Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 12:10

Devoir des experts

 

Dès que la Loge de Maître est ouverte, l'expert qui est en dedans doit avertir celui qui est dehors, qu'on est à la maîtrise, afin que ce dernier examine, sur ledit grade, les frères qui se présenteront pour être admis aux travaux ; et que ceux-ci puissent, en entrant, donner à l'expert qui y est en dedans, le signe, l'attouchement et le mot de passe des Maîtres. Ces devoirs des experts sont inséparables de leur fonction ; c'est pourquoi ils doivent faire le grand d'attention à les pratiquer dans tous les grades.


Ouverture de la Loge de Maître

 

Tout étant disposés pour la maîtrise, le Respectable (c'est ainsi que le Vénérable se nomme en Loge de Maître) frappe en Maître ; les surveillants ne lui répondent de même ; ensuite le Respectable dit : 

Vénérables frères premier et second surveillants, engagez tous nos Vénérables Maîtres  de vouloir bien nous aider à ouvrir la Respectable Loge de Maître.

Le premier surveillant: Vénérables Maîtres, du côté du midi, je vous invite, de la part du Respectable, de vouloir bien lui aider à ouvrir la Loge de Maître.

Le second surveillant : Vénérable Maître, etc..

D. Vénérables surveillants, tous les frères sont-ils à l'ordre ?

R. Oui, Très Respectable.

D. Frère premier surveillant, quel est le soin qui nous rassemble ?

R. Celui de recouvrer la parole de Maître qui est perdue.

Le Respectable : s'il est ainsi, mes frères, aller au nord et au midi reconnaître tous les Maîtres que vous y trouverez. Sans doute  que par leur lumière vous recouvrerez la parole ; ensuite vous viendrez à l'Orient me la rendre.

Les surveillants vont, chacun sur leur colonne, recevoir de chaque frère, l’attouchement de Maître, sans aucun signe ; et leur donnant le baiser de paix, ils en reçoivent le mot sacré de la manière que l'ordre l'exige ; et continuant jusqu'au Respectable, ils le lui rendent par les mêmes formalités, après quoi ils retournent à leur place.

D.  Vénérables premier surveillant, à présent que la parole est retrouvée, que nous reste-t-il à faire ?

R. Tracer les plans  qui doivent servir d'exemple aux Compagnons.

D. Avec quoi devons-nous travail ?

R. Avec de la craie, une terrine et du charbon.

D. Que signifient ces trois choses.

R. Zèle, ferveur et constance.

D. Quel âge avez-vous ?

R. Sept ans.

D. Quelle heure est-il ?

R. Midi plein

Le Respectable : en vertu de l'heure et de l'âge, avertissez tous nos  frères, que la Respectable Loge de Maître est ouverte, et que nous allons commencer les travaux à la manière accoutumée.

Le premier surveillant : Vénérables frères, etc.

Le second surveillant : Vénérable , etc..

Lorsque les surveillants ont annoncé, le respectable et toute assemblée font le signe et les acclamations des Maîtres,; après quoi on fait des réceptions, ou l'on commence l'instruction.

 

Note : Dans tous les temps la maîtrise a été la récompense des sciences et des vertus, et on la conférait qu'aux hommes du plus grand mérite ; et lorsqu'il s'agissait de tenir ce grade, on n' épargnait  ni soins ni surveillance ; aussi est-il aisé de voir par l'ouverture qu'on vient de lire, qu'on ne pouvait jamais être surpris par les profanes, en rangeant dans cette classe les Apprentis et les Compagnons. Cette manière d'ouvrir la Loge de Maître a été suivie scrupuleusement par tous les anciens Vénérables; mais je dois avouer, à la honte des grands Maîtres Français, que beaucoup d'entre eux, ayant négligé de s'instruire des vrais statuts, s'en sont tenus aux fausses instructions dont j'ai parlé tant de fois, et dans lesquels on ne parle nullement de cette ouverture de Loge. Aussi puissent assurer que, si l'Apprentissage et le Compagnonnage méritaient d'être corrigés, la maîtrise l'exigeait d'autant plus, qu'elle est encore en France le dernier grade de la maçonnerie bleue, et celui qui renferme les plus grands symboles. Mais comme il est inutile de répéter ici ce que j'ai dit dans le cours de cet ouvrage; on peut consulter les observations sur l'ouverture des Loges, et toutes les notes répandus dans les trois grades, et juger d'après cela combien il était temps de ramener la maçonnerie à ses justes principes.

