Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 06:34

6.    Les chevaux de feu

6.1.L’alphabet

6.1.1.      Les écritures

L’alphabet hébraïque possède 3 formes essentielles : les kabbalistes jouent à la fois sur la forme, la signification et la valeur numérique.

 

La première écriture, en importance et en usage, est celle que nous connaissons aujourd’hui. C’est l’« écriture assyrienne ».

La seconde écriture est l’écriture cursive, utilisée pour écrire rapidement à la main et pour les textes non liturgiques.

La plus ancienne écriture est le protosinaïque. Cet alphabet dérive des hiéroglyphes égyptiens. Il est constitué de pictogrammes qui ont valeur de consonne.

C’est de cet alphabet qu’ont dérivées de nombreuses écritures : cananéenne et phénicienne, araméenne, hébraïque, …

6.1.2.      Les lettres

L’énergie du divin transite jusqu’au monde d’en bas à travers les lettres de l’alphabet et le texte de la Tora. La langue hébraïque est la « langue sainte ».

Le monde ne préexistait pas au langage, mais il se forme en lui et par lui. La matière du monde repose sur la structure de l’alphabet hébraïque.

Lors du passage du néant absolu à l’être, la matière pris naissance sous la forme d’un point de matière insécable et infinitésimal. Par un jeu de forces équilibrées, il resta immobile. Puis un déséquilibre dans ces forces le fit bouger pour former une droite. Puis le point bougea dans une autre direction, formant le plan.

On retrouve ici les trois formes géométriques primordiales qui sont à l’origine de l’alphabet hébraïque. Toutes les lettres sont constituées d’une combinaison de ces trois éléments, qui se retrouvent purs dans dalèt (plan), vav (droite) et yod (point).

La métaphore du feu est omniprésente dans les textes de la kabbale, notamment pour parler du texte et de ses différents composants. Les lettres ont accueillit la lumière du rayon lors du second tsimtsoum. Elles sont les « chevaux de feu », les mots sont les « chariots de feu ».

Aleph, la « première lettre construite », se compose des trois éléments.

Aleph est une lettre qui se voit mais c’est la seule lettre qui ne se prononce pas du tout. Elle est silence. C’est le plus haut degré de la clarté qu’aucun mot ne peut venir exprimer ni explorer. C’est également le symbole de l’énergie.

On retrouve la théorie des écorces dans les lettres. La lumière d’aleph étant trop forte, elle vient s’habiller dans une autre écorce : la deuxième lettre bèt. Et ainsi de suite jusqu’à la dernière, tav, qui en contient 21, et pour laquelle la lumière est très faiblement perceptible à cause des trop nombreux écrans. La valeur numérique pourrait être vu comme le nombre de qlipot protégeant la lumière qui se trouve dans la lettre.

Introduire des silences, des espaces dans un texte, le remodeler par circoncision textuelle, transforme le lecteur en créateur. Cette idée du vide signifiant se retrouve dans les pensées chinoise et japonaise.

Ainsi il existe 4 livres :

  • La « Tora de Dieu » est un texte où il n’y a que des lettres, un seul grand mot sans coupure ni ponctuation, sans possibilité de perception sémantique. Ce texte est vu comme l’ensemble des noms de Dieu.
  • La Tora de Moïse est le texte généralement connu, constitué des mots que Moïse a produits par l’introduction de coupures.
  • La Tora des hommes consiste à produire de nouveaux mots et de nouveaux sens à partir du précédent.
  • La Tora du Messie est le texte que nous lirons quand nous serons capable de lire les lettres blanches entre les lettres noires.

6.1.3.      Correspondances

 

A

Aleph

1 ou 1000

Tête de taureau

Force, énergie, être humain, possibilité, commencement, enseignement

B

Bèt

2

Maison

Intériorité, acceuil, couple, intimité, famille, abri, voûte céleste

C

Guimèl

3

Chameau, dromadaire

Sortir de soi, porter au-delà de soi, faire du bien, sevrer, mûrir, se libérer de, rendre le bien pour le bien

D

Dalèt

4

Porte, ouverture

Sein de femme, sexe féminin, descendance, abondance, verser, répandre, entrer, sortir, puiser

E

5

Souffle

Cri, homme en prière, respiration, expression, marque du féminin, de la direction et de la question, vide du souffle et de l’énergie

F

Vav

6

Crochet, clou

Coordination, canal, tuyau, doigt, phallus, volonté d’entrer en relation, coït

G

Zayin

7

Flèche, arme

Relation à l’autre, guerre, conflit, face-à-face, révolution, fracture, distance, logique de contradiction, traversée, inadéquation, questionnement, temps, cycle, multiplicité, lois morales, …

H

Hèt

8

Barrière

Clôture, rempart de protection, temps présent, enfermement

-

Tèt

9

Bouclier

 

