Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 07:42

A notre époque, tous les hommes et les femmes doivent devenir des alchimistes, doivent apprendre le secret de la transmutation des énergies négatives en énergies positives. C’est une nécessité qui deviendra vitale pour l’humanité. Les fils de l’homme doivent réaliser individuellement puis collectivement ce que l’homme universel représenté dans la kabbale par le couple symbolique Adam et Ève a échoué à réaliser.
Chaque homme et chaque femme est appelé à réaliser la pierre philosophale. Pour cela, celui qui est éveillé à cette réalité divine doit s’emparer de l’arbre de la science du bien et du mal, des énergies positives et négatives, et s’entraîner à maîtriser les énergies négatives pour les mettre au service des énergies positives par la transmutation. Ce travail doit s’effectuer dans la vie quotidienne et demande beaucoup de subtilité.
Ce contact avec ce serpent de l’arbre de la science initiatique ne doit pas se produire instinctivement, inconsciemment, mais avec une conscience avertie et une grande lucidité. L’homme doit être préparé, il doit être capable de séparer le subtil de l’épais, l’éternel du temporel, comme l’enseigne Hermès Trismégiste.

L’alchimiste recherche la vérité absolue à travers toutes les formes derrière lesquelles elle peut se cacher ou se manifester pour un moment. Si certains ont dit que l’art alchimique consiste à extraire les quintessences, c’est justement que l’alchimiste recherche « l’essence-ciel » ou « l’essence-du-ciel » qui se cache derrière les formes sensibles de la matière.
Dans son désir de connaître la vérité, l’alchimiste transcende tous les visages qu’elle peut prendre en ses multiples facettes pour finalement la découvrir en sa pureté, en sa quintessence. C’est la vraie nature qui se cache derrière le manteau, derrière la forme. Mais l’alchimiste ne se contente pas de découvrir la vérité en sa pureté, il veut la réaliser en lui-même, en sa propre personnalité, il veut l’incarner suivant la parole de Jésus : « Père céleste, que ton règne vienne sur la terre comme au ciel. » La pierre philosophale n’est pas seulement philosophe, elle est aussi pierre.
Pilate ayant demandé à Jésus qui il est, le Maître répond qu’il est né et qu’il est venu dans le monde pour pouvoir porter témoignage de la vérité. Par cette parole, Jésus démontre clairement qu’il a réalisé la pierre philosophale. Il possède la pierre que les bâtisseurs ont rejetée et sur laquelle il va fonder son Église. Les bâtisseurs de la parabole sont ceux qui constituent les sociétés, qui font les lois, qui règnent sur l’humanité. Ils ont rejeté la pierre d’angle, c’est-à-dire la science initiatique qui relie l’esprit divin à la matière, le solve au coagula. Cette pierre sur laquelle l’esprit du Christ veut bâtir son état social, sa synarchie, c’est la vie divine et intérieure.
Seuls ceux qui pratiquent l’alchimie connaissent cette pierre dont parle Jésus : c’est la philosophie divine concrète, appliquée dans la vie intérieure de l’Essénien. C’est la connaissance vivante et la maîtrise du grand agent magique dans son double courant positif et négatif. Cette connaissance et cette maîtrise des deux principes qui animent l’agent magique, la grande force de vie, produisent la naissance de la Lumière du Christ en la conscience de l’homme.
En parlant des bâtisseurs qui ne possèdent pas la pierre angulaire, Jésus a dit qu’ils étaient aveugles et que lorsque les aveugles conduisent les aveugles, ils tombent tous dans la fosse. Chacun peut constater ici l’importance à tous les points de vue de la science initiatique.
L’homme qui aspire à la maîtrise doit devenir alchimiste car seule la pratique alchimiste conduit à la maîtrise de la vie. Les alchimistes travaillent avant tout avec la vie. Ils ont compris que pour que l’esprit divin se manifeste à travers eux, il faut que leur vie intérieure soit pure. Connaître la vérité, la recevoir intellectuellement est une partie seulement du travail. La deuxième partie, c’est de la mettre en pratique dans sa vie, d’obéir à cette vérité reçue dans ses moindres actes, d’agir conformément à son enseignement.

L’alchimie est une méthode précise et scientifique qui donne le moyen de l’incarnation du Christ à l’intérieur de la conscience de l’homme. C’est pour indiquer cela que Jésus disait que ceux qui appliquent son enseignement feront les œuvres qu’il a faites et même plus encore. Le Christ à l’intérieur de l’homme est la réalisation de la vérité, et Jésus a dit : « On reconnaît un arbre à ses fruits. » Celui qui parle du Christ mais qui ne fait pas les œuvres du Christ n’est donc pas un bon arbre. Le Christ, c’est l’esprit du Soleil, c’est celui qui éclaire le monde, le réchauffe et lui donne la volonté d’agir. Le mouvement de la vie, ce sont les œuvres du Soleil.

