Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 08:18

 

La Maçonnerie a débuté vers 1740 sur le continent africain. La première Loge connue date de 1772: la Goede Hoop Lodge No. 18 créée à Cape Town sous les auspices   du   GO   de   Hollande.   Les   Loges   étant   essentiellement   formées d’Européens (plus particulièrement Anglo-Saxons), leur développement se fera très  lentement;  ce  n’est  que  depuis  la  deuxième  guerre  mondiale  qu’une  aug- mentation significative des membres est enregistrée.

 

Deux  facteurs  jouent  un  rôle  important  dans  le  développement  de  la  Franc- Maçonnerie africaine:

 

1.  La politique: La décolonisation du continent africain verra apparaître de nom- breux gouvernements autoritaires, voire totalitaires qui rapidement forcèrent les obédiences maçonniques à se mettre en sommeil ou les amenèrent à dis- paraître totalement. Dans les pays musulmans (principalement en Afrique du Nord),  l’opposition  religieuse,  accompagnée  de  l’intolérance  des  gouverne- ments créa des difficultés considérables pour les Maçons.

2.  La discrimination raciale: l’ouverture aux non-blancs ne se fera que très len- tement à partir du début du siècle et commençant par les expatriés indiens des colonies britanniques. Ce n’est qu’après la deuxième guerre mondiale et grâce surtout à l’indépendance des pays africains, que la discrimination raciale com- mença à disparaître. Mise à part la situation en pleine évolution de l’Afrique

du  Sud,  il  est  à  noter  qu’aujourd’hui,  la  majorité  des  Loges  est  formée d’Africains sur lesquels reposent les espoirs du développement de l’Art Royal dans ce continent.

 

SITUATION DES DIFFÉRENTES OBÉDIENCES

 

L’appartenance des Loges aux différentes obédiences européennes suit naturelle- ment l’appartenance politique des colonies. En dehors d’une influence mineure des obédiences allemandes, portugaises, espagnoles, belges et italiennes liées spé- cifiquement à certains pays, on peut constater deux grands courants en rapport avec, d’une part la Maçonnerie anglo-saxonne «régulière» (Angleterre, Ecosse et Irlande, parfois France [GNLF]) et d’autre part la Maçonnerie française «irrégu- lière» (Grand Orient et Grande Loge de France).

Les premiers ont tout naturellement été rapidement présents dans les colonies bri- tanniques,  en  commençant  par l’Afrique  du  Sud  (1811),  le  Ghana  (1859),  le Nigeria (1867) puis le Zimbabwe (ex-Rhodésie - 1893), la Tanzanie (1903) et le Kenya (1904). La Zambie (1924) et la Namibie (1925) suivront entre les deux guerres mondiales.

Les obédiences françaises du GO et de la GL de France ont essaimé dans les co- lonies  françaises  et  plus  particulièrement  en Algérie,  dès  1832,  au  Cameroun, Zaïre, Togo, Bénin et Gabon, Sénégal, Madagascar, Maroc, Dahomey, Guinée, Cote d’Ivoire et Tunisie. Dans certains pays comme le Gabon, la Côte d’Ivoire, le Sénégal et le Togo, une lutte  d’influences  se  manifeste  entre  obédiences  régulières  et  irrégulières.  Au Togo on trouve des Loges régulières et irrégulières françaises, mais aussi certaines dépendant de l’Angleterre et de l’Ecosse. Ces dernières provenaient du Ghana, ex-colonie anglaise où la Maçonnerie est florissante. Dans les autres pays, cette

«concurrence» se fait essentiellement entre organisations françaises.

D’autres pays ont vu la Franc-Maçonnerie disparaître face aux problèmes poli- tiques, à l’opposition du gouvernement ou de milieux religieux (principalement musulmans). C’est notamment de cas de l’Angola, de l’Egypte (Maçonnerie clan- destine), de l’Ethiopie, de la Libye, du Mozambique, de la Somalie, du Soudan

et de l’Ouganda.

 

SITUATION DE QUELQUES PAYS PARTICULIERS

 

Afrique du Sud

 

4 organisations faîtières:  GG LL d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande, GO

de Hollande.