 

Le catéchisme des Maîtres

 

D. Mon frère, d'où venez-vous ?

R. Très respectable, je viens de la Chambre du milieu.

D. Qui fait-on à la  Chambre du milieu ?

R. On y honore la mémoire de notre respectable Maître Adonhiram.

D. Comment y êtes vous parvenu ?

R. Par un escalier fait en forme de vis, qui se monte par trois, cinq et sept.

D. Que signifient ces nombres ?

R. Qu'il faut trois ans pour faire un Apprenti, cinq pour un Compagnon et sept

 pour un Maître.

D. Comment vous a-t-on reçu ?

R. Comme on y reçoit les Maîtres de notre ordre, en me présentant une branche d'acacia

 

Note : on trouve dans les constitutions des religieux grecs et dont parle Jovert, que pendant le temps que les chrétiens furent prisonniers chez des infidèles, ils s'assemblaient sous différents noms, et qu'entre autres assemblées,  il y en a avait une composée des Chevaliers les plus instruits et les plus vertueux ; que lorsque l'un d'eux se présentait, le grand Maître lui donnait une branche d'acacia, en mémoire de la vraie croix qui, dit-on fut faite de ce bois. Cette branche d'acacia remplaça la branche de myrrhe que portaient les initiés de Memphis ; et je puis dire en passant, que le rameau d'or que Virgile donne à Enée pour  descendre aux enfers, a la même origine. Cependant, malgré ces vérités, qui doivent être si chères aux maçons, la plus grande partie des Maîtres ne font plus cette demande, et même ne la connaissent pas. Cela vient de ce que quelques anciens Vénérables ne l'ayant vu imprimés nulle part se sont crus en droit de n'en plus parler, ainsi que de celles que l'on retrouve dans le cours de cet ouvrage. C'est cette négligence impardonnable qui est la cause que de bons frères, à qui les derniers devoirs de citoyen ôtent le temps d'approfondir un ordre qu'ils chérissent,  ignorent une grande partie des plus beaux mystères.

 

D. Où avez-vous été reçu Maître ?

R. Dans une Loge parfaite.

D. Quels sont ceux qui composent une telle Loge ?

R. Neuf, désignés par les neuf lumières, qui sont un respectable Maître, deux Vénérables Surveillants et six Maîtres.

 

Note : il est certain que les auteurs des catéchismes imprimés jusqu'alors, n'avaient jamais entré en Loge de Maître ; car autrement, auraient-ils pu dire que ceux qui composent une telle Loge sont un Respectable Maître, deux Surveillants, deux Maîtres et deux Apprentis. Plus j'examine ces fausses instructions, plus je suis fâché, pour le bien de l'ordre, du succès qu'elles ont eu.

 

D. Comment avez-vous été reçu ?

R. En passant de l'équerre aux compas sur la tombe de notre respectable Maître Adonhiram.

 

Note : Adonhiram, mot Hébreux composé de deux autres, de Adon qui signifie seigneur, et d'Hiram, qui signifie hautesse de vie ou hauteur de vie. Il est dit Architecte du Temple, non seulement parce que  la véritable Eglise suit les plans du Dieu suprême ; mais encore, parce que les maçons sont persuadés qu'il est le souverain Maîtres de tout ; et que dans l'univers il n'y a rien qui ne soit son ouvrage ; et ainsi chaque partie servant à ses dessins, tous les êtres sensibles doivent lui rendre hommage.

 

D. Qu’ avez-vous vu lorsqu'on vous fit entrer en Loge de Maître ?

R. Il ne me fût pas permis de regarder, je n'entendis que des gémissements.

D. Qu’avez-vous remarqué après avoir été reçu ?

R. Une grande lumière dans laquelle je vis la lettre G.

D. Que signifie cette lettre ?

R. Grandeur et gloire, et ce que tout mortel doit connaître, et qui est au-dessus de vous.

D. Qui peut être au-dessus de moi qui suis maçon libre et Maître d'une Loge aussi bien composée ?

R. Dieu, parce que le G est la lettre initiale du mot God  dans beaucoup de langues (c'est-à-dire, dans l'ancien saxon, et par conséquent en anglais et flamands, ainsi qu'en allemand, etc..) et signifie l'être suprême.

D. que vous a-t-on donné en recevant Maîtres ?

R. Le secret des maçons et de la maçonnerie.

D. Donnez-moi le point parfait de votre entrée ?

R. Donnez-moi le premier, je vous donnerai le second.

D. Je regarde.

R. Je cache.

D. Et que cachez vous ?

R. Tous les secrets qui m'ont été confiées.

D. Où les cachez vous ?

R. Dans le cœur.

D. Y a-t-il une clé pour y entrer ?

R. Oui, très respectable.

D. Où les gardez vous ?

R. Dans un coffre de corail, qui ne s'ouvre et ne se ferme qu'avec des clés d'ivoire.

D. De quel métal est-elle ?

R. D'aucun. C'est la langue soumise à la raison, qui ne sait dire que du bien en l'absence comme à la présence de ceux dont elle parle.

