar de Worm, h symbolise "le souffle". [6, 10]

 

Occurrence

·    Le nombre 5 est employé 253 fois dans la Bible.

·    Dans la Bible, 12 nombres sont utilisés 5 fois. Il s'agit des nombres 28, 35, 38, 41, 62, 90, 110, 148, 700, 800, 80000 et 185000.

·    Le nombre 5 est employé trois fois dans le Coran. (Coran XVIII,21; LVIII,8 et LXXXI,15)

·    Les mots: païen, chrétien, sacrer, Pentecôte et le nom de Ève sont employés 5 fois dans la Bible. Par cinq fois dans le NT on voit Jésus prononcer lui‑même son propre nom (Jn 17,3; Act 9,5 et 22,8 et 26,15; Ap 22,16). Curieusement l'Antéchrist n'est pas nommé dans l'Apocalypse, où il joue pourtant un si grand rôle. Le mot n'apparaît dans la Bible que 5 fois, dans les épîtres de Saint Jean, et nulle part ailleurs.

·    Jean‑Marie Matthieu, dans son livre "Le Nom de Gloire", paru aux Editions désIris, 1992, énumère cinq personnages de la Bible qui ont porté le nom de Jésus: D'adord Jésus le Christ, Fils de Marie; Josué qui entra en Canaan à la tête des Hébreux. Dans la langue hébraïque le nom de Josué, Yehôshoua, est un dérivé du nom Yéshoua, c'est‑à‑dire Jésus (Nb 13,16; Act 7,45); Jésus, fils d'Eliézer, mentionné dans la généalogie de l'évangile de Luc. Ce Jésus serait descendant du roi David et apparenté à la famille de la Vierge Marie (Lc 3,29); Jésus, surnommé Justus, était un Juif converti au Christ et collaborateur de Paul de Tarse (Col 4,11); Et enfin, le brigand Jésus Barabbas, mentionné dans l'évangile de Matthieu: "Pilate dit donc aux gens qui se trouvaient rassemblés: 'Lequel voulez‑vous que je vous relâche, Jésus Barabbas ou Jésus que l'on appelle Christ?". (Mt 27,16‑17)

SOURCE : LES NOMBRES SYMBOLISME ET PROPRIETES(S DESROSIERS)

Repost 0
Published by Thomas Dalet - dans Symbolisme
commenter cet article
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 09:37

Symbolisme

·    Le plus sacré des nombres.

·    Nombre représentant la Sainte Trinité, il est aussi le chiffre du Saint‑Esprit, la troisième personne de la Trinité. Par ailleurs, le chiffre 3 étant associé au triangle de par sa forme géométrique, le Saint‑Esprit se voit aussi lié au triangle et avec raison: la voyante Anne‑Cathérine Emmerick percevait l'Esprit‑Saint comme l'Oeil de Dieu au centre d'un triangle.

·    Nombre de l'homme car celui‑ci est composé d'un corps, d'une âme et d'un esprit. Selon le Livre des rites (Li‑ji) l'homme, intermédiaire entre le ciel et la terre, correspond également au nombre trois. [5, 6, 7, 22, 108]

·    Symbole du compas.

·    Nombre parfait selon les chinois.

·    Nombre favorable associé à l'accouchement et à la naissance.

·    Nombre sacré de la femme chez les Mayas. [4].

·    Exprime la totalité, sans doute parce qu'il y a trois dimensions au temps: le passé, le présent et l'avenir.

·    Pour les égyptiens, 3 est le nombre du cosmos qui comporte trois éléments: ciel, terre et duat (zone entourant le monde intermédiaire entre la terre et les esprits célestes).

 

Bible

·    Par trois fois dans son dernier discours aux apôtres Jésus prie pour qu'ils soient un comme Lui et le Père sont Un. (Jn 17,11‑23)

·    Par trois fois dans les évangiles le Père rend témoignage au Fils: lors de son Baptême au bord du Jourdain (Mt 3,17); sur le Thabor lors de la Transfiguration (Mt 17,5); et au Temple lors de la dernière Pâque, en présence des Gentils venus pour faire la connaissance de Jésus

     (Jn 12,28).

·    Par trois fois dans les évangiles Jésus ressuscite un mort: la fille de Jaïre (Lc 8,54); le fils de la veuve de Naïm (Lc 7,14); et Lazare (Jn 11,43).

·    Les trois grandes tentations de Jésus au désert. (Lc 4,2)

·    Par trois fois dans les évangiles Jésus annonce sa passion.

·    Joseph et la Vierge Marie perdirent l'Enfant Jésus pendant trois jours, pour enfin le retrouver au Temple. (Lc 2,46)

·    Jésus tomba trois fois lors du portement de sa croix. [7]

·    Les trois témoins de la Transfiguration de Jésus: Pierre, Jean et Jacques. Ce sont ces mêmes apôtres qui furent aussi témoins de son agonie.

·    Les trois années du ministère public de Jésus‑Christ. [30, 33]

·    Les trois rois mages qui rendirent visite à Jésus enfant, offrant à la mère les trois présents: de l'or, de l'encens et de la myrrhe. (Mt 2,11)

·    Nombre de personnes qui furent crucifiées sur le calvaire incluant Jésus, symbolisant les trois manières d'accepter la croix. (Jn 19,18)

·    Les trois heures de ténèbres sur toute la terre, de midi à trois heures, lorsque Jésus fut cloué sur la croix. (Mt 27,45)

·    Par trois fois l'apôtre Pierre renie Jésus et par trois fois également il affirme son amour pour Lui. (Lc 22,56-65; Jn 21,15‑19)

·    La triple vision de Pierre. (Act 10,16)

·    La Vierge Marie resta trois mois auprès d'Élisabeth pour la naissance de Jean le Baptiste.

·    Les trois témoins terrestres: l'Esprit, l'eau, le sang. (1 Jn 5,8)

·    Les trois vertus théologales: la Foi, l'Espérance et la Charité. [7]

·    Les trois attributs du Christ: Je suis la Voie, la Vérité et la Vie.

·    Les trois personnes qui furent jetées dans la fournaise de feu ardent sous l'ordre du roi Nabuchodonosor: Shadrak, Méshak et Abed Nego. (Dn 3,19)

·    Samson se joue de Dalila trois fois. (Jug 16,15)

·    Sous le règne de David, une famine dura trois ans. (2 S 21,1)

·    Par trois fois, Élie s'étendit sur l'enfant, qu'il ramena à la vie. (1 R 17,21)

·    Trois amis dialoguent avec Job. (Job 2,11)

·    Les trois justes d'Ezéchiel: Noé, Daniel et Job. (Ez 14,14)

·    Les trois villes de refuge. (Dt 19,2)

·    Moïse est caché trois mois après sa naissance. (Ex 2,2)

·    Les trois jours de chemin à faire dans le désert pour les Hébreux. (Ex 3,18 et 15,22)

·    Les trois pèlerinages annuels à Jérusalem. (Ex 34,23)

·    Les trois jours de jeûne des Juifs de Suse. (Est 4,16)

·    Les trois prières quotidiennes et les trois semaines de deuil de Daniel. (Dn 6,11 et 10,2)

·    L'Ancien Testament rapporte que Yahvé par trois fois avait chargé à des personnes de construire ses trois Temples:

 

                                    Moïse: 13e siècle avant J.C. (Ex 25,8)

                                    Salomon: 975‑932 avant J.C. (1 R 5,17)

                                    Ezechiel: 6e siècle avant J.C. (Ez 40)

 

·    Les trois jours pendant lesquels Jonas resta dans le ventre du poisson. (Jon 2,1)

·    Les trois personnages mystérieux qui rendirent visite à Abraham. (Gn 18,2)

·    Les trois fils de Noé: Sem, Cham et Japhet. (Gn 6,10)

·    Les trois étages de l'Arche de Noé. (Gn 6,16)

 

Général

·    Jésus reçoit le baptême de Jean-Baptiste à 3 heures de l'après-midi, il meurt le 3 avril à 3 heures de l'après-midi - et par 3 fois se répétera alors le séisme qui suivra sa mort -, et ressuscite 3 jours après à 3 heures du matin. [40]

·    Sur l'image du Saint Suaire sur laquelle est représentée la Sainte Face de Jésus, sur son front, on voit apparaître une coulée de sang en forme de "3". Cette marque est le témoignage que la Très sainte Trinité, Père, Fils et Saint‑Esprit, ont participé parfaitement au Saint Sacrifice de la Très Sainte Victime.

