Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 05:45

Quel Frère n'a pas assisté à une tenue, alors qu'il était absent des colonnes ?
Lequel d'entre nous, hors du temple, ne connaît pas mieux que les présents les paroles prononcées ce midi-là ?

Je sais bien que nos tenues se situent hors du temps, que le temple est un endroit extra-ordinaire, que les boucles dans l'espace temps sont scientifiquement reconnues, mais tout de même !

Vous l'avez donc tous compris, je vous entretiendrai ce midi de la promesse prise par tous en fin de tenue :
Je le Jure.

Trois mots, trois mots très simples que l'on formule à la fin de chaque tenue, d'une manière presque anodine, après que le V\M\ ait prononcé :
« Retirons-nous en paix en jurant d'observer la loi du silence ! »

Je me servirai de Larousse pour la définition du mot jurer, n'y voyez aucune forme de préférence ou discrimination de ma part envers Robert, quoi que. Il nous déclare que jurer c'est :
« Prononcer solennellement un serment en engageant un être ou une chose que l'on tient pour Sacré »
Jurer c'est donc un serment, et un serment c'est loin de n'être qu'une simple formule, bien plus qu'un voeu, c'est un engagement solennel. En outre, cette obligation est prise « sur une chose que l'on tient pour sacrée. »

En observant de plus près la formulation : « Retirons-nous en paix en jurant d'observer la loi du silence ! » la notion de secret m'est tout de suite apparue ainsi que les questionnements suivants :
Quel secret ?
Envers qui : Le monde profane ou pour les Frères absents ?
Pourquoi ?
Et surtout comment respecter cet engagement ?

Quel est donc ce si grand secret pour que nous devions réitérer inlassablement cet engagement à la fin de chaque tenue ?
Celui de la F\M\ ?
Permettez-moi de vous faire part de mon scepticisme. A mon avis, point de véritables secrets en F\M\, hormis le vécu. En effet, depuis des lustres, tout, ou presque, a été dit, écrit, publié, buriné, enregistré, filmé et maintenant gravé sur le sujet.

Envers un profane ?
Non, car comme nous l'avons vu plus haut, celui qui veut s'instruire peut le faire dans n'importe quelle bibliothèque un peu spécialisée ou, plus facilement encore, sur le Web.

S'agirait-il par conséquent de ce qui s'est dit, passé, échangé durant la tenue ?
Cette discrétion s'adresserait donc plus particulièrement envers les frères absents ce soir-là, qu'ils soient maillons de l'atelier, visiteurs assidus de la loge ou F\ d'autres obédiences.

Avant d'aller plus loin dans cette direction, penchons-nous plutôt sur le motif.
Pourquoi ne peut-on faire partager à un F\ absent ce que nous avons vécu ? Qu'y a t'il de si important pour que nous ne puissions le retransmettre ? Y aurait-il une personne, et encore, qui puisse délivrer le message ?

Il convient donc d'examiner le déroulement de nos tenues.
Vous en connaissez comme moi le cheminement et la manière dont les propos sont et doivent être tenus.
Nous avons un chef d'orchestre qui dirige les travaux, le VM, secondé par 2 bras droits (parfois un peu gauche pour certain), les Surveillants, plus quelques techniciens en renfort prêts à intervenir.

Des tracés sont lus, discutés, éclairés, mais, en principe, en utilisant les outils spécifiques à la F\M\. Notamment, l'intervenant doit toujours s'adresser au V\M\, jamais au F\ conférencier ou à un précédent orateur. Aucun dialogue ne doit se créer, il s'agit d'apports, de compléments d'informations ou de point de vue et non de rallier à sa cause ou de faire admettre ses propres idées à coups de maillets, de burins ou de marteaux piqueurs. Nous sommes présents sur les colonnes pour apporter une pierre, quelle qu'en soit sa taille :
Bloc parfaitement taillé et calibré pour certains, caillou ou grain de sable pour d'autres.

L'engagement ne semble pas, de ce fait, concerner les différents écrits, les planches. Leurs auteurs ou l'archiviste peuvent toujours les transmettre, mais étant écrites, donc figées et analysables, point d'interprétations possibles.
A ce sujet Socrate considérait que « les écrits n'amorcent pas de véritables dialogues, ils sont des obstacles à l'avancée des idées. » Cela devrait nous permettre de diminuer le risque de polémiques éventuelles.

Nous savons tous que la vérité n'est pas unique. Plaçons-nous sur ce fil imaginaire qu'est le périmètre d'un cercle et observons la vérité placée en son centre. Immanquablement, elle prendra des formes différentes. En premier lieu, nos positions personnelles sur ce cercle nous la montrent sous des angles différents. En second lieu, même en se plaçant sur un même point et une même hauteur, je ne vise aucun duo de compagnons en particulier, de par notre disposition d'esprit, de notre cheminement initiatique, culture différente, nous ne percevons pas les images de la même manière, d'où des interprétations de texte ou d'interventions parfois très différentes de ce qui a été dit ou souhaité être dit.

Ce serait donc au sujet des interventions et surtout de leurs retranscriptions qu'il faut être vigilant car en rapportant des paroles, on s'expose à les travestir. Restitués, ces propos peuvent arriver avec un sens sérieusement différent de la pensée qu'en avaient leurs auteurs.