D. Vous étiez sans doute Apprenti et Compagnon avant d'être Maître ?

R. Oui, Très Respectable, et J et B me sont connus, ainsi que la règle de trois, ce qui met la clé de toutes les Loges à ma disposition.

D.  Quelle est cette clef ?

R. La connaissance des signes, paroles et attouchements des trois grades qui m'ont été conférés.

B. Montrez-la moi ?

On fait les signes des premiers grades, puis on se met à l'ordre de Maître, en disant.

R. La voici ; vous devez la reconnaître, elle est marquée de ce qui caractérise les vrais maçons.

D. Oui, mon frère ; d'où l'avez-vous tirée ?

R. De ma bouche, et je la conserve comme ce qui m'est le plus précieux.

D. Pourquoi ces clefs vous est-elle si précieuse ?

R. Parce qu'elle m'a fait connaître la vraie lumière, et qu'en la montrant,  je puis assister aux trois premiers travaux.

D. Pourquoi la portez-vous à votre gauche ?

R. Je veux dire qu'elle accompagne mon cœur où sont renfermés les secrets de notre ordre, et qu'elle me rappelle l'attitude dans laquelle on trouva le corps de Adonhiram, dont le bras gauche était étendu, et le droit formait l'équerre en figurant le signal pectoral.

D. Qu'êtes-vous venu faire ici ?

R. Chercher la parole de Maître qui était perdue.

D. Comment la parole de Maître fut-elle perdue ?

R. Par trois grands coups.

D. Quels sont ces trois grands coups ?

R. Ce sont ceux reçu notre respectable Maître, lorsqu'il fut assassiné à la porte du Temple, par trois Compagnons scélérats qui voulurent lui arracher la parole de Maître ou la vie.

D. Comment sut-on que c'étaient des Compagnons qui avaient commis ce crime ?

R. À l'appel général qu'on fit des ouvriers, auxquels trois Compagnons ne se trouvèrent point.

D. La parole ayant été perdus, comment a-t-on pu la retrouver ?

R. Les Maîtres soupçonnant l'assassinat d'Adonhiram, et craignant qu'à Force des tourments on lui eût arraché la parole de Maître, convinrent entre eux, que le premier mot qui serait proféré en le retrouvant, leur servirait à l'avenir pour se reconnaître. Ils en fut de même du signe et de l'attouchement.

D.  Combien envoya-t-on  de Maîtres à la recherche de Adonhiram ?

R. Neuf, désigné par les neuf lumières.

D. Où trouvera-t-on le corps de notre Respectable Maître ?

R. Dans à tas de décombres d'environ 9 pieds cubes, sur lequel on avait planté une branche d'acacia.

D. À quoi devait servir ses branches ?

R. Aux traîtres pour reconnaître l'endroit où ils avaient caché le corps de Adonhiram, qu'ils se proposaient de transporter dans un lieu plus éloigné.

D. Que fit-on du corps de notre respectable Maître ?

R. Salomon le fit inhumée dans le sanctuaire du Temple, et fit mettre sur son tombeau une médaille d'or triangulaire sur laquelle était gravé Jéhovah, l'ancien mot de Maître, et qui signifie en Hébreux le nom de l'être suprême.

Note. Le triangle  a été connu des peuples les plus anciens, et a toujours signifié le premier principe et même l'auteur de la nature. Le christianisme se l'appropria pour représenter la triple essence, la triple unité du créateur, et lorsque la maçonnerie devint l'emblème de notre religion, tous les Maîtres en convinrent de porter un équilatéral. Ces figures furent le symbole, le signe du vrai Maçon Chrétiens. Au commencement et à la fin d'une action, ils doivent figurer un triangle, pour marquer qu'ils rendaient grâce à la divinité. Voilà d'où vient l'exercice de la table. Le commandant des Chevaliers, dont les constitutions des religieux grecs font mention, portaient une médaille triangulaire, dans laquelle étaient renfermés un cercle, qui au lieu de Jéhovah, représentait sans doute l'être suprême.