·    Dire que Dieu est «trois fois saint», c'est dire qu'il possède la plénitude de la sainteté.

·    Les trois principes divins: lumière, chaleur et vie.

·    Selon les visions de Maria Valtorta, Dieu aurait créé à l'origine trois êtres parfaits: Adam, Ève et Marie.

·    Les trois grandes extases de la Vierge Marie au cours de sa vie: au moment de la conception, de la naissance de Jésus et lors de son Assomption, selon les visions de Maria Valtorta. Toujours selon la voyante, la Vierge Marie entra dans un sommeil extatique pendant trois jours avant son Assomption.

·    Les trois statuts de la Vierge Marie auprès de Dieu: Mère, fille et épouse.

·    La Vierge Marie était âgée de trois ans lorsque ses parents l'amenèrent à Jérusalem pour recevoir dans le Temple les bénédictions des prêtres.

·    Le Rosaire de la Vierge Marie correspond à la récitation de trois chapelets. [15, 53, 60, 153]

·    Le voyage de La Sainte Famille en Égypte dura trois ans. [7, 50]

·    Les trois phases d'évolution par lesquelles l'âme passe: la création, la nouvelle création et la perfection, selon les enseignements de Jésus dans les visions de Maria Valtorta. Dans la religion celtique, il est question également des trois cycles de l'âme représentant ses étapes d'évolution: Anouf, cycle matériel; Abred, cycle d'expiation; et Gwynfid, cycle de félicité.

·    Les trois mondes ou habits du Père: "j'ai", "je suis", "je deviens".

·    Par trois fois le Christ s'incarnera sur la Terre, selon les visions de Maria Valtorta.

·    Selon le livre Document de Damas des écrits de la bibliothèque de Qumrân, trois types de pièges sont tendus par Satan pour attraper Israël: la luxure, la richesse et la profanation du sanctuaire.

·    L'inscription "Jésus le Nazaréen, le roi des Juifs" sur la croix de Jésus aurait été écrite dans trois langues différentes. [4]

·    À l'âge de trois ans, Saint Joseph reçu de Dieu l'usage parfait de la raison, une science infuse, une sublime oraison et des vertus toujours croissantes, selon les visions de Marie d'Agréda.

·    Les trois portiques de la basilique Saint‑Pierre, à Rome, qui sont respectivement dédiés aux trois saints: Pierre, Jean, Jacques. Celui de droite ‑ en entrant ‑ dédié à saint Jacques, est surnommé "la porte d'or". La tradition veut que le Pape ouvre solennellement cette porte tous les 25 ans ‑ 1925, 1950, 1975, 2000...

·    Dans les livres "Lettres de Pierre", celui-ci affirme que la Loi admirable de Dieu s'énonce obligatoirement par la chiffre trois. Dans le tome V, page 321, on lit que «partout se dessine la nécessité du nombre "3"; le nombre "3" est le but... la conclusion, que recherche "2".» On lit encore: «Rappelez-vous que la règle de Vie repose sur le nombre "3", et que vous la mutilez en lui faisant une blessure mortelle, quand vous placez - en face l'Un de l'autre - Dieu et vous-même: il est absolument indispensable d'ajouter votre prochain, pour que le problème soit possible à résoudre, car il ne se résout pas sans le triangle amoureux et procréateur.»

·    Dans le Coran, sourate III verset 36, il est écrit: "Zacharie dit: Seigneur, donne‑moi un signe comme gage de ta promesse. Voici le signe, répondit l'ange: pendant trois jours tu ne parleras aux hommes que par des signes.

·    Le nombre trois revient souvent dans la mythologie Grec. Ils avaient 3 demeures ‑ ciel, terre, enfers ‑, 3 grâces ‑ Aglaé, Euphrosine, Thalie ‑, 3 juges des enfers ‑ Minos, Eaque, Rhadamante ‑, 3 furies ‑ Alecto, Mégère, Tésiphone ‑, 3 parques ‑ Clotho, Lechesis, Atropos ‑, 3 Gorgones ‑ Méduse, Euryale, Sthéno ‑, 3 têtes du chien Cerbère, etc.

·    Les trois types d'univers: matière, astral ‑ mental ou âme - et esprit.

·    Les trois vertus qui accompagnaient la déesse Vénus: les Jeux, les Grâces et les Ris.

·    Les trois actes de l'existence: la Naissance, la Vie et la Mort.

·    Selon la Kabbale, l'homme serait composé de trois âmes: Nefesh, Rouah et Neshamah. L'univers que la Kabbale appel Aziluth se partage en trois mondes: Asiah, Jezibah et Briah, qui sont parallèles à ces trois divisions de l'homme. [1, 7, 10]

·    Les trois niveaux de compréhension d'un texte sacré: littéraire, symbolique ‑ ou allégorique ‑ et ésotérique.

·    Les trois sons sacrés: le A, le M et le N, et les trois courants sacrés: le courant sacré de la vie, le courant sacré du son et le courant sacré de la lumière.

·    Les trois degrés du sacerdoce druidique: devin, poète et druide.

·    Trois Yasatas sont préposés au jugement des morts chez les Perses Mazdéens: Mithra représentant la lumière, Craosha, la tradition, et Rashnu, la justice.

·    Le paradis de l'Avesta est divisé en trois régions: Humata, région des bonnes pensées, Hukhta, région des bonnes paroles, et Huvarishta, région des bonnes actions.

·    Les trois sexes ésotériques: le masculin, le féminin et l'androgyne.

·    Le mont Sinaï comporte trois sommets, dont le plus haut culmine actuellement avec le monastère Sainte‑Catherine.

·    Les trois couleurs primaires (bleu, jaune et rouge) avec lesquelles il est possible d'obtenir toutes les couleurs.

·    Le trois est un nombre triangulaire parce que trois points disposés au hasard forment naturellement un triangle.

·    Les trois clefs de la Musique: sol, fa et ut.

·    Anniversaire de mariage: noces de cuir.

 

Occurrence

·    Le nombre 3 est employé 523 fois dans la Bible.

·    Dans la Bible, 20 nombres sont utilisés 3 fois. Parmi eux on note les nombres 45, 65, 77, 98, 123, 160, 172, 180, 36000 et 144000.

·    Le nombre 3 est employé 20 fois dans le Coran.

·    Les mots énergie et sexe sont employés 3 fois dans la Bible. Et Jean écrira, de la part du Christ, trois fois dans l'Apocalypse: «Je suis l'alpha et l'oméga». (Ap 1,8; 21,6 et 22,13)

SOURCE : LES NOMBRES SYMBOLISME ET PROPRIETES(S DESROSIERS)

Repost 0
Published by Thomas Dalet - dans Symbolisme
commenter cet article
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 16:03
Source : rites secrets des indiens Sioux (Hehaka Sapa)

Dans le rite de l’Onikaghe – la loge à transpirer – interviennent tous les Pouvoirs de l’Univers : la Terre et tout ce qui naît d’elle ; l’eau, le feu et l’air.  l’Eau représente les Etres Tonnerre qui apparaissent d’une manière terrible, mais apportent des bienfaits : car la vapeur qui sort des rochers dans lesquels gît le feu, est effrayante, mais elle nous purifie et nous permet ainsi de vivre comme le veut le Grand Esprit.  Si nous devenons réellement purs, il se peut même que le Grand Esprit nous envoie une vision.

En utilisant l’eau dans la loge à transpirer, nous devons fixer notre pensée sur le Grand Esprit qui se répand sans cesse, communiquant son Pouvoir et sa Vie à toute chose ; nous devons d’ailleurs toujours nous efforcer d’être semblables à l’eau qui est la base de toute chose, et cependant plus forte même que le roc.

La loge à transpirer est construite avec douze ou seize jeunes saules ; ceux-ci ont aussi un enseignement à nous donner, car à l’automne leur feuilles meurent et retournent à la Terre, et au printemps elles reviennent à la vie.  De même les hommes meurent, mais renaissent à la vie dans le Monde réel du Grand Esprit, où il n’y a que les esprits de toutes les choses ; et cette vie véritable, nous pouvons la connaître ici sur terre si nous purifions nos corps et nos âmes, nous rapprochant ainsi du Grand Esprit qui est Toute Pureté.

