Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 16:38

Certains Frères trouvant les images irlandaises qui sont sur mon blog très orientées, je précise que si je suis d’origine irlandaise, fière et républicaine, c’est de l’Irlande Michaël Collins qu’il s’agit et que celui-ci, « Irlandais, Républicain et Fier » a été abattu à l’âge de 31 ans par ses « Frères irlandais ». Michael Collins (1890-1922) fut un grand acteur de la lutte pour l’indépendance Irlandaise. Il fut l’instigateur d’une véritable guérilla menée à l’encontre du gouvernement britannique, et parvint à obtenir des négociations pour obtenir une République d’Irlande indépendante et autonome… à condition de laisser le Nord aux anglais.

Né à Woodfield dans le comté de Cork, le 12 octobre 1890, Michael Collins est le troisième garçon, et le dernier né parmi 8 enfants.

A l’époque où Collins grandit, sa famille vit de façon confortable. Son père, membre des Fenians, lui inculque très tôt des valeurs politiques révolutionnaires, en faveur du nationalisme irlandais. A l’âge de 7 ans, Collins perd malheureusement son père, et sa mère prend son éducation en main en l’inscrivant à l’examen d’entrée au Service des Postes Britanniques, examen qu’il réussit avec brio, et qui précipite son départ de la maison familiale pour Londres. De ses 15 à 25 ans, il vit à Londres, travaillant au sein du service financier de la Poste Britannique, puis change de nombreuse fois d’emplois. Collins décide alors d’intégrer l’IRB en 1909. Il a alors 19 ans. 1914 : la Première Guerre Mondiale ébranle l’Europe. Michael Collins est alors informé d’un projet : celui d’une insurrection généralisée. Il s’agit de l’Insurrection de Pâques, une révolte où l’Irlande entend profiter de l’affaiblissement de l’Angleterre en ces temps de guerre, afin de renverser les Britanniques, et ainsi déclarer une République d’Irlande officielle. Désirant apporter son aide, Michael Collins quitte alors Londres pour Dublin en 1916. Fin stratège, et doté d’une capacité d’analyse reconnue, il est alors nommé Conseiller Financier du Comte Plunkett et participe à l’organisation de la révolte. Lorsque celle-ci éclate, Collins se bat aux côtés de grands ledarers nationalistes tels que Patrick Pearse, avec qui il se charge de prendre d’assaut la la Poste Centrale. L’insurrection est un désastre militaire vite écrasée dans le sang par les anglais. Comme beaucoup d’insurgés Collins est arrêté et envoyé au camp d’internement de Frongosh au Pays de Galles. Au moment de la libération des insurgés, il était déjà devenu un des leaders du Sinn Féin. Dès octobre 1917 Collins devient membre de l’exécutif du parti et directeur de l’Organisation des Irish Volunteers. Collins apprend grâce à son propre réseau d’informateurs, que les britanniques projettent une arrestation massive des principaux députés du Sinn Féin. Il alerte donc les intéressés, mais Eamon De Valera ordonne aux leaders d’ignorer cette information, mettant en cause la fiabilité de cette nouvelle. La menace est pourtant bien réelle, et les députés sont finalement arrêtés : seul Collins parvient à échapper à l’arrestation. En avril 1919 Collins fait évader De Valera de la prison de Lincoln. Pendant l’été il est élu Président de l’IRB et décide de restructurer l’organisation pour en faire une armée véritable. En septembre, Collins est nommé Directeur des Services de renseignements de l’IRA. La Guerre d’Indépendance (1919-1921) démarre le jour de la première session du nouveau parlement irlandais par l’assassinat de deux policiers dans le Comté de Tipperary. En 1919, Collins est nommé Ministre des Finances par De Valera. Alors que la plupart des ministères n’ont qu’une existence toute théorique du fait des menaces d’arrestations voire d’assassinat provenant des La Royal Irish Constabulary ou RIC, des Black and Tans, des Auxiliaries ou de l’armée britannique, Collins se lance dans une grande organisation de son ministère. Il met en place une collecte massive de fonds financiers afin de financer les forces vives de la République d’Irlande, comme la création d’un groupe spécial d’assassins appelés les Douze apôtres chargés des basses œuvres de l’IRA. Ses actions font de lui un meneur, ainsi que le symbole d’une menace réelle qui dérange au plus haut point les autorités britanniques. Tant et si bien, que sa tête est alors mise à prix pour la somme de 10 000 livres sterling. Mais Collins ne dérange pas seulement les britanniques. Ses prises de positions se heurtent à celles de De Valera. Entre les 2 hommes naît alors une rivalité sans borne où De Valera tente d’isoler Collins afin de l’éloigner de l’Irlande… En vain. 