D. Quelle forme avait son tombeau ?

R. Il avait sept pieds de long sur cinq pieds de large, et sept de profondeur.

D. Quelles sont enfin les marques distinctives des Maîtres ?

R. Un signe, un attouchement, deux paroles, et les cinq points parfaits de la Maîtrise.

D. Donnez-moi le signe ? (pour répondre on le fait.)

D . Comment le nommez-vous ?

R. Le signe d'horreur.

D. Pourquoi ?

R. Parce qu'il marque l'horreur dont les Maîtres ne furent saisis et lorsqu'ils aperçurent le corps d'Hiram.

D. Donnez l'attouchement au frère premier ? (on obéit.  Voyez à ce sujet le attouchement de Compagnon ; il en est de même pour la parole de Maître.)

D. Donnez-lui la parole sacrée ? (on la lui donne comme l'ordre l'exige.)

D. Que signifie cette parole ?

R. La chair quitte les os.

D. Quel est le mot de passe ?

R. Sublime, surnom donné à notre respectable Maître.

Note. Pour achever de prouver combien une instruction raisonnable et juste était nécessaire pour faire revivre les anciens statuts, je ferai observer ici que depuis longtemps une infinité de maçons ne connaissaient pas ce mot, et qu'abusivement ils en disent un qu'ils n'entendaient pas point, auquel ils donnent une signification aussi hasardée qu'invraisemblable. Pour se convaincre de cela, il faut savoir que les premiers Chevaliers avaient pris pour mot de passage de Maître, le mot latin sublimis, et aussitôt que les français connurent la maçonnerie, ils prononcèrent sublime, ce qui était encore assez bien jusque-là. Mais quelques profanes voulant divulguer nos secrets, et n'ayant apparemment entendu ce mot qu'imparfaitement, écrivirent  gibelime, et dirent que cela signifiait excellence ; d'autres après, pour renchérir sur les premiers, firent imprimer Giblos, et  osèrent avancer que c'était le nom du lieu où l'on avait trouvé le corps de Adonhiram. Comme dans ce temps où le nombre de maçons peu instruits était considérable, ces assertions ridicules furent reçus avec empressement; et la vérité fut presque généralement oubliée. On est vu ailleurs comment ces catéchismes  faux et bizarres se sont accrédités. Ainsi, on peut juger de quelle utilité ces recherches doivent être vrais maçons.

D. Quels sont cinq points parfaits de la Maîtrise ?

R. Le pédestre, l'inflexion des deux genoux, la jonction des deux mains droites, le bras gauche sur l'épaule, et le baiser de paix.

D. Donnez m'en l'explication ?

R. 1. Le pédestre signifie que nous sommes toujours prêts à marcher au secours de nos frères. 2. L'inflexion des genoux que nous devons sans cesse nous humilier devant celui qui nous a donné l'être. 3. La jonction des deux mains droites, que nous devons assister nos frères, dans leurs besoins. 4. Le bras que nous leur passons sur les épaules, que nous leur devons aide et conseils, dictés par la Sagesse et la charité. 5. Enfin  le baiser de paix annonce cette douceur et cette union inaltérable qui sont la base de notre ordre.

D. Sur quoi est soutenue la Loge de Maître ?

Note. C'est ici le lieu de cette demande. Il est aisé d'en juger par les réponses que l'on doit y faire et qui ne doivent être connues que des Maîtres. La raison la plus simple et la plus forte, c'est un Apprenti ne doit connaître que la Sagesse définie par la colonne J ;  un Compagnon que la Sagesse et la Force, emblème des deux colonnes ; et que le Maître seul doit connaître la Beauté, c'est-à-dire, le prix des choses sublimes : il ne faut pas entendre non plus par le mot soutenir, que l'univers est conservée parce qu'il est beau. Les anciens Chevaliers étaient bien éloignés de penser que Dieu admirait ses ouvrages ; ils se persuadaient au contraire qu'Il ne pouvait se tromper, et que tout ce qu'Il faisait était parfait. Si les premiers auteurs qui ont écrit sur la maçonnerie, avaient eu soin de faire ressouvenir que les philosophes n'admettaient un aspirant à la Maîtrise qu'au bout de sept ans ; que cet aspirant devait employer cet espace à s'instruire de toutes les sciences utiles au genre humain, et à pénétrer autant qu'il était possible, les vérités de la nature ; et qu'alors ces Chevaliers se persuadaient qu'un homme rempli de connaissance ne pouvait s'empêcher d'admirer l'ordre et la Beauté de l'univers. Si les auteurs, dis-je, avaient fait observer tout cela, sans doute autant de Maîtres aujourd'hui ne parleraient pas de la Beauté dans le Compagnonnage et ne se repentiraient pas d'avoir cru des hommes, qui, sous  prétextes de les instruire, ont abusé de leur bonne foi.