Les saules qui forment la charpente de la loge à transpirer sont plantés en terre de manière à marquer les quatre Quartiers de l’Univers ; ainsi dans la loge entière est l’Univers en image, et elle abrite les peuples bipèdes, quadrupèdes et ailés et toutes les choses du monde ; tous ces peuples et toutes ces choses doivent être purifiées avant de pouvoir envoyer une voix au Grand Esprit.

Les pierres que nous utilisons dans ce rite représentent notre Grand Mère Terre de qui proviennent tous les fruits;  mais les pierres représentent aussi la Nature indestructible et éternelle du Grand Esprit.

Le feu qui échauffe ces pierres représente le Pouvoir du Grand Esprit qui donne la vie à toute chose : c’est comme un rayon de soleil, car le soleil est aussi, sous un certain aspect, Wakan Tanka.

Le foyer rond qui se trouve au milieu de la loge à transpirer est le centre de l’Univers où demeure le Grand Esprit avec son Pouvoir, le feu.  Toutes ces choses sont sacrées pour nous et nous devons les comprendre profondément si nous désirons vraiment nous purifier ; le pouvoir d’une chose ou d’un acte est dans sa signification, et dans la compréhension que nous en avons.

La loge à transpirer est toujours construite avec sa porte vers l’Est, car c’est de là que vient la lumière et la Sagesse.  A dix pas de la loge environ, toujours à l’Est, nous établissons un foyer rituel appelé Peta Owihankeshni, « Feu sans fin », et c’est là que les pierres sont chauffées.  Pour faire ce foyer, nous commençons par poser sur le sol quatre bâtons allant de l’Est à l’Ouest, sur lesquels nous posons quatre autres bâtons allant du Nord au Sud ; ensuite nous dressons tout autour de ce tas des bâtons, en forme conique, comme pour faire une tente, d’abord à l’Ouest, puis au Nord, à l’Est et au Sud ; ensuite nous plaçons des pierres dans ces quatre directions, et pour finir nous empilons sur le tout une certaine quantité de pierres.  Pendent que nous édifions ce foyer, nous devons faire cette prière :

« O Wakan Tanka, ceci est ton feu éternel qui nous a été donné sur cette grande île ! C’est ta volonté que nous construisions ce lieu d’une manière conforme au mystère.  Ce feu brûle toujours ; grâce à lui nous renaîtrons, étant purifiés et plus près de tes Pouvoirs. »

Pour édifier dans la loge à transpirer l’autel central où seront portées les pierres chauffées, nous commençons par enfoncer un bâton dans la terre, au centre de la loge, et autour de ce point nous traçons un cercle avec une lanière de cuir.  Pendent que nous fixons ce centre sacré, nous devons prier ainsi :

« O Grand Père et Père Wakan Tanka, qui as fait tout ce qui existe, Toi qui as toujours été, regarde-moi ! Et Toi, Grand Mère et Mère Terre, Tu es sacrée et Tu as de saintes oreilles, écoute-moi !  Nous sommes sorti de Toi, nous sommes une partie de Toi et nous savons que nos corps retourneront à Toi quand nos esprits partiront sur le grand sentier.  En fixant ce centre dans la terre, je me souviens de Toi en qui mon corps retournera, mais par dessus tout je pense au Grand Esprit avec qui nos esprits s’unifieront.  En me purifiant de cette manière, je désire me rendre digne de Toi, O Wakan Tanka, afin que mon peuple vive ! »

On creuse alors un trou au centre de la loge à transpirer, et avec la terre ainsi ramassée, on trace un sentier qui mène hors de la loge vers l’Est et au bout duquel on fait un petit tertre ; en faisant cela nous prions en ces termes :

« Sur Toi, Grand Mère Terre, je veux établir le sentier sacré de la vie.  En nous purifiant pour la tribu, nous marcherons dans ce sentier avec des pas fermes, car c’est lui qui conduit au Grand Esprit ; sur lui quatre pas sont sacrés.  Puisse notre peuple marcher sur ce sentier !  Puissions-nous être purs ! Puissions-nous renaître ! »

Ensuite, envoyant une voix au Grand Esprit, nous crions :

« Grand Père Wakan Tanka, nous avons appris ta volonté et nous savons quels pas sacrés nous devons faire.  Avec l’aide de toutes les choses et de tous les êtres, nous allons t’envoyer notre voix.  Sois-nous miséricordieux !  Aide-nous !  Je prends place sur ce sentier et T’envoie ma vois par les quatre Pouvoirs que nous savons n’être qu’un seul Pouvoir.  Aide-moi dans tout cela !  O mon Grand Père Wakan Tanka, sois-nous miséricordieux !  Aide mon peuple et toutes les choses à vivre d’une manière conforme au mystère, d’une manière que Te soit agréable !  O Wakan Tanka, aide-nous à renaître ! »

Celui qui dirige le rite de purification entre à présent dans la loge, seul et avec son Calumet.  Il en fait le tour dans le sens de la marche du soleil et s’assied à l’Ouest ; puis il consacre le trou central, qui devient ainsi un autel, en y mettant des pincées de tabac dans chacun de ses quatre quartiers.  On passe dans la loge un tison embrasé qui est déposé au centre ; l’officiant brûle alors de l’herbe aromatique et frotte la fumée sur tout son corps, puis sur ses pieds, sa tête, ses mains ; ensuite la Pipe est purifiée au dessus de la fumée.  Tout est ainsi consacré, et s’il reste une influence impure dans la loge, elle est chassée par le Pouvoir de la fumée.

A ce moment l’officiant doit offrir une pincée de tabac rituel au Pouvoir ailé du lieu où le soleil descend, d’où viennent les eaux purificatrices : on invoque ce Pouvoir et on demande son aide dans le rite.  Ensuite le tabac est placé dans le Calumet, et pareillement des pincées de tabac sont offertes aux autres Pouvoirs : au Nord d’où viennent les vents purifiants ; à l’Est, où le soleil monte et d’où vient la Sagesse ; au Sud qui est la source et le terme de toute vie ; au Ciel, et finalement à la Mère Terre.  Pendant que l’aide de chaque Pouvoir est invoquée et que chaque pincée de tabac est placée dans le Calumet, tous ceux qui sont à l’extérieur s’écrient.

« How ! » car ils sont joyeux et satisfaits de ce que le mystère soit accompli.

Maintenant que le Calumet a été rempli et que chaque chose a été consacrée, l’officiant quitte la loge, s’avance vers l’Est sur le sentier sacré et dépose le Calumet sur le tertre, avec le fourneau du côté Ouest et le tuyau vers l’Est.

Tous ceux qui vont être purifiés pénètrent alors dans la loge, l’officiant en tête, et chacun, au moment où il se baisse pour entrer, prononce cette prière :

« Hi ho ! Hi ho ! Grâces soient rendues ! En me baissant pour entrer dans cette loge, je me souviens que je ne suis rien devant Toi, ô Wakan Tanka, qui es tout.  C’est Toi qui nous as placé sur cette île ; nous sommes les derniers êtres créés par Toi, qui es le Premier et qui as toujours été.

Aide-moi à devenir pur ici, avant que je T’envoie ma voix.

Aide-nous dans tout ce que nous allons faire ! »

Dès qu’ils sont dans la loge, les hommes en font le tour dans le sens de la marche du soleil, et s’asseyent sur la sauge sacrée répandue sur le sol ; l’officiant est assis à l’Est, juste à côté de la porte.  Tous demeurent silencieux un moment, se rappelant la bonté du Grand Esprit, et se rappelant que c’est Lui qui a créé toutes choses.  Le Calumet est alors introduit dans la loge par l’assistant, qui est souvent une femme ; cette personne reste dehors pendant le rite.  L’homme assis à l’Ouest prend le Calumet et le pose devant lui avec le tuyau dirigé vers l’Ouest.

Avec un bâton fourchu l’assistant retire du feu sacré une des pierres et la porte par le sentier près de la loge, puis la tend vers l’intérieur où elle est placée au centre de l’autel ; cette première pierre est dédiée au Grand Esprit qui est au centre de toutes chose.  L’homme assis à l’Ouest touche alors la pierre avec la base du Calumet, et chaque fous qu’une pierre est placée sur l’autel il la touche ainsi ; et tous les hommes s’écrient : « Hay ye ! râces soient rendues ! »

La deuxième pierre qui passe dans la loge est posée à l’Ouest, la suivante au Nord, une autre à l’Est, encore une autre au Sud, et enfin une pour la Terre ; finalement le trou est comblé avec le reste des pierres qui, elles, représentent tout ce qui existe dans le monde.