Nombre de Loges: 483, respectivement 270, 154, 58 et 1; en réalité

il en existe plus de 600.

 

La Maçonnerie en Afrique du Sud est extrêmement diverse et complexe de par son histoire, ses particularités raciales et linguistiques. Ce sont les Hollandais qui fondèrent la première Loge à Cape Town en 1772, suivis par les Anglais en 1811. Les Ecossais et les Irlandais apparaîtront dès 1860. Jusqu’en 1961 ces quatre Obédiences coexistèrent en Afrique du Sud au travers de leurs districts et provinces et la Maçonnerie y prit un essor considérable. Une GL de l’Afrique du Sud fut alors créée, en avalisant l’indépendance et les Rituels de chaque Obédience. Toutefois le GO de Hollande renonça à reconnaître de nouvelles Loges d’Afrique du Sud. Actuellement les Maçons peuvent choisir libre-

ment leur Obédience. De  nombreux  Temples  possèdent  une  bibliothèque  et  un  musée.  Mentionnons particulièrement  celui  de  la  Loge  «Goede  Hoop»  à  Cape Town,  berceau  de  la Franc-Maçonnerie sud-africaine, ainsi que le Freemasons’ Hall à Johannesburg. Il abrite 4 Temples, dont le plus vaste permet d’accueillir 280 personnes, des salles à manger, un musée et une bibliothèque qui compte parmi les plus importantes de

l’hémisphère sud. Ce bâtiment appartient à l’Obédience anglaise mais il est ouvert aux autres obédiences et reçoit les tenues de plus de 130 Loges. Les difficultés de trouver des locaux adéquats font que certaines Loges se réunissent dans des bâtiments publics ou des églises. Une   pratique   répandue   aussi   dans   d’autres   pays   est   celle   des   «Loges d’Instruction»  qui  permettent  de  répéter  le  rituel.  L’appartenance  à  plusieurs Loges ou Obédiences est fréquente et communément admise. Les Loges anglaises travaillent principalement au Rite Émulation, alors que les

Écossais utilisent le SAC (South African Constitution Lodges), issu d’un Rituel du GO de Hollande.

Signalons enfin que les deux tiers des Loges travaillent en anglais et la plupart des autres en afrikaner. Quelques-unes pratiquent la langue allemande ou encore le grec.  

La discrimination raciale semble toujours exister dans les Loges bien que l’ou- vrage consulté n’en fasse pas vraiment mention. Il est en tout cas certain que ce sont  d’abord  les  Indiens  qui  furent  les  premiers  non-blancs  acceptés  dans  les Loges et que l’initiation de Noirs reste encore très limitée.

 

Ghana

 

3 organisations faîtières: GG LL d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande.

Nombre de Loges:  87, respectivement 44, 28, 15.

 

La  première  Loge,  reconnue  par  les Anglais,  sera  crée  à  Cape  Coast  en  1859 («Gold Coast Lodge No. 773»). La GL Écossaise ne sera présente qu’à partir de 1921  («Progressive  Lodge  No.  1261»)  et  les  Irlandais  suivront  en  1956  («St Patrick Lodge No. 793»).  

L’acceptation de la Maçonnerie par la communauté non-blanche du Ghana assu- rera un rapide développement des Loges durant ces dernières décennies et cer- taines sont maintenant uniquement composées de Noirs. L’influence des obédiences reste forte dans le rituel et la vie des Loges. Toutefois l’habillement peut être moins formel selon l’appartenance ethnique des Frères. Les réunions ont toujours lieu le soir et débutent entre 17h.30 et 20h.00.

Le gouvernement ghanéen a tenté de prendre le contrôle des Loges au début des années 80 et garde une influence sur le déroulement de la vie maçonnique dans ce pays.

Kenya

 

2 organisations faîtières:  G LL d’Angleterre et d’Ecosse.

Nombre de Loges:  24, respectivement 20 et 4.

 

Cette colonie britannique, relativement stable et prospère, n’a vu l’apparition de la Maçonnerie que tardivement. Ce n’est qu’en 1904 que la première Loge sera fondée par les Anglais, suivis, deux ans plus tard, par les Ecossais. La création de nouvelles Loges se fera lentement, surtout après la fin de la deuxième guerre mondiale. Une Loge irlandaise sera créée en 1950.  