R. Sur trois grands piliers triangulaires, nommés Sagesse, Force et Beauté.

D. Qu'est-ce qui les nomma ainsi ?

R. Salomon, Hiram, roi de Tyr, et Adonhiram Grand Architecte du Temple.

D. Pourquoi attribue-t-on la Sagesse à Salomon?

R. Parce qu'il reçut ce don de Dieu, et qu'il fut en effet le roi le plus sage de son temps.

D. Pourquoi la Force au roi de Tyr ?

R. Parce qu'il fournit à Salomon les bois et matériaux pour la construction du Temple.

D. Pourquoi la Beauté à Adonhiram  ?

R. Parce que, comme Grand Architecte du Temple, ils dessinaient les ornements qui devait embellir ce monument magnifique.

D. Ces trois grands noms de colonne ne referment-il pas quelques autres significations ?

R. Oui, Très Vénérable. La forme de ces colonnes signifie la divinité dans toute son étendue ; la Sagesse symbolise son essence ; la Force sa puissance infinie, et la Beauté exprime combien les ouvrages de Dieu sont parfaits et sublimes.

D. Quelles doivent être les qualités d'un Maître ?

R. Sagesse, Force et Beauté.

D. Comment peut-il réunir des qualités si rares ?

R. La Sagesse dans ses mœurs, la Force dans l'union avec ses frères, et la Beauté dans son caractère.

D. Y a-t-il quelques meubles précieux dans la Loge de Maître ?

R. Oui, Très Vénérable, au nombre de trois, qui sont, l'Evangile, le compas et le maillet.

D. Quel est leur signification ?

R. L'Evangile démontre la vérité, le compas la justice, et le maillet qui sert à maintenir l'ordre, nous ferait ressouvenir que nous devons avec nous devons et dociles aux leçons de la Sagesse.

D. Pourquoi les trois premiers officiers se servent-ils de maillet ?

R. Pour nous faire entendre sans cesse  que puisse que la matière rend des sons lorsqu'on la heurte, à plus forte raison l'homme, à qui Dieu a donné un cœur et de la faculté de connaître et de juger, doit-il être sensible au cri de la vertu, et rendre hommage à son créateur.

D. Comment s'appelle un Maître ?

R. Gabaoc, qui est le nom du lieu où les israélites déposèrent l'arche dans les temps de troubles.

D. Qu'est-ce que cela signifie ?

R. Que le cœur d'un maçon doit être assez pur pour être un Temple agréable à Dieu.

D. Comment s'appelle un fils de maçon ?

R. Luwton, mot anglais, qui signifie élève en architecture.

D. Quel est le privilège d'un luwton ?

R. C'est d'être reçu maçon avant tout autre.

D. Sur quoi travaillent les Maîtres ?

R. Sur la planche à tracer.

D. Où reçoivent-ils leur gage ?

R. Dans la Chambre du milieu

D. Comment voyagent les Maîtres ?

R. Sur toute la surface de la Terre.

D. Pourquoi ?

R. Pour répandre la lumière.

D. Si vous perdez un de vos frères, où le trouveriez-vous ?

R. Entre l'équerre le compas.

D. Expliquez-moi cette réponse ?

R. C'est que l'équerre le compas sont les symboles de la Sagesse et de la justice ; un bon maçon ne doit jamais s'en écarter.

D. Que feriez-vous si vous étiez en quelques dangers ?

R. Je ferai le signe de secours, en disant : à moi les enfants de la veuve.

D. Pourquoi dites-vous les enfants de la veuve ?

R. C'est qu'après la mort de notre respectable Maître, les maçons prirent soin de sa mère, qui était veuve, et dont ils se dirent les enfants, Adonhiram les ayant toujours regardés comme ses frères.

D. Quel âge avez-vous ?

R. Sept ans.

D. Que signifie cet âge ?

R. Le temps que Salomon employa à construire le Temple.

D. Quelle heure est-il ?

R. Midi plein.

On ferme la Loge comme celle des Compagnons, il n'y a que le nom et les acclamations inchangées.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Loge de Recherche Laurence Dermott
  • Loge de Recherche Laurence Dermott
  • Contact

Blason de la RL Laurence Dermott

Loge-Dermott.gif

        727 ARTICLES

                       537 ABONNES 

Recherche

St Patrick blessing

 

 irish-flag-cd51f

May St. Patrick guard you wherever you go,

and guide you in whatever you do,

and may his loving protection

be a blessing to you always.

God save the Ireland

           

Michaël Collins

Danny Boy