L’homme à l’Ouest offre maintenant le Calumet au Ciel, à la Terre et aux quatre Quartiers, l’allume et, après en avoir tiré quelques bouffées, frotte la fumée sur tout son corps ; ensuite il passe la Pipe à l’homme qui est à sa gauche, disant : «  How Ate » ou « How Tunkashila », selon leur degré de parenté.  Celui qui la reçoit dit de même, et ainsi la Pipe fait le tour du cercle dans le sens de la marche du soleil.  Quand elle lui revient, l’homme qui est à l’Ouest la purifie de crainte que quelque personne impure l’ait touchée, et vide soigneusement les cendres en les plaçant sur le bord de l’autel.  Ce premier usage du Calumet dans la loge est fait en souvenir de la sainte Femme Bisonne qui jadis entra dans la loge d’une manière mystérieuse et s’en alla en se transformant.

Le Calumet passe de main en main jusqu’à l’officiant principal qui est assis à l’Est ; celui-ci maintient la Pipe un instant au dessus de l’autel, le tuyau dirigé vers l’Ouest, et la passe ensuite à l’assistant qui se tient à l’extérieur ; ce dernier la bourre d’une manière rituelle et va l’appuyer contre le tertre sacré, le fourneau tourné vers l’Est et le tuyau vers l’Ouest, car c’est le Pouvoir de l’Ouest qu’on invoque à présent.

L’assistant ferme la loge à transpirer, la plongeant ainsi dans l’obscurité complète ; cette obscurité représente celle de l’âme, l’ignorance dont nous devons nous purifier maintenant pour recevoir la lumière.

Pendant l’accomplissement de la purification, - le rite inipi, - la porte sera ouverte quatre fois, laissant pénétrer la lumière ; ceci nous rappelle les quatre âges, et comment par la bonté du Grand Esprit nous avons reçu la lumière dans chacun de ces âges.

L’homme à l’Ouest lance alors une voix au Grand Esprit en criant quatre fois :

« Hi – ey – hey – i – i ! » C’est ce que nous disons quand nous avons besoin d’aide ou que nous sommes en détresse ; et ne sommes-nous pas maintenant dans l’obscurité, et n’avons-nous pas besoin de la lumière ?

Ensuite, le même homme crie quatre fois : « J’envoie une voix ! » et « Ecoute-moi ! » Puis « Wakan Tanka, Grand Père, Tu es le Premier et Tu as toujours été.  Tu nous as amenés sur cette grande île où notre peuple désire vivre conformément au mystère. Apprends-nous à connaître et à voir tous les Pouvoirs de l’Univers, et donne-nous la sagesse de comprendre qu’ils ne sont réellement qu’un seul Pouvoir.  Puisse notre peuple toujours T’envoyer sa voix en marchant dans le sentier sacré de la vie !

« O pierres anciennes, - Tunkayatakapaka, - vous êtes ici présentes ; le Grand Esprit a fait la Terre et vous a placées tout près d’elle.  Sur vous les générations marcheront et leur pas ne chancelleront point.  O pierres, vous n’avez no œil, ni bouche, ni membres ; vous ne bougez pas, mais en recevant votre souffle sacré, la vapeur, notre peuple marchera dans le sentier de la vie avec un souffle puissant ; votre haleine est celle de la vie même.

« Il y a un Etre ailé – là où le soleil descend vers son repos – qui contrôle les eaux auxquelles tous les êtres  vivants doivent la vie.  Puissions-nous, ici même, user de ces eaux conformément au mystère !

« O vous, qui êtes toujours debout, qui surgissez de la Terre et qui touchez même le Ciel, peuples d’arbres, vous êtes innombrables, mais l’un d’entre vous a été choisi pour supporter cette loge sacrée de purification.  Vous, peuples d’arbres, êtes les protecteurs des peuples ailés, car c’est sur vous qu’ils construisent leurs loges et élèvent leurs familles, et au dessous de vous il y a beaucoup de peuples que vous abritez.  Puissent-ils avec toutes leurs générations, marcher ensemble comme des parents ! »

« A chaque chose terrestre, ô Wakan Tanka, Tu as donné un pouvoir, et parce que le feu est la plus puissante de tes créations, puisqu’il consume tout, nous le plaçons ici en notre centre ; et quand nous le regardons où quand nous pensons à lui, nous nous souvenons réellement de Toi.

Puisse ce feu sacré être toujours en notre centre ! Aide-nous dans ce que nous allons accomplir ! »

L’officiant principal asperge alors les pierres avec de l’eau, une fois pour notre Grand Père, Tunkashila, une fois pour notre Père, Ate, une autre fois pour notre Grand Mère, Unchi, la Terre, et une dernière fois pour Channonpa, le Calumet ; cette aspersion se fait avec une brindille de sauge ou d’herbe aromatique, afin que la vapeur soit odorante ; et pendant qu’elle s’élève et remplit la loge, l’officiant s’écrie :

« O Wakan Tanka, regarde-moi !  Je suis le peuple.  En m’offrant à Toi, j’offre le peuple entier comme un seul être, afin qu’il vive.  Nous désirons renaître.  Aide-nous ! »

A ce moment, il fait très chaud dans la loge, mais il est bon de ressentir les qualités purifiantes du feu, de l’air et de l’eau, et de sentir l’odeur de la sauge sacrée.  Quand ces pouvoirs ont bien agi sur nous, la porte est ouverte en souvenir du premier âge, celui où nous reçûmes la lumière du Grand Esprit.  On apporte maintenant de l’eau, et l’officiant assis du côté Est la fait circuler dans le sens de la marche du soleil ; chacun en boit une gorgée ou frotte son corps avec quelques gouttes.  En faisant cela, nous pensons au lieu où le soleil se couche et d’où l’eau provient, et le Pouvoir de cette Direction nous aide à prier.

L’assistant resté dehors enlève alors la Pipe du tertre et l’offre au Ciel et à la Terre ; et marchant sur le sentier rituel, il la passe, en présentant le tuyau, à l’homme assis à l’Ouest de la loge.  Celui-ci l’offre aux six Directions, tire quelques bouffées et se frotte le corps avec la fumée, puis le Calumet fait le tour du cercle jusqu’à ce qu’il soit complètement fumé.  La personne qui se trouve à l’Ouest le vide, dépose les cendres à côté de l’autel central et passe la Pipe à l’extérieur, comme auparavant.  L’assistant la remplit de nouveau et va l’appuyer contre le tertre sacré avec le tuyau dirigé vers le Nord, car durant la seconde période d’obscurité dans la loge, c’est le Pouvoir de l’Etre ailé du Nord qu’on invoquera.

La porte est fermée et les occupants sont plongés pour la deuxième fois dans l’obscurité.  C’est la personne qui est au Nord qui prie à présent :

« Regarde, ô Aigle Noir, là où le Géant Wazia a sa loge ! Le rand Esprit T’a mis là pour contrôler ce sentier.  Tu es là pour garder la santé des hommes, afin qu’ils vivent.  Aide-nous avec ton vent purifiant !  Qu’il nous rende purs afin que nous marchions dans le sentier selon le mystère, d’une manière agréable au Grand Esprit !

« O Grand Père Wakan Tanka, Tu es au-dessus de tout ! C’est Toi qui as placé sur la Terre une pierre sacrée qui est maintenant au centre de notre cercle.  Tu nous as aussi donné le feu ; et là où le soleil descend, Tu as donné le Pouvoir à Wakinyan Tanka (1) qui contrôle les eaux et garde la Pipe très sainte.  Tu as placé un Être ailé à l’endroit où le soleil se lève, qui nous donne la sagesse ; et Tu as placé aussi un Être ailé à l’endroit vers lequel nous nous tournons toujours : il est la source de la vie, et il conduit sur le sentier rouge.  Tous ces Pouvoirs sont Ton Pouvoir, et ils ne sont réellement qu’Un seul ; ils sont tous à présent ici dans cette loge. »

« O Wakan Tanka, Grand Père qui es au dessus de tout, c’est ta volonté que nous accomplissons ici ! Par le Pouvoir qui vient du lieu où vit le Géant Wazia, nous nous rendons aussi purs et aussi blancs que la neige fraîchement tombée.  Nous savons que nous sommes encore dans l’obscurité, mais bientôt viendra la lumière.  Quand nous quitterons cette loge, puissions-nous laisser derrière nous toutes pensées impures, toute ignorance !  Puissions-nous être pareils à des enfants nouveau-nés !  Puissions-nous renaître, ô Wakan Tanka ! »

On verse alors de l’eau sur les pierres, - quatre fois pour les Pouvoirs des quatre Directions, - et pendant que la vapeur s’élève, on entonne un chant ou une simple mélodie ; cela nous aide à comprendre le mystère de toutes choses, et le tonnerre assourdi de notre tambour nous rappelle les Êtres tonnerres de l’Ouest qui contrôlent les eaux et qui apportent la bonté.

