Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 09:35


 

Au début du XVIII siècle, les Francs-Maçons étaient généralement de confession chrétienne trinitarienne,

mais les Constitutions de 1723 et de 1738 ouvraient la porte à "tout homme sincère et loyal" quelles que

soient ses convictions religieuses, à l'exception des athées. Ceci concernait donc les Catholiques Romains comme les Protestants, l'urne de vote de la loge procurant le remède adéquat . La Bulle papale, "ln Eminenti

Apostolatu" Specula" fulminée en 1738, excommunia tous les Francs-Maçons, ainsi que ceux qui leur

prêteraient le concours, à compter de sa promulgation et de son enregistrement par les Autorités civiles dans

les différents diocèses. Ceci produisit une réaction immédiate et, vers 1740, un certain nombre de grades à

substrat chrétien apparut en France et se répandit graduellement à travers l'Europe.

Les plus importants de ceux-ci furent un Rite maçonnique Templier et un grade de Rose-Croix,

aucun des deux n'ayant de lien historique ou rituel avec les anciens Ordres Militaires ou les Rosicruciens du

Moyen-Age. On ne sait ni comment, ni précisément quand, le Rite Temple-Malte fut introduit dans les Iles britanniques, mais on en retrouve des traces dès les années 1760, et la grande variété des rituels alors en usage qui nous sont parvenus, suggère diverses provenances. Dans tous les cas, ces grades furent adoptés par les

Chapitres de l'Arc Royal et dès l'origine, ils y furent conférés en vertu de leur Charte capitulaire.


Après l'avortement d'une tentative par le Camp de Baudoin (Baidwyn Encampment) de Bristol d'organiser

l'ensemble sur une base nationale, des approches faites auprès de Thomas DUNCKERLEY reçurent un

assentiment tel à travers le pays qu'il fut possible de constituer un Grand Camp (GRAND ENCAMPMENT) En 1791, Dunkerley présida à la première réunion du Grand Conclave constitué par sept Camps (Encampments) indépendants. Un Conservatisme inné, des doutes quant aux effets de la Loi de 1799 sur les Sociétés Secrètes et divers autres facteurs, firent toutefois que ce mouvement ne fut pas généralement bien accepté avant plusieurs années. Pendant la grande maîtrise du Duc de Sussex ( 1812-1843), une large majorité de la Grande Loge Unie fut, un temps, vivement opposée à toute activité maçonnique extérieure aux grades symboliques et à

l'Arc Royal, malgré la tolérance fallacieuse concernant les "Grades des Ordres de Chevalerie", inscrite à

l'Article II de l'Acte d'Union des Grandes Loges. Pour éviter de jeter de l'huile sur le feu, le Duc de

Sussex ne fit plus convoquer le Grand Conclave, qui était alors l'instance octroyant les Chartes; laissant

toutefois des instructions permanentes aux officiers du siège pour accorder les dispenses nécessaires aux

réunions et à la réception de Chevaliers, jusqu'à l'expédition des Chartes officielles. Vers 1830, la tension ayant diminué, le Duc, sous sa signature et sans en référer au Grand Conclave, octroya quelques Chartes à des "Encampments" (Camps) et constitua une Province templière pour le Comté de Dorset. Après sa mort en 1843, la situation était devenue telle que le Député du Duc, John Christian BURCKHARDT, fut à même de rétablir les réunions du Grand Conclave, que le C" CK KEMEYS- TYNTE fut installé comme Grand Maître et les conditions

normales de fonctionnement rétablies, à l'exception des Chartes, dont l'octroi, demeura la prérogative du seul

Grand Maître.

Lorsque Thomas DUNCKERLEV prit le contrôle du Rite, il ne chercha pas à contrôler les rituels pratiqués par les Encampments particuliers; mais dans les années 1850 il apparut judicieux de parvenir à une certaine uniformisation. Tous les anciens rituels furent alors collationnés et le rituel Templier encore en usage fut

mis en forme sur la base d'un rituel datant du XVIII' siècle. Quelques années plus tard la même chose fut

faite pour les grades de la Passe de la Méditerranée (ou Chevalier de Saint-Paul) et de l'Ordre de Malte. Dans les années 1870, on tenta vigoureusement d'étendre ce principe, en vigueur en Angleterre et au Pays de Galles, à l'Ecosse et à l'Irlande, par l'établissement d'un Convent Général, laissant à chacun le contrôle de ses affaires intérieures, mais instituant un rituel commun à tous. Seules l'Angleterre et l'Irlande mirent cela en pratique, l'Ecosse s'étant très tôt retirée des négociations. Mais les modifications apportées rencontrèrent une vive opposition à travers l'Angleterre et les projets originaux durent être revus. Toutefois, malgré l'adhésion ultérieure du Grand Prieuré Souverain du Canada, le Convent Général s'essouffla jusqu'à disparaître sans regrets en 1896, quand chaque pays retrouva l'entière souveraineté sur son administration et ses rituels.

Episodiquement, les trois Grands Prieurés d'Angleterre, d'Ecosse et d'Irlande se concertent, par la réunion de

leurs Grands Maîtres ou Pro Grand Maître et des Grands Chanceliers ou Vice-Grands Chanceliers, sur

les questions fondamentales qui pourraient influencer le développement de l'Ordre.

(Grand Prieuré des Ordres Religieux, Militaires et Maçonniques Unis du Temple et de Saint Jean de Jérusalem, Palestine, Rhodes et Malte pour la  France.)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Loge de Recherche Laurence Dermott
  • Loge de Recherche Laurence Dermott
  • Contact

Blason de la RL Laurence Dermott

Loge-Dermott.gif

        729 ARTICLES

                    603    ABONNES 

Recherche

St Patrick blessing

God save the Ireland

           

Michaël Collins