Les tenues sont organisées le soir, entre 18h.30 et 19h.30 et sont suivies d’une agape (Loges anglaises) ou d’un «moment d’harmonie» (Loges écossaises). Un toast au président et à la République du Kenya fait partie des coutumes. Compte tenu du climat, des habits de safari sont parfois acceptés au lieu du traditionnel complet sombre.

 

Namibie

 

2 organisations faîtières:  GG LL d’Angleterre et d’Ecosse.

Nombre de Loges:  12, respectivement 6 et 6.

 

La Namibie (anciennement Afrique du Sud-Ouest) était primitivement une colo- nie allemande. Les trois Loges fondées à l’époque disparurent à la fin de la pre- mière guerre mondiale. Une d’entre elles «Zum Kreuz des Südens No. 1613» fut recréée en 1928, puis mise en sommeil en 1933 sous la pression des nazis. Elle réapparut en 1965, sous les auspices de la Grande Loge d’Ecosse mais travaille selon le rituel Schroeder et en langue allemande.

5 autres Loges dépendent des Ecossais qui précédèrent les Anglais en créant la Loge «Caledonian No. 1307» en 1923. Une d’entre elles travaille en afrikaner («Benguela No. 1616»). C’est en 1925 qu’ apparut la première Loge anglaise, («Damaraland Lodge No. 4758»), suivie de 5 autres après la seconde guerre mondiale.  

La GL d’Afrique du Sud a ouvert une Loge en Namibie il y a une dizaine d’an- nées («Makalani No. 114»).

 

Nigéria

 

3 organisations faîtières:  GG LL d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande.

Nombre de Loges:   85, respectivement 27, 49 et 9.

La Maçonnerie est très développée dans ce pays depuis 1867, date de la fonda- tion de la Loge «Lagos No. 1171» par les Anglais. Les premières Loges irlandaise et écossaise n’apparaîtront qu’à partir de 1896 («McDonald No. 197») et

1915 («Academic No. 1150»). Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, la GL d’Ecosse s’est rapidement développée pour devenir l’Obédience la plus importante du pays en passant de 9 à 49 Loges, présentes dans toutes les villes importantes.

Entre  les  deux  guerres  mondiales,  certaines  Loges  refusèrent  l’admission  des Noirs, d’autres devenant mixtes ou à prédominance indigène. Ces problèmes ra- ciaux ont maintenant disparu. Les travaux des Loges commencent vers 19 ou 20h. et sont souvent suivis d’une agape   rituelle   à   laquelle   sont   invités   gracieusement   les   Frères   visiteurs. L’hospitalité des Loges nigériennes est réputée.

 

Maroc

 

3 organisations faîtières: GO de France, GO d’Italie, GL de France.

Nombre de Loges:   une  dizaine?  (non  répertoriées  dans  les  listes américaine et allemande)

 

C’est le GO de France qui introduisit la Franc-Maçonnerie dans cette colonie fran- çaise en 1891, suivi peu après de la GL de France et du GO d’Italie. En 1902 et en  1927,  deux  Loges  reconnues  par  les  Ecossais  et  les Anglais  apparaissent  à Tanger mais elles seront rapidement déplacées à Gibraltar.  

L’indépendance du Maroc en 1956 n’a pas changé grand chose dans la présence hétérogène des Obédiences maçonniques. Toutefois une GL du Maroc («Atlas») fut crée à Casablanca en 1967, réunissant trois Loges et portée sur les «fonds bap- tismaux» par la Grande Loge Suisse Alpina! Vers la fin des années 1980, à la suite

du décès du Frère Colombo, ces trois Loges ont cessé d’exister (voir à ce sujet l’étude historique in Masonica No 7).

 

Zambie

 

3 organisations faîtières:  GG LL d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande.

Nombre de Loges:  30, respectivement 12, 12 et 6.