La porte de la loge est bientôt ouverte pour la seconde fois, ce qui représente la venue des Pouvoirs purificateurs du Nord et nous fait voir la lumière qui chasse les ténèbres, comme la Sagesse dissipe l’ignorance.  on passe de l’eau à l’officiant assis du côté Est ; il l’offre aux autres hommes en mentionnant son degré de parenté ou d’âge à l’égard de chacun, comme je l’ai décrit plus haut.

Le Calumet est introduit à nouveau dans la loge et donné à l’homme qui est assis au Nord ; cet homme l’offre aux six Direction, l’allume et, après quelques bouffées, frotte son corps avec la fumée ; puis la Pipe fait le tour du cercle.  Quand tout le kinnikinnik a été consumé, la Pipe revient au Nord où elle est purifiée ; ses cendres sont déposées près de l’autel central.  Elle est rendue ensuite à l’assistant qui la remplit à nouveau et va la déposer sur le tertre, dirigeant le tuyau vers l’Est ; car nous allons invoquer maintenant le Pouvoir de cette direction.  La porte est fermée et l’homme qui est assis à l’Est de la loge envoie à présent sa voix.

« O Wakan Tanka, j’ai enfin vu le jour, la lumière de la vie !  Là où le soleil se lève, Tu as donné le Pouvoir de la sagesse à l’Etoile du Matin.  L’Etre ailé qui garde ce sentier a un souffle puissant, et avec les deux jours sacrés que Tu lui as donné, ô Wakan Tanka, il a gardé le sentier de la tribu !  O Toi qui contrôles le sentier où le soleil se lève, regarde-nous avec tes joues rouge et bleu, et aide-nous à envoyer nos vois au Grand Esprit ! O Toi qui possèdes la connaissance, donne-nous une part de ta science afin que nos cœurs soient illuminés et que nous connaissions tout ce qui est sacré !

« O Etoile du Matin, là où le soleil se lève ! O Toi qui as la Sagesse que nous cherchons, aide-nous à nous purifier, ainsi que la peuple, pour que nos générations futures aient la lumière pour marcher sur le sentier sacré !  C’est Toi qui conduis l’aurore quand elle s’avance, et aussi le jour qui la suit avec sa lumière qui est connaissance.  Tu fais cela pour nous et pour tous les peuples dans le monde, afin qu’ils voient clair en suivant le sentier, et afin qu’ils connaissent tout ce qui est saint et croissent en conformité du mystère. »

De l’eau est de nouveau répandue sur les pierres ; puis nous commençons à chanter un hymne.  Peu après, quand la chaleur nous a bien pénétrés, la porte est ouverte une troisième fois et la lumière de l’Est nous inonde.  Pendant que la Pipe passe dans les mains de l’homme qui est à l’Est, tous crient « Hi ho ! Hi ho ! Grâces soient rendues ! » Et l’officiant lève la Pipe vers le ciel et envoie sa voie :

« Wakan Tanka, nous rendons grâces pour la lumière que Tu nous as donné par le Pouvoir du lieu où le soleil se lève.  Aide-nous, ô Toi, Pouvoir de l’Est ! Sois-nous miséricordieux ! »

La Pipe est alors allumée et fumée par tout le cercle, et quand nous avons terminé, l’assistant la prend et va l’adosser contre le tertre avec le tuyau incliné vers le Sud.  On passe de nouveau de l’eau à la ronde dans le sens de la marche du soleil, et chacun se frictionne le corps entier et plus particulièrement le sommet de la tête ; ensuite la porte est fermée pour la dernière fois.  C’est l’homme assis du côté Sud qui maintenant envoie sa voix :

« Grand Père Wakan Tanka, regarde nous ! Tu as placé un grand Pouvoir à l’endroit vers lequel nous nous tournons toujours, et beaucoup de générations sont venues de cette Direction et s’en sont retournées.  Il y a un Etre ailé dans cette direction et il garde le entier rouge d’où les générations sont venues.  La génération qui est ici aujourd’hui désire se laver et se purifier afin de renaître !

« Nous brûlerons de l’herbe aromatique comme une offrande au Grand Esprit, et sa senteur s’étendra dans le Ciel et sur la Terre ; et ainsi les quadrupèdes, les peuples ailés, les peuples d’étoiles du Ciel, tous deviendront parents.

De Toi, ô Grand Mère, qui es humble et qui nous portes comme une mère, ce parfum émanera ; puisse son pouvoir être ressenti à travers tout l’Univers, et purifier les pieds et les mains des hommes afin qu’ils avancent sur la Terre sacrée, levant leurs têtes vers le Grand Esprit ! »

Tout ce qui reste comme eau est versé maintenant sur les pierres qui sont encore très chaudes, et pendant que la vapeur se dégage et pénètre chaque chose, nous chantons ou modulons un chant de mystère.  Bientôt l’officiant parle ainsi :

« L’asistant ouvrira dans quelques instants la porte pour la dernière fois, et quand elle sera ouverte nous verrons la lumière.  C’est le vœu du Grand Esprit que la clarté entre dans les ténèbres pour que nous puissions voir non seulement avec nos deux yeux mais surtout avec l’œil unique qui est dans le Cœur –Chante Ista – et avec lequel nous voyons et connaissons tout ce qui est vrai et bon.  Nous rendons grâces à l’assistant ; que ses générations soient bénies ! C’est bien ! C’est fini ! Hechetu welo ! »

Quand on ouvre la porte de la loge, les hommes s’écrient : « Hi ho ! Hi ho ! Grâces soient rendues ! »  Et tous sont heureux, car ils sont sortis des ténèbres et vivent désormais dans la lumière (2).  L’assistant apporte alors un charbon ardent du feu sacré et le place sur le sentier rituel.  Pendant qu’il brûle de l’herbe aromatique sur ce charbon il dit :

« Ceci est la senteur du Grand Esprit.  Par elle les bipèdes, les quadrupèdes, les êtres ailés et tous les peuples de l’Univers seront heureux et se réjouiront. »

L’officiant principal dit alors :

« Ceci est le feu qui aidera les générations à venir, si elles l’emploie selon le mystère.  Mais si elles n’en font pas un bon usage, ce feu aura le pouvoir de faire un grand dommage ».

L’officiant purifie ses mains et ses pieds dans la fumée, et ensuite, levant les bras vers le ciel, il prie :

« Hi ho ! Hi ho ! Hi ho ! Hi ho ! Wakan Tanka, aujourd’hui Tu as été bon pour nous, nous T’en rendons grâce.  Je pose maintenant mes pieds sur la Terre.  Avec un grand bonheur je marche sur la Terre sacrée, notre Mère.  Puissent les générations à venir marcher aussi de cette manière, selon le mystère ! »

Tous les hommes quittent la loge à transpirer suivant la marche du soleil, et eux aussi purifient leurs mains et leurs pieds et prient le Grand Esprit, comme l’officiant l’a fait.

Ce rite est alors terminé, et ceux qui y ont pris part sont comme nés de nouveaux ; ils ont fait beaucoup de bien non seulement à eux mêmes, mais aussi à la nation tout entière.

Je devrais peut-être mentionner encore ceci : souvent quand nous sommes dans la loge à transpirer, des petits enfants glissent leur tête à l’intérieur et demandent au Grand Esprit de rendre leur vie pure.  Nous ne les chassons pas, sachant que les petits enfants ont un cœur innocent.

Quand nous quittons la loge à transpirer, nous sommes pareils aux âmes qui ont été gardées, comme je l’ai décrit, et qui retournent au Grand Esprit après avoir été purifiées ; nous aussi laissons derrière nous dans la loge de l’inipi tout ce qui est impur, afin de vivre comme le veut le Grand Esprit, et afin de connaître quelque chose de ce Monde véritable de l’Esprit, qui est caché derrière ce monde-ci.