Pour moi les tenues sont toujours une communion, parfois plus spirituelles que d'autres. A la question du V\M\ « où les ouvriers perçoivent-ils leurs salaires ? » Bien rares furent les soirs où je ne me trouvais pas en tête à la colonne B.:
Comment ne pas faire partager à un de nos frères le moment magique encore une fois vécu ?
Pourquoi ne pas le faire profiter de ce salaire ? Raison de plus si l'absence était due à des motifs familiaux, professionnels ou de santé.

Une de nos tâches, comme F\M\ est de « faire briller à l'extérieur la Lumière qui a éclairé nos travaux pour achever l'oeuvre commencée dans le Temple. »
Mais comment procéder sans distribuer la substantifique moelle tout en respectant la parole donnée ?
Comment ne pas répondre aux questions, ou interrogations d'un F\ sur un sujet qui préoccupe la L\ ?. Doit-on le laisser dans l'ignorance, lui répondre que son premier devoir comme F\M\ est d'être présent aux tenues ? La vie profane ou familiale serait-elle nettement moins importante que nos réunions ?
Par contre, il est bien évident que le devoir de réserve doit s'appliquer lorsqu'il s'agit, par exemple, de votes pour l'acceptation d'éventuels profanes, d'augmentations de salaire. Le nombre de voix, les interventions ou la position des différents frères ; ces paroles rapportées peuvent mettre mal à l'aise ou blesser le parrain, le F\présentateur ou celui concerné. Dans ce cas, seul le résultat de la décision de la L\ est important, bien plus que les éventuels débats ou échanges d'opinions.

Comment prêtons-nous serment ?

Un peu d'histoire sur les modalités des prestations de serments.

Pendant très longtemps, les serments importants se prêtaient par le sang :

Soit en les mélangeant, soit en le buvant, qu'ils s'agissent des indiens d'Amérique, des Chinois, des confréries d'Europe orientale ou des Templiers. On devenait alors des frères de sang d'ou l’expression pacte de sang.
J'ai entendu dire que, dans certains rites F\M\, cette pratique serait encore en vigueur. Quoi de plus symbolique qu'un serment sur l'essence même de la vie !
Par ailleurs, Conchobar, roi de l'Ulster, prête serment par le ciel, la terre et la mer. Trois des 4 éléments. De leur côté, nos ancêtres les Gaulois, pour le traité avec Alexandre le Grand, invoquent leur parole, le ciel, la terre et la mer.
La parole, une valeur bien plus dure que le granit, voici encore moins d'un demi-siècle, et aujourd'hui, AMHA, bien plus poreuse que du calcaire.

Généralement, en F\M\, nos engagements s'exécutent d'une manière assez similaire.
Main droite dégantée, éventuellement sur (et non au-dessus) des 3 grandes lumières, bras droit tendu.
La main droite est dégantée, mise à nu, comme doit l'être notre cœur à ce moment précis.

Ce serment que nous prenons est un engagement, un engagement vis-à-vis de nos frères bien sûr, mais bien plus important encore, c'est une promesse envers soi.
Comme le disait un des F\ de la Loge : « Quels que soient notre maquillage, nos postiches ou déguisements, le miroir nous reflétera tel qu'il nous voit. Nous pourrons éventuellement tromper notre famille, nos amis, nos F\, mais nous ne pourrons jamais nous tromper nous-même. »

Au GAIAC, beaucoup d'entre nous ont pris l'habitude d'entrer en loge avec la main droite bien à plat et immobile sur le coeur : Signe de fidélité.
C'est aussi sur un signe d'amour : « Avoir la main sur le cœur. »
Cette main sur le cœur sert à garder les êtres chers bien au chaud en son sein, mais aussi à l'abri des regards. Elle est également là pour les protéger, pour empêcher les secrets qui nous ont été confiés, aussi bien d'être aperçus que de ressortir. Dans d'autres rites « cela signifie que vous protégez le dépositaire de vos secrets contre toutes tentatives insidieuses. »

Cette même main droite me remémore le premier cadeau fait par la L\ à nos nouveaux FF\ le jour de leur initiation : Notre tablier. Comme lui, elle est donc bien une protection !
Une main sur le coeur !
Une sous la gorge !
Deux positions similaires, à un angle près de 90°, toujours dans un même but : Nous rappeler constamment notre premier serment dont je vous rappelle la teneur :
« Je jure solennellement de ne jamais révéler aucun des secrets de la Franc-Maçonnerie, sous peine, si je devais y manquer, d'avoir la langue arrachée et la gorge coupée, et d'être jugé comme un individu dépourvu de toute valeur morale et indigne d'appartenir à la
Franc-Maçonnerie. »

Mais quelle valeur accordons-nous à notre parole ? source :
www.ledifice.net

Je le jure V\M\

source : www.ledifice.net

Partager cet article

Repost 0
Published by J\ V\ - dans Planches
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Loge de Recherche Laurence Dermott
  • Loge de Recherche Laurence Dermott
  • Contact

Blason de la RL Laurence Dermott

Loge-Dermott.gif

        729 ARTICLES

                    603    ABONNES 

Recherche

St Patrick blessing

God save the Ireland

           

Michaël Collins