 

La Franc-Maçonnerie est bien représentée dans cette colonie britannique depuis 1924 («David Livingstone No. 1321 SC»). Comme dans d’autres pays africains, les  Loges  dépendent  de  membres  fondateurs  provenant  des  obédiences  européennes.  L’appartenance  à  plusieurs  Loges,  même  d’obédience  différente,  est commune.  Peu  après  l’indépendance  de  la  République  de  Zambie  (ancienne Rhodésie du Nord), l’existence de la Maçonnerie fut remise en cause pendant une dizaine d’années. Les Loges du nord du pays (la région des mines de cuivre) sont toujours à pré- dominance  européenne.  Dans  d’autres  Loges,  ce  sont  les  Asiatiques,  nés  en Zambie, qui ont rejoint la Maçonnerie et pourraient ainsi l’aider à se développer, au détriment des Africains, peu présents. Les Loges étant composées en grande majorité d’Européens qui restent deux à trois ans dans ce pays, il en résulte une grande mobilité dans les Loges. Une des conséquences est que, pour une Tenue, les  différents  plateaux  peuvent  être  attribués  à  des  Frères  peu  expérimentés. Parfois aussi, l’initiation d’un profane et son accession à des responsabilités im- portantes au sein de la Loge se fait en peu d’années.

Les Loges se réunissent vers 19h. mais les visiteurs sont priés de venir une heure plus tôt. L’habillement varie du complet sombre, aux habits de safari, en passant par le kilt traditionnel écossais dans certains cas. Les Loges anglaises travaillent au rite Ellis Robbins, très proche d’Emulation.

Lors des Tenues, les visiteurs sont reçus formellement et sont priés d’apporter les souhaits  fraternels  de  leur  Loge.  Les  Tenues  sont  généralement  suivies  d’une agape rituelle à laquelle sont invités les visiteurs. Ces derniers sont souvent priés de prendre la parole après les nombreux toasts prévus au programme.

Des activités sociales sont fréquemment organisées: barbecues, films, tournois de golf et soirées pour les épouses...

 

Zimbabwe

 

4 organisations faîtières: GG LL d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande, GO

de Hollande.

Nombre de Loges: 68, respectivement 31, 8, 22 et 7.

 

Les premières Loges anglaises datent de 1893-95 avec l’arrivée des premiers im- migrants en Rhodésie. Le fondateur du pays, Cecil Rhodes était Franc-Maçon et encouragea le développement de l’Art Royal dans ce pays. Les Loges écossaises et irlandaises suivirent au début du siècle. Quant aux Loges hollandaises, elles ap- parurent après la seconde guerre mondiale, en provenance d’Afrique du Sud.

L’indépendance du Zimbabwe en 1980 et l’arrivée d’une majorité noire au gou- vernement provoqua le départ de nombreux Européens, dont des Maçons. Bien que le gouvernement n’ait pas pris de position négative face à la Maçonnerie, le nombre de membres des Loges est en régression. Les Tenues ont lieu généralement vers 19h.30 ou parfois le samedi après-midi. Elles sont suivies d’une agape rituelle ou d’un repas informel aux frais de chaque personne présente. Les visiteurs sont les bienvenus et reçus officiellement selon

le rang et l’obédience de chacun. Il est intéressant de souligner que le Zimbabwe possède une Loge de recherche dénommée Harare. Elle publie une revue trimestrielle d’un excellent niveau avec des articles de recherche et d’autres consacrés à la vie maçonnique dans ce pays.

Source GLSA

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Celestino nzuzi kissita 09/05/2017 21:53

Salut!
Moi je veux faire partie du monde maçônique; mais je sais pas où commencer.suis de l Angola

jules dialo 07/04/2016 12:33

bonjour je vais devenir macon comment peut faire

Manuel Fernandes 10/10/2015 15:43

Eu quero ser franc maçom não sei onde começar ajudame estou há sofrer dataque terrível mor em Luanda

henry 16/11/2014 11:19

je veux faire parti de la franc maconnerie ma cela ne marche pas tjour . par manque d adresse est de contact .

augusto 30/10/2013 18:06

Jºai beaucoup aimé

Présentation

  • : Loge de Recherche Laurence Dermott
  • Loge de Recherche Laurence Dermott
  • Contact

Blason de la RL Laurence Dermott

Loge-Dermott.gif

        729 ARTICLES

                    603    ABONNES 

Recherche

St Patrick blessing

God save the Ireland

           

Michaël Collins