Ces rites de l’inipi sont très sacrés et sont accomplis avant toute grande entreprise qui exige que nous soyons purs ou que nous soyons forts ; il y a bien des hivers, nos hommes - et souvent nos femmes  - pratiquaient l’inipi chaque jour, et parfois même plusieurs fois par jour ; une grande partie de notre force nous est venue de là.  Maintenant que nous avons négligé ces rites, nous avons beaucoup perdu de cette puissance ; je pleure lorsque j’y pense.  Et je prie souvent pour que le Grand Esprit veuille montrer à nos jeunes l’importance de toutes ces pratiques vénérables.

Repost 0
Published by Thomas Dalet - dans Autres rituels
commenter cet article
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 16:41


Le projet avance!
Des soeurs et Frères d'une Loge du pays malouin m'ont proposé d'herberger nos travaux dans leur Temple.
Après l'avoir visité lundi dernier, je peux vous affirmer que c'est exactement l'endroit qui convient à nos tenues : discret, opératif, facile d'accès.
Il reste maintenant à rédiger nos statuts, à les déposer à la Préfecture et à constituer le collège des 9 officiers.
Grâce à l'égrégore qui règne dans ce Temple, nous allons renouer avec l'Ancienne Maçonnerie, au nom du Grand Architecte et sous la protection des deux St Jean.

Repost 0
Published by Thomas Dalet
commenter cet article
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 15:32

Le texte ci-après provient du Manuscrit 5939 de la Bibliothèque de la Ville de Lyon (Fonds Willermoz). Le rituel d'Apprenti de la Stricte Observance Templière est intéressant à de multiples égards. La cérémonie décrite ici ne diffère pas beaucoup sur le fond de celle décrite dans les divulgations Anglaises et Françaises de la première moitié du XVIIIème siècle. Des éléments symboliques nouveaux apparaissent, en particulier le tableau « Adhuc Stat ». On remarquera que le caractère chrétien du rituel n'est pas vraiment attesté par une référence précise dans l'Obligation, ce qui sera au contraire introduit plus tard par Willermoz dans le Rite Écossais Rectifié.

Le texte des manuscrits a été établi par M. Jean Saunier.

\

RÉCEPTION D’UN APPRENTI

La loge est parée à l'ordinaire des loges bleues, avec cette seule différence que derrière la Chaire du Vénérable est pendu, peint sur du carton ou autrement, le symbole du grade que l'on y donne. La loge n'est éclairée que par les trois bougies qui sont au devant du Vénérable, les deux pour les surveillants et une pour le secrétaire. Quand les Frères ont été rangés chacun à sa place, par le Maître des Cérémonies, les visiteurs occupant toujours la première, excepté celle du Maître-Député et du dernier ex-Maître, le Vénérable monte en chaire et dit après avoir salué : « À l'ordre », à quoi on ne répond qu'en donnant le signe d'apprenti.

Puis il demande :

D. Respectable Premier Surveillant, quel est le premier devoir d'un maçon en loge ?

R. De voir si elle est couverte.

D. Respectable second surveillant, acquittez-vous de ce devoir.

Le second surveillant tire l’épée, sort et ordonne aux servants de ne laisser passer que les Frères. Après le rapport, il remet l'épée. Le rapport donné le Vénérable demande à qui il lui plaît, en donnant le 1er coup de maillet, auquel l'interrogé répond de même :

D. Quelle heure est-il ?

R. Il est midi plein.

D. Croyez-vous qu'il soit à propos d'ouvrir la loge d'apprenti ?

R. Oui, Vénérable, c'est l'heure propre.

Dans les loges de grade inférieur, on ne dit jamais très respectable, mais simplement Vénérable, respectable.

Le Vénérable :

« Cela étant, avertissez, respectables surveillants, chacun votre colonne que je suis prêt à l'ouvrir ».

Il donne les coups de marteau 00  0, auxquels les surveillants répondent.

Le Vénérable tire son épée et la met devant lui sur la table. Les Frères la tirent aussi.

Le Vénérable dit :

« A l'ordre ».

Les frères prennent l'épée dans la main gauche et mettent la pointe en terre, ils font le signe d'apprenti avec la main droite, ce qu'ils répètent chaque fois que le Vénérable leur adresse la parole ou qu'eux lui parlent.

Le Vénérable frappe et dit :

« J'ouvre donc cette loge au nom du Grand Architecte de l'Univers, 00  0, de nos légitimes supérieurs 00  0 et par l'autorité qui m'en a été conféré, 00  0 ».

Les surveillants chacun à sa colonne :

« Mes frères, la Loge d'apprenti est ouverte ».

Le Vénérable :

« Mes Frères, nous sommes assembles pour travailler à l'édifice mystique du Temple de Salomon, nous y mettrons aujourd'hui une pierre brute, en rendant maçon un profane qui est Monsieur N…… N…… Vous y avez consenti par le scrutin : le terme de l'examen de sa conduite est expiré ; elle a été trouvée telle qu'elle nous convient. Y a-t-il quelque chose à dire sur cet article ? »

Après un court silence, il continue :

« Le récipiendaire est donc……, son caractère, ses qualités, son âge…… ».

Après cela le Vénérable Députe le Maître des Cérémonies, que l'on appelle dans les loges Françaises le Frère Terrible, vers le profane, qui lui demande si c'est sa volonté d'être reçu maçon.

Sur l'affirmative, le Vénérable envoie derechef cet officier au récipiendaire et le charge de lui dire que, persistant dans sa résolution, il doit bien s'examiner s'il a assez de courage pour soutenir les preuves qu'il sera obligé de faire, et s'il n'a aucune répugnance à s'engager sur des choses qu'il ne connaît pas ; on l'assure cependant préalablement qu'il n'y a rien contre la religion en général, ni contre les dogmes en particulier de la communion à laquelle il appartient, rien contre le souverain duquel il est sujet, ou sous lequel il vit, rien contre les devoirs de l'état où la Providence le place, rien enfin contre les lois de la société et les bonnes mœurs, qu'il doit de plus s'examiner rigoureusement qu'il n'a pas sur lui quelque tache qui puisse le faire rougir et éclatant avec les temps forcer la loge à l'expulser honteusement, si enfin il est décidé et prêt à s'assujettir aux statu généraux de la maçonnerie, aux lois particulières de cette loge, à obéir à ses supérieurs et à ne s'écarter jamais de ce qu'ils lui prescrivent.

Le Vénérable répète tout ceci au récipiendaire lorsqu’on le lui présente.

Pendant que le Maître des Cérémonies s'entretient avec le candidat, le Vénérable catéchise les frères en s'adressant particulièrement à ceux qu'il croit les moins instruits.

CATÉCHISME D'APPRENTI FRANC-MAÇON

D. Etes-vous maçon ?

R. Mes frères et compagnons me reconnaissent pour tel.

 

D. Où avez-vous été reçu ?

R. Dans une juste et parfaite loge où règnent l'union, la paix et le silence.

 

D. Comment êtes-vous entré dans cette loge ?

R. Par trois grands coups qui signifient trois sentences de l'Écriture   Sainte : cherchez et vous trouverez, demandez et on vous donnera, frappez et on vous ouvrira.

 

D. Quelle était la figure de votre loge ?

R. Un quarré long.

 

D. Quelle est sa longueur ?

R. De l'Orient à l'Occident.

 

D. Quelle est sa largeur

R. Du midi au septentrion.

 

D. Quelle est sa profondeur ?

R. De la surface de la terre jusqu'au ciel.

 

D. Quels sont ses fondements ?

R. Trois grandes colonnes qui sont la sagesse pour inventer, la beauté pour orner et la force pour soutenir.

 

D. Qu'avez-vous vu en entrant en loge ?

R. Trois grandes lumières qui étaient le Soleil, la Lune et les étoiles.

 

D. Que signifie le Soleil ?

R. Le Maître en chaire qui gouverne et éclaire la Loge,
comme le Soleil gouverne et éclaire le monde.

 

D. Que signifie la lune ?

R. Les Surveillants qui comme elle recevant sa lumière du soleil el la rejaillissant sur la terre, reçoivent la leur du Vénérable et la rejaillissent sur la loge.

 

D. Que signifient les étoiles ?

R. Les autres frères qui, comme elles servent de guides aux voyageurs nocturnes, conduisent les apprentis et les compagnons dans les chemins sombres et mystérieux de la maçonnerie.