Dans la Tradition essénienne, l’homme doit trouver l’unité divine dans le Tout, dans l’universel ; il doit faire descendre l’esprit dans la matière, il doit « coaguler » le solve. Chaque humain doit incarner la vie divine et la manifester, la faire jaillir ensuite autour de lui, dans sa vie quotidienne, pour l’offrir à la collectivité. L’alchimiste essénien travaille pour que son corps devienne un instrument de l’esprit. L’homme ne peut transformer son corps, sa propre matière qu’en s’identifiant à l’esprit vivant qui est en lui.
Les vrais alchimistes ont toujours commencé par travailler sur leur propre matière intérieure, sur leur propre vie. Cette notion du travail sur sa propre matière est très importante à bien saisir pour le commencement de l’œuvre alchimique. Il faut avant tout comprendre ce qui appartient à l’homme, quelle est la matière, qu’est-ce qui lui appartient et qu’est-ce qui ne lui appartient pas. Il doit connaître la matière qui constitue son être réel.
Hermès Trismégiste dit que pour trouver la matière de l’œuvre, il faut séparer le subtil, l’immortel, de l’épais, du temporel. Avec cette clef, on s’aperçoit que l’être humain est avant toute chose une créature invisible, subjective, qui se manifeste dans le monde objectif au moyen d’un corps sensible qu’il a formé autour de lui. Lorsque nous nous trouvons devant un humain, nous ne pouvons appréhender que son aspect extérieur, son aspect physique mais pourtant cet être est avant tout un être invisible. En effet, les pensées, les sentiments et la volonté sont invisibles, et pourtant ce sont eux qui constituent l’être humain et c’est sur eux que viennent se greffer les particules de matière qui forment le vêtement physique.
La science matérialiste, que l’on qualifie de positive et d’objective, n’est en réalité que la partie exotérique de la science initiatique dont l’ésotérisme réside dans la vie même, dans l’invisible, dans le subjectif, qui est la véritable réalité. Lorsque Hermès Trismégiste enseigne qu’il faut séparer le subtil de l’épais, l’homme doit comprendre qu’il doit séparer en lui la vie subjective, la vie intérieure, de la vie objective, de la vie extérieure. La pierre d’angle qu’ont rejetée les bâtisseurs, c’est le côté vivant et subjectif, et c’est justement avec ce côté que doit être élaborée la pierre philosophale suivant l’enseignement alchimique.
La pierre philosophale est un état de conscience subjectif à atteindre : la présence réelle et l’union consciente en Dieu, en l’Esprit, en la vie universelle. Cette union apporte à l’homme la puissance créatrice de l’absolu dans la matière extérieure, dans le monde objectif. C’est pour cette raison que l’on dit que la pierre philosophale transmute tout en or car en toute chose, c’est la vie intérieure qui compte le plus. Un évènement extérieur ne nous apparaît que suivant la façon dont nous le considérons intérieurement. C’est ainsi que les pires catastrophes, limitations, calamités deviennent pour l’alchimiste une énergie, une force dont il va se servir pour embellir sa vie intérieure et goûter une joie indescriptible à laquelle tout l’or du monde ne peut être comparé. D’ailleurs, à quoi peuvent bien servir toutes les richesses de la planète si notre vie intérieure n’est pas saine ?
Pour que la vie subjective devienne puissante et réelle, il faut qu’elle soit vivifiée consciemment en se basant sur ce qui est vrai. L’Essénien doit comprendre que c’est avant tout le monde subjectif qui gouverne le monde objectif, le monde intérieur qui gouverne le monde extérieur. C’est pour ne pas avoir compris cette loi élémentaire des rapports entre le monde subjectif et le monde objectif que l’humanité marche la tête en bas, symboliquement parlant. Un mage essénien est toujours actif, surtout dans l’invisible, par son imagination dirigée par une volonté ferme et créatrice.
À ce sujet précisons qu’il est impossible de fabriquer la pierre philosophale sans posséder la science kabbalistique. Le Maître Jésus indique également cette loi quand il dit à Pilate : « Tu peux croire que la vérité est sur terre parmi ceux qui la reçoivent et lui obéissent. » La vérité sur terre, c’est une description de la pierre des sages. Cette pierre est à l’intérieur de ceux qui, premièrement, la reçoivent et, deuxièmement, lui obéissent. Recevoir la vérité intérieurement, c’est posséder la kabbale divine, la faculté de la perception spirituelle.
Cette faculté se développe par une maîtrise de l’imagination. Lorsque l’imagination de l’homme s’élève jusqu’à adhérer au principe divin, à la vérité éternelle, son imagination se transfigure en Lumière intelligible et il atteint l’illumination divine. C’est la réception de la kabbale, de la science du Verbe universel. Après, il doit développer sa volonté pour obéir à cette vérité divine, pour conformer sa vie quotidienne à ses préceptes...

Source : www. http://www.ordre-des-esseniens.org/

Partager cet article

Repost 0
Published by X - dans Alchimie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Loge de Recherche Laurence Dermott
  • Loge de Recherche Laurence Dermott
  • Contact

Blason de la RL Laurence Dermott

Loge-Dermott.gif

        727 ARTICLES

                       537 ABONNES 

Recherche

St Patrick blessing

 

 irish-flag-cd51f

May St. Patrick guard you wherever you go,

and guide you in whatever you do,

and may his loving protection

be a blessing to you always.

God save the Ireland

           

Michaël Collins

Danny Boy