Le Scandale du Traité de Londres

Toujours désireux d’obtenir officiellement l’indépendance de l’Irlande et sa République, Collins est désigné par Eamon de Valera pour négocier un traité à Londres, en 1921. Il part alors avec son accolyte Arthur Griffith (1871-1922). Malheureusement pour Collins, la signature du Traité à Londres va provoquer une véritable Guerre Civile Irlandaise (1922/1924), où les pro-traités vont affronter les anti-traités durant plus de 2 ans.

Malgré le scandale, Collins est à la tête du gouvernement provisoire. Il seconde également Arthur Griffith (1871-1922), devenu Président en janvier 1922, à l’établissement de l’État libre.

Vers le milieu de l’année 1922, Michael Collins abandonne ses responsabilités au gouvernement et devient le commandant en chef de l’armée nationale. En avril 1922, Eamon de Valera ordonne à 200 hommes anti-traités d’envahir les Four Courts. Collins en réponse, se verra attribué la lourde tâche de bombarder le bâtiment. Après quelques mois de lutte, Collins est finalement contraint de se déplacer dans le comté de Cork. C’est à Béal na mBláth, que le convoi de Collins est prit dans une embuscade républicaine. Collins est alors abattu d’une balle dans la tête le 22 août 1922. Il était âgé de 31 ans.

source : http://www.guide-irlande.com

Partager cet article

Repost 0
Published by T.D - dans Irlande
commenter cet article

commentaires

Monier Alain 19/07/2015 16:20

Bonjour, un Homme qui a pris en main une situation dificille en luttant pour donner un avenir a l'Irlande sans lesiner sur les moyens pour faire face a la repression Anglaise, mais qui a accepte un compromis avec l'Angleterre qui paraissait pour d'autres combattants inacceptables. Valera est mis pour beaucoup en position de trouble fete , comme ayant mal apprecie la situation. Mais ce n'est pas ce Conservateur notoire et politicien qui representait vraiment de la nouvelle resistance. Collins en fait a critique ses opposants , les accusants de felonie, de plus il pratiqua a leur encontre les memes moyens qu'il utilisa contre les Britanniques, ce qui a mon sens ne fut pas a son honneur. Il ne les jugea pas legitimes mais minoritaires. Peut on parler de legitimite lorsqu'un Peuple, desempare cherche avant tout a preserver son acquit. Mais pour autant cela est il a considerer comme une fin en soi. M. Collins a mon sens n'a pas demerite en temps qu'homme historique qui s'est fait un nom dans les annales de l'histoire, mais autant, il est reste pour beaucoup le fossoyeur de la Cause Irlandaise. Meme si l'Irlande du Sud aujourd'hui est plus que jamais, de son plein choix aux services de ses anciens tortionnaires, il n'en reste pas moins qu'elle a trahit ses devoirs face a l'histoire Irandaise, elle n'est plus qu'un tiroir caisse, un ventre mou. Je respecte les Irlandais et je suis des leurs de part certaines racines indestructibles, mais je ne peux m'empecher de considerer, que leur vocation n'est pas de suivre leur encombrant voisin, mais de plutot de lui montrer qu'il n'ont pas besoin d'un tuteur qui depuis des siecles les a asservis. Les apparences d'aujourd'hui sont trompeuses. Le cheminement tout trace est un chemin aveugle. Il est tat de montrer aux aveugles que les borgnes sont rois. Alain Monier

Présentation

  • : Loge de Recherche Laurence Dermott
  • Loge de Recherche Laurence Dermott
  • Contact

Blason de la RL Laurence Dermott

Loge-Dermott.gif

        727 ARTICLES

                       537 ABONNES 

Recherche

St Patrick blessing

 

 irish-flag-cd51f

May St. Patrick guard you wherever you go,

and guide you in whatever you do,

and may his loving protection

be a blessing to you always.

God save the Ireland

           

Michaël Collins

Danny Boy