 

D. Comment étiez-vous habillé en entrant la première fois en loge ?

R. J'étais ni vêtu ni nu, sans métaux, mais décemment orné.

 

D. Comment un maçon doit-il se distinguer des profanes ?

R. Par une conduite irréprochable, par la bienfaisance envers tous les hommes et en particulier envers ses frères et par une sincérité parfaite envers les mêmes.

 

D. Quel âge aviez-vous lorsque vous fûtes reçu apprenti ?

R. Vingt cinq ans.

 

D. Quelle est le symbole des apprentis ?

R. Une colonne rompue par en haut mais ferme sur sa base, avec l'inscription « adhuc stat »  « elle se soutient encore ».

 

D. À quelle colonne du temple travaillez-vous comme apprenti ?

R. À la colonne J. qui est le mot sacré de cette loge.

 

(SUITE DE LA RÉCEPTION D'UN APPRENTI)

Quand le Maître des cérémonies rapporte l'accomplissement de sa commission et la réponse du profane, le Vénérable dit au même :

« Pour première marque de sa soumission demandez lui son épée et me la portez ».

Après cela, il le renvoi vers le profane en y joignant un frère servant qui le mène dans une chambre contigüe où on le déshabille à l'ordinaire en lui ôtant soigneusement toutes sortes de métaux. On lui bande les yeux, le Maître des Cérémonies le prend par la main droite, lui met la pointe de l'épée sur le cœur et l'achemine vers la porte de la loge. On doit ne lui parler de rien que de ce qui concerne son déshabillement et sa marche, et le Vénérable continue pendant son intervalle son catéchisme où il frappe en profane trois fois :

Le Vénérable dit au 1er Surveillant :

« Demandez qui frappe ».

Le Surveillant ne fait qu'entrouvrir la porte et dit :

« Qui est là ? »

Le Maître des cérémonies répond :

« C'est un profane qui souhaite être reçu ».

Le Vénérable :

« Comment s'appelle-t-il ? Quel âge ? À quelle communion appartient-il ? Où a-t-il domicile ? Son emploie ? ».

Toutes ces demandes se font l'une après l'autre tant par le Vénérable que par le premier surveillant aussi bien que les réponses.

Cela fait, le Vénérable dit :

« Faites le entrer ».

On ouvre la porte et l'introducteur conduit le récipiendaire jusqu'au second surveillant qui le reçoit en lui donnant la pointe de son épée dans la main gauche avec laquelle il la met sur le cœur et lui fait faire trois tours de la loge en commençant du côté gauche, chaque fois par devant le Vénérable on lui fait faire une inclination et quand il passe à une porte marquée sur le tapis.

…(?)… les frères font le signe d'apprenti et secouent fortement leurs tabliers.

Les tours finis, on le place entre les surveillants. Puis le Maître répète au candidat tout ce qui lui a été dit par le Maître des cérémonies page 6 et 7 (du manuscrit) et y ajoutant :

« Monsieur, répondez-moi catégoriquement : Comment vous        appeliez-vous ? »

Chaque demande se fait à part comme ci-devant page 9 (du manuscrit).

Après quoi, il continue :

« Monsieur, si le désir de suivre la mode ou de faire ce que l'on voit faire aux autres on même une curiosité mal entendue est le motif de votre démarche, vous serez extrêmement mal satisfait et l'ordre agirait bien imprudemment s'il communiquait le moindre de ses mystères à un homme qu'il ne connait pas à fond, si ce n'est pas le désir d'entrer dans une société composée de gens respectables par leur naissance, par leurs qualités et par leurs mérites qui vous fait agir, vous serez furieusement trompé, peut-être même vous a-t-on induit par des raisons captieuses à vous y engager, et vous avez senti quelque répugnance à y acquiescer si cela est, avouez le franchement, il est encore temps de reculer. On vous ramènera où l'on vous a pris et vous resterez en pleine liberté de vous en aller. Nous vous promettons un secret inviolable et votre nom ne sera jamais prononcé parmi nous. Je vous abandonne à vos réflexions. »

(Petite pause). « Méditez et résolvez... »

(Autre pause). « Il n'est pas raisonnable de s'engager par curiosité à quelque chose qu'on ignore, autant qu'il est honteux de ne pas exécuter, faute de courage, une entreprise commencée ».

(Autre pause un peu plus longue). « Qu'avez-vous résolu ? Voulez-vous être reçu ? »

Si le récipiendaire répond par oui, le Vénérable dit au premier surveillant :

« Faites le approcher de la manière accoutumée ».

Après avoir fait les sept petits pas, le second surveillant prend le pied gauche du candidat et le met sur la porte gauche du lapis, et puis le pied droit sur la porte droite et enfin le pied gauche vis à vis du trône, entraînant après le pied droit, et posant sur le dernier degré le genou nu.

Le Vénérable dit alors :

« Donnez-moi votre main droite ».

Il la fait mettre sur le cinquième verset, du 1er chapitre de l'Évangile de Saint Jean, en lui disant :

« Le livre que vous touchez est l'Évangile de Saint Jean. Puisqu'il a dépendu de vous de rester ou de reculer, nous vous déclarons encore une fois libre, quoique les yeux bandés. Vous reconnaissez-vous pour tel ? »

En répondant qu'oui. Le Vénérable continue :

« Ainsi vous sentez que le serment que vous aller prononcer est entièrement libre et nullement forcé, je ne vous ferai qu'une seule demande, votre réponse décidera de votre destinée…… vous ne parlerez que quand je vous en aurai averti. »

(Petite pause). « Le moment décisif approche... voulez- vous être reçu maçon ? Répondez ? »

À l'affirmative, le Vénérable dit :

« Respectable Second Surveillant, mettez lui le compas sur la poitrine nue du côté du cœur ».

« Monsieur, répétez après moi :

Durant le serment, les frères tiennent l'épée haute dans la gauche en faisant le signe avec la droite. « Moi, N…… N……, à la face du Grand Architecte de l'Univers et de cette respectable assemblée, je jure que je ne révélerai jamais à qui que ce soit, ni sous aucun prétexte, la moindre chose de ce que je verrai, entendrai ou comprendrai des mystères des Francs-Maçons, que je n'en parlerai jamais avec des profanes ni que je n'en écrirai, tracerai, graverai ou imprimerai le moindre caractère hors que quand j'en serai spécialement autorisé par mes supérieurs auxquels je promets une obéissance exacte en tout et par tout, ou nia religion, et ce que je dois à mon souverain, à l’honnêteté, à mon état ne s'opposent point.

 je jure d'être fidèle à cette loge, d'en observer les statuts et les lois, de protéger son bien et d'en détourner tout mal, aussi bien que des autres loges régulières que je fréquenterai ou que je connaitrai. Je promets d'être bienfaisant envers tous les hommes et particulièrement envers mes frères, autant que mes facultés le permettent. Si je contreviens à un de ces points, je consens d'avoir la g. c. le c. p. et a. de mon c. avec mes c. et que le tout soit B. et réduit en C. laquelle sera dispersée au vent afin que nia mémoire soit exterminée parmi les hommes et de la surface de la terre.

Ainsi Dieu soit à mon aide ».

Le Vénérable dit :

« Vous êtes engagé, Monsieur, je vous crée donc Maçon :

1° Au nom du Grand Architecte de l'Univers,

2° Au nom de mes légitimes supérieures,

3° Au nom de celte respectable loge de…… ».

À chaque de ces articles, le Vénérable donne un coup léger de maillet au compas que le récipiendaire tient appuyé sur sa poitrine. Après un temps de silence, le Vénérable dit :

« Levez-vous, Monsieur, votre sort est décidé. Vous l'avez voulu, je ne réponds de rien. »

On éteint les bougies qui sont devant le Vénérable et on allume l'esprit de vin.

« Respectable second surveillant, ramenez-le vers la porte du Temple ».

Après une petite pause, le Vénérable dit :

« Donnez-lui le premier rayon de lumière ».

On lui ôte le bandeau seulement (pour) pouvoir un moment voir l'assemblée qui tient ses épées tournées contre lui.

Le bandeau remis, le Vénérable continue :

« Vous avez vu le premier rayon de lumière. Vous avez vu cette respectable assemblée dont vous allez devenir membre. Rendez-vous digne de vivre parmi nous et soyez persuadé que toutes ces épées que vous avez vu tournées contre vous sont prêtes à vous punir si vous osiez commettre la moindre indiscrétion ou infidélité. »

On éclaire entièrement la loge sur ces entrefaites.