I,J

Yod

10

Main

Prendre, donner, échanger, montrer, compter, multiplicité, structuration, unicité, bénédiction

K

Kaf

20

Paume de la main

Creux, recevoir, prendre, donner, commerce, caresse, temps, couvrir, bénir

L

Lamèd

30

Aiguillon

Aiguillon du désir, faire avancer, dynamiser, étudier, enseignement, dépassement, hauteur, se créer, s’inventer, se dépasser

M

Mèm

40

Eau

Mouvement, dynamisme, chemin, identité en mouvement, questionnement sur notre identité, question sur l’origine

N

Noun

50

Poisson

Le caché, l’intime, le féminin, lieu où l’on se blottit, fœtus dans les eaux matricielles, vie, naissance à venir, enfant, petit-enfant, descendance, multiplicité, abondance, bénédiction

O

Ayin

70

Œil

Voir, regarder, apparaître, disparaître, source, seuil, passage, consulter, découvrir, traduction, langues étrangères

P

80

Bouche

Parler, manger, respirer, dégager, exhaler, ouverture, sexe, transmission de la mémoire, récit

-

Tsadè

90

Hameçon, ancre

 

Q

Qof

100

Couperet

Séparation, interrompre, trancher, geler, imiter, faire un trou et considérer le vide, chas d’une aiguille, puiser dans les profondeurs

R

Rèch

200

Tête

Commencement, être en tête, avoir de l’esprit de direction, l’extrême, dimension intellectuelle

S

C

300

Dent

Avoir l’esprit d’analyse, mâcher, réduire, tirer à l’arc, envoyer, lancer

T

Tav

400

Signe

Marque, note de musique, symbole, rencontre, alliance, compléter, désigner, fin d’un processus extrême

U,

V,

W

Vav

6

Crochet, clou

Voir le F

X

Samèkh

60

Arbre avec branches

Squelette, charpente, infrastructure, échelle, bâton pour s’appuyer, arête de poisson

Y

Yod

10

Main

Voir le I

Z

Zayin

7

Flèche, arme

Voir le G

 

6.2.Le Tsérouf, l’art de la combinatoire des lettres

La lumière divine arrive aux hommes par l’intermédiaire des lettres, et de façon dynamique par le langage ou la permutation de celles-ci.

L’énergie que l’homme reçoit prend forme en lui et risque de devenir prisonnière si elle ne poursuit pas son voyage. Il se forme alors des « nœuds », et la technique combinatoire des lettres appelée tsérouf aide à les dénouer.

La racine d’un mot hébraïque est formée en général de trois lettres. L’analyse consiste à examiner toutes les combinaisons de ces trois lettres (donc 6) et à y découvrir une logique interne ou externe et un sens.

Logique interne signifie articulation d’une certaine logique sémantique entre les différentes combinaisons. Logique externe implique une recherche d’articulation avec d’autres mots et d’autres horizons qui se rapportent à la nouvelle combinaison.

Un mot a toujours un sens premier qui lui est conféré par la loi de successivité de ses lettres, loi nommée rétsèf. C’est la première phase de l’art combinatoire.

La deuxième phase est celle du degré zéro de signification, ou rafats. C’est l’étape d’égarement, de silence, nécessaire avant un nouveau démarrage. Pour apprendre, il faut commencer par oublier.

Après le réfèts et le rafats, la vie dynamique interne au mot supplie le mot de pouvoir dire autre chose. Cette supplication est patsar. Le sens fait alors une « brèche », c’est le stade du parats. Le mot est mûr pour une nouvelle « combinaison » (tsérouf), le sens est libéré et s’envole, c’est le tsipor, c'est-à-dire l’« oiseau ».

6.3.Quelques permutations

Les permutations simples consistent à décaler d’une lettre vers l’arrière ou l’avant les lettres d’un mot, formant respectivement un hypogramme ou un métagramme.

La permutation AT-BaCh, liée à Héssèd,  associe aux 11 premières lettres les 11 suivantes dans l’ordre inverse. Ainsi aleph devient tav, bèt devient chin, etc. La permutation El-BaM, liée à Din, n’inverse pas l’ordre lors de l’association, et donc aleph devient lamèd, bèt devient mèm, etc.

La permutation peut aussi associer à une lettre la lettre correspondante d’un autre niveau des groupes unités, dizaines, centaines.

On peut également transformer une expression en un mot constitué des lettres initiales ou finales, ou inversement retrouver une expression à partir des lettres d’un mot. C’est le notarikone.

La temoura consiste à prendre un mot, le décomposer en 2, puis permuter quelques-unes des lettres.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by X - dans Kabbale
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Loge de Recherche Laurence Dermott
  • Loge de Recherche Laurence Dermott
  • Contact

Blason de la RL Laurence Dermott

Loge-Dermott.gif

        729 ARTICLES

                    603    ABONNES 

Recherche

St Patrick blessing

God save the Ireland

           

Michaël Collins