« Respectable second surveillant, faites lui faire un tour de midi à minuit et replacez te où vous l'avez pris.

Après un court silence, le vénérable dit :

« Faites lui voir le second rayon de lumière ».

Au moment de lui débander les yeux, on fait l'éclaire accoutumé, cela se fait par deux frères placés chacun à coté du candidat, les frères tiennent l'épée haute et disent tous :  « Sic transit gloria mundi ».

Après cela, le Vénérable dit :

« Voilà comme passe la vanité de ce monde. Souvenez- vous qu'il faut mourir et que tout disparait comme un éclair, la vertu seule est immortelle, et la mémoire des bonnes actions impérissable : c'est la première leçon que la loge vous donne, ces épées que vous avez vues tournées contre vous, vous les voyez à présent tirées pour votre défense ? Oui, vos frères ne vous abandonneront jamais quand la vertu et l'honneur régleront votre démarche. »

« Respectable second surveillant, faites sortir le candidat, qu'il s'habille, et qu'il rentre après avoir frappé en maçon 00 0 ».

Le surveillant le ramène et le place à la droite du trône du Vénérable qui lui dit en lui rendant l'épée :

« Je vous arme en vous rendant votre épée il la face de vos  Frères,  servez-vous en pour les défendre, pour votre honneur et pour votre patrie. »

Puis il lui ceint le tablier et dit :

« On appelle cela chez nous l'habit ; c'est celui d'un maçon que sa blancheur vous fasse souvenir de la candeur qui doit orner toutes vos actions ; ne paraissez jamais en loge sans lui. »

Il lui donne les gants d'homme en disant :

« Je vous donne ces gants que nous appelons des battes ; n'oubliez point que vos mains doivent être pures et votre conduite sans tache. »

Il lui donne les gants de femme et ajoute :

« Pour confondre la calomnie de nos adversaires qui disent que nous vilipendons ce beau sexe qui est la plus charmante partie du genre humain, nous vous donnons une paire de gants de femme pour que vous en fassiez présent à celle que vous distinguez parmi les autres ».

Le Vénérable continue en disant :

« Pour nous distinguer des profanes et nous entre-connaitre, nous nous servons de certains signes, attouchements et mots. Le signe est…….il doit vous faire ressouvenir du serment que vous avez prêté. L'attouchement est………    Le mot, on ne fait que l'épeler……… Le mot de passe sans lequel toute entrée en loge vous est interdite est Tub……

 Après qu'il lui a donné un triple baiser, c'est à dire à chaque joue et sur la bouche, il l'envoi aux deux Surveillants pour leur donner le signe, l'attouchement et les mots et pour en recevoir les mêmes baisers. Enfin, il lui assigne sa place qui est vis à vis du Frère Orateur auquel il ordonne de faire sa harangue, laquelle finie, le Vénérable lui même ou s'il le trouve à propos le 1er Surveillant explique au nouveau reçu le tableau. Et étant retourné chacun à sa place, le Vénérable fait un peu de catéchisme et demande enfin s'il n'y a rien proposer en loge d'apprenti, qu'il ferme après les interrogations  d'usage, dans la forme, et félicite le nouveau reçu en l'invitant au banquet s'il y en a, et pour la cérémonie duquel un des Surveillants ou l'Introducteur est obligé de l'instruire.

EXPLICATION DU TABLEAU

La figure du tapis qui est un quarré long que vous voyez devant vous, mon Frère, est celle de la loge. Les images qui y sont peintes sont quelques parties du fameux Temple de Salomon, qui ayant été détruit par les Sarrasins (sic), vient d'être réédifié mystiquement par les maçons. Ce temple est le principe, la base, et l'emblème de toute la maçonnerie. Vous y voyez trois grandes lumières, le Soleil, la lune et les étoiles.

Le Soleil signifie le Maître en chaire qui comme celui la gouverne et éclaire le monde, éclaire et gouverne la loge. La lune est la figure des surveillants puisque comme elle reçoit sa lumière du soleil et la rejaillit sur la terre, ceux-là la reçoivent du Vénérable et la répandent sur la loge. Les étoiles représentent les maîtres et compagnons qui guident les apprentis clans les sentes sombres et mystérieuses de l'Art Royal, comme celles-là conduisent les voyageurs nocturnes de l'océan. Les sept degrés qui vous mènent au pavé mosaïque du temple sont les sept vertus des maçons : l'Obéissance, le Silence, la Persévérance, l'Amour fraternel, la Bienfaisance, le Courage et l’Intrépidité jusqu'au bout.

N. B. Les Surveillants les lui font faire une seconde fois aussi bien que les trois pas qui l'ont fait approcher du Vénérable et cela afin qu'il les apprenne ayant eu les yeux bandés quand il les fit la première fois.

La Colonne à main gauche signée par J. est celle où les apprentis travaillent et dont vous avez appris à épeler le nom. Voilà tout ce qu'il m'est permis de vous dire à présent, fréquentez nos assemblées, soyez assidu au travail et zélé pour exécuter ce qui vous sera imposé et rendez vous digne par là d'être avancé de grade en grade dans l'Art Royal et vous apprendrez le reste : je vous en félicite d'avance.

Repost 0
Published by Thomas Dalet - dans Rites et rituels
commenter cet article
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 14:32

PROTOCOLE D’ACCORD ENTRE LE GODF et le SUPREME GRAND CHAPITRE DE L'ANCIENNE MAÇONNERIE D'YORK ET DE l'ARC ROYAL du GODF

 

Vu les textes constitutifs du Grand Orient de France de 1773,

Vu le concordat unifiant le Rite Ancien au G\ O\ D\ F\ en 1804,

Vu les textes constituants le Chapitre de l'Arc Royal du Phénix du G\ O\ D\ F\ de 1817,

Vu les textes régissant le Grand Collège des Rites de 1816 à 1999 ;

 

Le Grand Orient de France conserve la propriété des Rites dont il est possesseur en vertu des traités passés avec les puissances maçonniques auxquelles ils appartenaient.

Le Grand Orient de France délègue au Suprême Grand Chapitre de l'Ancienne Maçonnerie d'York et de l'Arc Royal l'exercice exclusif de la Maçonnerie de la Marque et de l'Arc Royal. Le Grand Maître du G\ O\ D\ F\ est le garant du rite.

 

Le Suprême Grand Chapitre s'engage à maintenir le principe de la liberté de conscience et les traditions de la Maçonnerie de la Marque et de l'Arc Royal. Toute fonction en son sein est pourvue par l'élection et est limitée dans le temps. La justice interne à l'institution sera administrée par une chambre de justice indépendante composée de membres élus.

Le Suprême Grand Chapitre est autonome. Ses relations internationales seront établies en coordination avec le Conseil de l'Ordre du Grand Orient de France et soumises à son accord.

 

Il est institué entre les contractants une commission paritaire composée des trois principaux dignitaires des deux instances qui se réunira au moins une fois par an pour assurer le suivi des relations entre les parties.

 

Le Suprême Grand Chapitre de l'Ancienne Maçonnerie d'York et de l'Arc Royal s'engage à n'élever aux grades de la Marque et de l'Arc Royal que des membres actifs des loges du Grand Orient de France. Toutefois il aura aussi la faculté d'y recevoir des maçons étrangers résidant dans des pays où n'existent pas de Suprême Grand Chapitre en relations fraternelles avec lui sans qu'il soit nécessaire que ces frères soient membres actifs d'une loge du Grand Orient. Ces promotions ne pourront cependant être faites qu'après accord de la commission paritaire.

 

Paris, le 21 décembre 2001.

 

 

Le Premier Principal                                                                                  Le Grand Maître,

du Suprême Grand Chapitre de                                                              Président du Conseil de l'Ordre

l'Ancienne Maçonnerie d'York et de l'Arc Royal                 du Grand Orient de France

P….. M……                                                                                                   Alain BAUER

 

 

Ratifié par le Convent du G\O\D\F\, le 6 Septembre 2002.

Repost 0

Présentation

  • : Loge de Recherche Laurence Dermott
  • Loge de Recherche Laurence Dermott
  • Contact

Blason de la RL Laurence Dermott

Loge-Dermott.gif

        729 ARTICLES

                    603    ABONNES 

Recherche

St Patrick blessing

God save the Ireland

           

Michaël Collins